Navigation – Plan du site
(Un)belonging

La littérature du Nord de l’Angleterre : de l’étiquette au paradigme

Northern English Literature: Label and Paradigm?
Claire Hélie

Résumés

Cet article se propose d’analyser l’appellation de « littérature du Nord » quand elle s’applique au Nord de l’Angleterre. Cette étiquette à première vue commode constitue un objet d’étude universitaire ainsi qu’un centre d’intérêt populaire et se trouve à la croisée de nombreux discours (littéraire, éthique, identitaire…) Son analyse soulève un certain nombre de questions que cet article voudrait évoquer sans prétendre à les résoudre.

Haut de page

Texte intégral

1Le tag « northern literature » donne quelque 200 000 résultats sur Google, chiffre qui monte à 700 000 quand « North of England » ou « Northern England » sont associés à « literature ». L’utilisation de masse des hashtags « Northern literature », « Northern poetry », « North of England » ou « Northern England » associés à « poetry » ou « literature » se voit confirmée sur Twitter. L’étiquette est devenue label car pour les maisons d’édition, elle permet de créer des groupes de lecteurs, ou de façon plus cynique, des groupes de consommateurs : la quatrième de couverture de Nineteen Seventy Seven (1999) de David Pearce classe le deuxième opus de « The Red Riding Quartet » dans le genre émergent du « Yorkshire Noir ». La phrase malheureuse de l’éditeur américain de Granta, John Freeman en avril dernier, « Leeds, completely out of the literary world », a provoqué une véritable levée de boucliers1, qui montre que l’étiquette est aussi une bannière, un drapeau fédérateur et unificateur qu’il faut défendre contre les attaques extérieures. Cette popularité donne à l’étiquette « littérature du Nord » le statut de label de qualité : comme ne cessent de démontrer journalistes et auteurs — Simon Armitage dans All Points North (1999), Judie Holder dans It’s Not Grim Up North (2005) ou encore Martin Wainwright dans True North (2009) — et n’en déplaise à ses détracteurs, le Nord est beau et offre matière à un investissement poétique.

2À la manière de la petite madeleine de Proust, la « littérature du Nord de l’Angleterre » a un pouvoir évocateur fort, lié aux souvenirs de lecture : la poésie de Ted Hughes ou celle de Simon Armitage ; certaines pièces d’Alan Bennett ou de Tony Harrison ; les romans pastoraux de James Herriot ou les sagas familiales de Catherine Cookson ; la poésie dialectale ou le kitchen sink realism ; la région des Lacs de Wordsworth et Coleridge, la lande de Wuthering Heights, le Coketown de Hard Times, le Liverpool de Adrian Henri, Roger McGough et Brian Patten… La bibliothèque mentale de tout amoureux de l’Angleterre contient une section « littérature du Nord » plus ou moins bien fournie et plus ou moins consciente. On peut donc poser comme postulat de départ que, malgré sa diversité, l’étiquette ouvrirait un « horizon d’attente » (Jauss 21-28) pour reprendre le terme consacré de H. R. Jauss dans Pour une esthétique de la réception (1978) et garantirait une reconnaissance de références et de codes. Ce serait un « modèle d’attente et de reconnaissance » (Compagnon 20) qui proposerait un paradigme de lecture.

3Toutefois, si certaines universités dispensent des cours sur le sujet (Hull et Liverpool mais aussi Tübingen) et qu’un premier recueil d’articles intitulé Literary North, édité par Katharine Cockin, a paru en 2012 chez Macmillan, la littérature du Nord est encore peu étudiée, vide critique que Katie Wales explique en ces termes :

Studies of the history of Northern literature generally are surprisingly scarce, although northern texts have featured in studies of the nineteenth-century regional novel. […] Despite its title, Craigie’s The Northern Element in English Literature published some seventy years ago (1933) is mostly about the ‘far North’ of Scotland and Scandinavia. But his rueful comment on the North’s ‘absence’ in histories of English literature provides a nice illustration of one of the enduring myths of the North, […] perhaps, he says, it is because the North was ‘regarded with the same aversion as the Frisians who gave it the significant name of de grime herne, ‘the grim corner of the world’. (Wales 2006, 8)

4Par ailleurs, peu osent se frotter au genius loci qui s’exprime dans la littérature de la région, car déceler les points communs entre le poème médiéval Y Goddoddin, les romans des sœurs Brontë ou encore la pièce Billy Eliot de Lee Hall relève pour le moins de la gageure. Ni le contenu, ni l’histoire, ni le registre, ni les caractéristiques formelles, pas même le paysage ne sont les mêmes. Si l’étiquette est la marque que l’on fixe sur un objet pour en donner les informations factuelles et qui répond à des contraintes de lisibilité et à des exigences de traçage, force est de constater que l’étiquetage « littérature du Nord » s’avère pour le moins problématique.

  • 2 D’autant que les homonymes de « Northern literature » évoquent davantage l’Irlande, l’Écosse, la Sc (...)

5À cet égard, force est de constater que son pendant, l’étiquette « littérature du Sud », n’a pas la même popularité, du moins en Angleterre2. Or, il ne peut y voir de Nord sans Sud. Dans le mythe nord-anglais, le Sud est l’autre nom de l’Angleterre ; il est construit comme le réceptacle des valeurs de l’establishment. Ce rapport dialogique que les deux régions entretiennent se complexifie quand la dimension diachronique est prise en compte : les relations entre les deux espaces et par conséquent leurs définitions respectives varient en fonction des aléas historiques, politiques, économiques. L’analyse de la littérature du Nord pose donc de nombreuses difficultés.

6La première se révèle être d’ordre heuristique : sur quels critères choisir les œuvres subsumées sous « littérature du Nord » ? Comment constituer un canon nordique ? Suffit-il que l’auteur soit du Nord ? Qu’il ait choisi le Nord comme toile de fond ? Que le thème et le point de vue soient nordiques ? Quelle place accorder au dialecte ? Plus fondamentalement : qu’est-ce que le Nord et pourquoi son association au mot « littérature » soulève-t-elle tant de questions ? Dans l’examen de l’étiquette « littérature du Nord », nous nous pencherons particulièrement sur la signification de l’article « du », qui plutôt que d’exprimer une origine ou une provenance, cache des tensions entre une production esthétique — la littérature — et un espace — le Nord, deux termes qui semblent antinomiques et qui sont soumis à une perpétuelle quête herméneutique. Cet article a pour but de soulever les problèmes définitoires et analytiques qui reviennent, quelle que soit l’époque abordée, de proposer des pistes de réflexion et non de clore le débat sur ce qu’est la littérature du Nord.

De l’accident biographique à l’habitus poétique

7L’étiquette « littérature du Nord » pourrait offrir un raccourci commode pour désigner l’ensemble des œuvres produites par des auteurs du Nord. Mais tout écrivain né dans le Nord aurait-il une aura qui transparaîtrait dans ses œuvres, quels que soient la toile de fond et le thème choisi ? Alan Bennett reste un homme de Leeds même à Oxford, à Londres ou à Broadway, et Melvyn Bragg, né à Carlisle, pose régulièrement, dans ses romans, comme dans In Our Time, des questions liées au Nord. Le poète Craig Raine, bien que né à Bishop Auckland, ou le critique littéraire Sir William Empson, pourtant né à Howden, ne font cependant aucune place au Nord dans leurs travaux. À l’inverse, est-ce qu’un écrivain qui déciderait d’aborder la matière du Nord sans y être né serait un écrivain du Nord ? Philip Larkin, qui a décrit Hull dans The Whitsun Weddings (1964), et Douglas Dunn, qui a fait de même dans Terry Street (1969) et qui vient d’un autre Nord, celui de l’Écosse, peuvent-ils pour autant être considérés comme des auteurs nord-anglais ? Enfin, n’est-il pas réducteur de classer les sœurs Brontë et Ted Hughes, nés à moins de 20 kilomètres et à plus d’un siècle d’écart, parmi les auteurs du Nord, simplement parce que leurs écrits sont profondément ancrés dans la vallée de la Calder ?

  • 3 Voir la table ronde autour de la traduction organisée par l’ACEL lors des 6e rencontres européennes (...)

8Parler d’une identité nordique en termes de lieu de naissance fait courir le risque de tomber dans l’essentialisme, le fatalisme, le nécessitarisme. Alan Bennett se montre d’ailleurs passablement énervé de se voir affublé du sobriquet « This Northern Lad » dans la presse alors que personne n’appellerait Pinter « This East End Boy » (Bennett 187). Derrière l’article indéfini se cacherait un « pour » : être un « auteur du Nord » se serait écrire pour la région, s’en faire le porte-parole. Ainsi, Tony Harrison clame que son travail de traduction est motivé par le désir de revendiquer pour le Nord ouvrier les grands classiques qui ont été usurpés par le Sud bourgeois : « It’s a question for me of making them modern and understandable but true to the Northern English which I represent. I come from the North of England »3.

9La difficulté qu’il y a à assumer le rôle impliqué par cette étiquette, plonge cependant certains auteurs, comme Simon Armitage, dans l’embarras : « It seems as a good vantage point for writing. […] I don’t feel as if I’m a spokesperson, a Northern poet. […] Sometimes what [the critics] mean is that I’m writing about the north and that’s a fair description of the work. But sometimes it’s a kind of subdivision of poetry itself, that’s when I get a bit arsey » (Armitage 2011). Quelles que soient les difficultés de positionnement par rapport à l’étiquette « auteur du Nord », celle-ci pousse les écrivains à s’interroger sur le lien de causalité qui existerait entre leur lieu de naissance et leur problématique d’écriture, et donc à travailler une forme de déterminisme. Simon Armitage poursuit en disant : « A lot of my touchstones and the people I read and believe in are from that part… Hockney, Harrison, Hughes, Moor, Hepworth, Alan Bennett, W. H. Auden, people who have had a sound and really intense career, full of integrity for their art and the common touch as well. I wanted to communicate. That’s the setting I see myself in » (Armitage 2011). Ce qui est plus intéressant que cet assemblage pour le moins hétéroclite d’artistes, c’est l’insistance sur le lieu commun (« that part of the world »). Par ailleurs, si l’on peut douter que la double exigence de littérarité (« integrity for their art ») et d’accessibilité (« common touch ») soit commune et spécifique aux auteurs du Nord, l’attachement au lieu et à la culture que chaque auteur voudra déceler dans ce lieu est la véritable pierre de touche.

10De fait, si le lieu de naissance et le lieu de résidence peuvent être considérés comme des accidents biographiques, des contingences auxquelles on ne saurait raisonnablement donner force de destin, une connaissance empirique du Nord, dérivée d’une expérience personnelle du lieu et de sa culture, paraît néanmoins nécessaire. Il ne s’agit pas d’être né dans le Nord, ni même d’y vivre, mais d’y habiter et d’en être habité. Il y a moins une mystique heideggerienne dans cet habitat qu’un habitus tel qu’il est défini par Pierre Bourdieu et repris dans la notion de performativity théorisée par Judith Butler : « Performativity must be understood not as a singular or deliberate « act », but, rather, as the reiterative and citational practice by which discourse produces the effects that it names » (Butler 2). L’auteur du Nord est défini par un ensemble d’aptitudes et d’attitudes acquises par répétition et transmission dans sa pratique sociale et littéraire.

La cartographie du nord

  • 4 « It is understandable that people might expect to find the Industrial Revolution a key factor in t (...)

11Le Nord est le produit d’une synthèse. Il est en effet divisé en comtés littéraires : le Wordsworthshire, le Brontë Country, le Cookson Country pour n’en citer que trois, montrent que c’est un terme générique qui n’exclut pas les particularismes locaux. Le Nord littéraire inclut aussi ce que l’on peut appeler un Nord honorifique : le Nottingham de Sillitoe et les Potteries d’Arnold Bennett sont situés dans les Midlands mais en vertu de l’association entre le Nord et la classe ouvrière4, ils se retrouvent analysés sous l’angle de leur nordicité. Le Nord a donc une géographie variable : ses frontières changent aussi en fonction de l’auteur qui le décrit. W. H. Auden situe sa frontière australe à Crew Junction : « To this day Crew Junction marks the wildly exciting frontier where the alien South ends and the North, my world, begins » (Auden 110) ; Simon Armitage, lui, la situe sur la M62 (Armitage 1999, 110). Le Nord résiste à toute tentative de délimitation : sa liminalité ne peut qu’être fantasmée, c’est un horizon que l’on vise sans jamais l’atteindre, un espace sans cesse resémantisé.

12Katharine Cockin, dans Literary North, rappelle par ailleurs que l’étiquette « littérature du Nord » est oxymoronique (Cockin 1) : alors que la littérature vise à l’universel, le Nord est ancré dans le local. Se pose alors la question de la réception de l’œuvre : son univers est-il pénétrable pour qui ne connaît pas le Nord ? Phyllis Bentley, dans The English Regional Novel (1942), avait pourtant réfuté cette incongruité : « The space is certainly narrowed if one surveys Yorkshire rather than human destiny. The writer of genius can, however, see human destiny through his chosen region » (Bentley 44-45). « On Miles Platting Station » de Simon Armitage se prête à une lecture onomastique car il contient une litanie de noms de districts de Manchester, à savoir huit toponymes, auxquels s’ajoute le titre, qui sauve de l’oubli une gare de Manchester fermée en 1995 :

[…] we will rattle backwards
through the satellite towns. […]

                                                          The streets will shine
and the trees bend, letting their soft load.

Until then, the platform holds us out against the townscape
high enough to see how Ancoats meshes with Beswick,
how Gorton gives onto Hattersley and Hyde, to where
Saddleworth declines the angle of the moor.
Somewhere beyond that the water in Shiny Brook

spills like a broken necklace into our village.
(Armitage 1989, 10)

13Une telle insistance sur les toponymes divise le lectorat en plusieurs groupes : ceux pour qui ces noms nord-anglais sont connus, familiers et pointent vers un espace précis sur la carte, ceux pour qui ils évoquent un coin quelque part en Angleterre, ceux pour qui ils sont exotiques… L’assignation d’un signifiant à un signifié participe donc d’une dialectique d’inclusion et d’exclusion dont le degré dépend des connaissances géographiques et linguistiques du lecteur.

14Le toponyme serait une étiquette collée sur les lieux, un « rigid designator » pour reprendre l’expression de Saul Kripke. Toutefois, en linguistique, le processus de nomination des lieux ne consiste pas qu’à mentionner un lieu unique, puisqu’il s’intègre dans une situation d’énonciation : c’est un message que l’énonciateur envoie au destinataire. Il véhicule donc avec lui un certain nombre de connotations que son contexte d’occurrence va restreindre ou déployer. En d’autres termes, le toponyme est toujours un métonyme, ce qui brouille l’assignation d’un signifiant unique au signifié. Les noms de pays sont des signifiés à la Proust qui « s’offrent à une exploration, à un déchiffrement » (Barthes 124) dans les termes de Barthes. Les sons et l’étymologie viendront pallier les manques du lecteur. En d’autres termes, par l’utilisation de ces toponymes, le Nord géographique disparaît pour laisser affleurer le Nord poétique.

15Dans son poème, Armitage passe des « satellite towns » à « the angle of the moor » sans solution de continuité ; il passe d’un townscape fait d’un enchevêtrement de noms nord-anglais plus ou moins obscurs à un landscape où les toponymes évoquent l’idéal pastoral (« Shiny Brook ») ou sont remplacés par l’expression nostalgique d’un espace de vie partagé (« our village »). Toutefois, la défamiliarisation qu’engendrent les toponymes permet d’inscrire le Nord sur la carte poétique : les allitérations « Gorton gives » et « Hattersley and Hyde » en font des procédés poétiques au même titre que le rythme.

16Les noms propres n’ont pas que ce rôle adamique qui consiste à créer un Nord de papier par le pouvoir de la nomination : ils ont aussi une fonction d’excommunication. Dans la littérature du Nord, Londres, Oxbridge et les Home Counties sont fustigés en tant que lieux du pouvoir politique, économique, culturel. La topologie Nord/Sud se trouve ainsi inversée. Par exemple, Basil Bunting, dans la troisième partie de Briggflatts (1965), décrit la guerre comme un enfer dantesque, ou plutôt poundien par un glissement dans la coprophagie :

One
plucked fruit from the arse
of his companion, who
making to beat him, he screamed:
Hastor! Hastor! but Hastor
raised dung thickened lashes to stare
disdaining those who cry:
Sweet shit!
Buy! (Bunting 54)

17Le poète fait du centre de ce cercle fécal un certain « Hastor » dont on peut supposer qu’il est une allusion cachée à John Jacob Astor (1886-1971), le propriétaire du Times de Londres de 1922 à 1966, que le poète définit en une note lapidaire et non moins ironique comme « a Cockney hero » (Bunting 224). Le fond de l’enfer est ainsi situé dans le Sud de l’Angleterre, à Londres, chez ceux qui détiennent le pouvoir sur l’information.

18La littérature du Nord redessine donc une carte de l’Angleterre sur laquelle le marginal s’érige en nouveau centre. Katie Wales propose le terme de « austrocentrism » (Wales 2006, 2) pour indiquer la place prépondérante qu’occupe Londres dans l’imaginaire collectif : « London acts as the deictic anchorage, the point of reference or ‘origo’, by which everything else is judged inferior or insignificant » (Wales 1999). Un renversement de perspective est une nécessité vitale pour les littératures régionales selon Seamus Heaney :

In situations outside the centre, talent can rarely afford to be its own reward. For its survival it has to be thought and be born again, responsible and independent, exposed to the knowledge that while a literary scene in which the provinces revolve around the centre is demonstrably a Copernican one, the task of talent is to reverse things to a Ptolemaic one. The writer must envisage the region as the original point. (Heaney 13)

19Que le Nord devienne origo implique un décentrement et un recentrement. Il y a donc également un processus de désenclavement, de démarginalisation qui vise à réhabiliter cette région qui se pense déconsidérée sur le plan culturel.

Un point de vue marginalisé

  • 5 Voir le référendum de 2004 qui signa l’échec cuisant de la dévolution de la région.

20La littérature du Nord offrirait un point de vue, un parti pris sur l’Angleterre, un angle qui serait pierre angulaire. Le Nord a une position ambivalente : il est à la fois à la marge et dedans, critique d’un pouvoir qu’il refuse par ailleurs de quitter5. L’expression « Nord de l’Angleterre » est d’ailleurs porteuse d’un paradoxe : est-ce la partie Nord de l’Angleterre ou une région au nord de l’Angleterre ? Katie Wales a également inventé le terme de « septentrionalism », à partir du terme « orientalism » inventé par Edward Saïd en 1978 : le théoricien dénonçait à travers ce terme la façon dont les intellectuels et les écrivains, français et anglais en particulier, ont créé l’Occident, c’est-à-dire érigé en système de pensée des représentations des pays arabes. De la même manière, le Nord est un ensemble de fonctions et de mythes construits sur des notions de pouvoir et de supériorité. Le Nord peut donc être analysé en recourant aux outils de la critique postcoloniale. « The North writes back » pour paraphraser le livre de Bill Ashcroft, Gareth Griffiths et Helen Tiffin de 1989.

21Si dans le mythe sud-anglais le Nord est barbare dans tous les sens du terme, dans le mythe nord-anglais, le Sud est le lieu du pouvoir qui tient le Nord à la marge et l’écrase. Ce serait d’ailleurs lors de changements socio-économiques qui mettent en péril les modes de vie séculaires que la littérature du Nord fleurirait. K. D. M. Snell, dans The Regional Novel in Britain and Ireland 18001990, voit trois moments où la littérature du Nord est proéminente : pendant la révolution industrielle dans les années 1840-50 ; avec le mouvement de Mass Observation dans les années 1930 et sous Thatcher dans les années 1980. À ceci s’ajoutent les années 1950-1960, des années de prospérité. Pendant ces périodes, il y a des romans régionaux ruraux, mais celui qui a le plus de succès, c’est le roman industriel qui contribue à répandre une image négative du Nord. Par exemple dans North and South (1854), le paysage de Milton est ruiné par la Révolution Industrielle, le quotidien y est monotone et lugubre, la population paraît étrange voire étrangère.

22Toutefois, l’opposition frontale de la « North-South Divide » est dépassée dans une dialectique du Nord et de la nation, visible dans le processus d’excavation de l’histoire de la région. Plusieurs périodes sont ainsi mises au jour : la culture celte élargie à un large bassin nordique qui englobe les influences scandinaves, quand le Sud se laissait asservir par les Normands ; la guerre des deux Roses, le Rising of the North et autres rébellions contre la centralisation du pouvoir dans le Sud ; la Révolution Industrielle et la désindustrialisation qui ont créé une fracture en vertu de laquelle le Nord serait peuplé d’ouvriers exploités et le Sud de bourgeois et de financiers. L’étiquette « littérature du Nord » joue le rôle de stabilisateur d’identité en favorisant une identification à des codes et des valeurs et le rejet de codes et valeurs opposées. En cela, elle relève d’une topique. Toutefois, parce qu’elle sonde ces strates temporelles qui font aussi l’histoire de l’Angleterre, la littérature du Nord s’interroge sur son identité et se fait force contestataire : elle met en mouvement tout ce qui est figé, établi, remet en question l’austrocentrisme, problématise l’anglicité.

23En 1983, Homi Bhabha a donné le nom de « fixité » à ce processus d’itérabilité des caractéristiques souvent négatives attribuées aux peuples colonisés, processus rassurant car il permet de se reférer à du connu, mais aussi terrifiant parce qu’il enferme dans le stéréotype (Bhabha 18-36). Dans la « littérature du Nord », cette fixité se trouve retournée du discours du Sud colonisateur au discours du Nord colonisé. En d’autres termes, il y a une promotion de stéréotypes ou d’images culturelles défavorables au Nord qui deviennent des gestes de fierté nationale. C’est ce que Orwell, dans The Road to Wigan Pier (1937), appelle un « snobisme inversé » (Orwell 101). Ainsi Alan Bennett écrit : « I don’t know whether you’ve ever looked into a miner’s eyes—for any length of time, that is. Because it is the loveliest blue you’ve ever seen. I think perhaps that’s why I live in Ibiza, because the blue of the Mediterranean, you see, reminds me of the blue of the eyes of those Doncaster miners » (Bennett 384). L’humour et l’ironie, plus que la vitupération, sont les armes de prédilection de la littérature du Nord parce qu’elles font pivoter le regard, encouragent le lecteur à regarder la région et la littérature sous un angle nouveau.

24La dimension agonistique de cette littérature s’exprime sur le mode du palimpseste et de l’ekphrasie, dont l’hypotexte est tout autant le Nord que les versions du Nord qui l’ont précédée. Dave Russell dans Looking North: Northern England and the National Imagination (2004) écrit : « Most people outside the North and many within it have come to know the region not through personal experience but via the versions they encounter in the field of culture » (Russell 4). Par exemple du Reeve de Chaucer dans les Canterbury Tales (xive siècle) au narrateur des Daft Yorkshire Tales (2012) de Ian MacMillan en passant par Georges Formby (1904-1961) et Gracie Fields (1898-1979), le benêt du Nord fait rire par son ignorance affichée. Cette naïveté n’a cependant rien d’angélique : l’identification à un trait nord-anglais donne aux personnages ce degré d’étrangèreté, pour reprendre un terme de Jean-Luc Nancy, qui rend leurs attaques contre les valeurs nationales plus subtiles. Par conséquent, le Nord est un faire, non pas un donné mais un construit ou plus précisément un lieu en perpétuelle construction.

25La littérature du Nord s’avère révisionniste au sens noble du terme : elle apporte une correction à l’histoire officielle en faisant entendre les paroles de ceux qui n’ont pas eu voix au chapitre. Depuis les années 60, elle est d’ailleurs fortement inspirée des travaux de E. P. Thompson et de Richard Hoggart sur la classe ouvrière et les cultures populaires.

Le Nord littéraire

26L’expression « Nord littéraire » paraît aussi oxymoronique dans la mesure où le Nord est taxé de philistinisme dans l’imaginaire collectif. Dans The North of England (1990), Frank Musgrove, s’appuyant sur les théories raciales de Havelock Ellis, en conclut : « Serious poetry begins south of Lincoln, and serious engineering north of the Tees » (Musgrove 13), ce qu’il justifie en ces termes : « Highly productive contexts for the intellectual life do not include militarized frontiers or heavily industrialized towns. It was the misfortune of northern England after the age of Bede that its greatness was based on both » (Musgrove 16). Si jamais l’adjectif « serious » n’est défini, l’historien suggère néanmoins qu’au Nord les poètes sont au mieux des rimailleurs. C’est sans doute pourquoi Howard Sergeant, dans son Anthology of Contemporary Northern Poetry (1947), se sent obligé d’insister sur le fait que les deux critères (poéticité et nordicité) ont eu le même poids dans son processus de sélection. Par conséquent, l’étiquette « littérature du Nord » sous-entend « littérature régionale », un genre littéraire qui a mauvaise presse car il est associé à une certaine forme de provincialisme. Comment être un artiste du Nord si le Nord est philistin ?

27La question principale est celle de la langue dans laquelle s’écrit cette littérature du Nord : comment trouver une voix avec des inflexions régionales qui dépassent pourtant la couleur locale ? Comment cette voix peut-elle rester compréhensible, dire la région sans qu’il y ait repli, sans que le lien avec la nation soit rompu ? Par exemple, Charlotte Brontë écrit du dialecte du Yorkshire de Joseph dans Wuthering Heights (1947) : « It seems to me advisable to modify the orthography of the old servant Joseph’s speeches; for though, as it stands, it exactly renders the Yorkshire dialect to a Yorkshire ear, yet I am sure Southerners must find it unintelligible; and thus one of the most graphic characters in the book is lost on them » (Gaskell 359). Les amendements apportés par la sœur d’Emily concernaient principalement la transcription des phénomènes phonologiques et l’ajout d’une liste de mots dialectaux. Par ailleurs, Joseph ne prend pas en main la narration, à l’inverse de Nelly Dean, qui, bien que servante, parle l’anglais standard. Au xixe siècle, le dialecte avait une fonction de couleur locale, de caractérisation, il indiquait un état de subordination, mais il n’était pas vecteur d’authenticité. Il faudra attendre les années 1960 pour que les voix dialectales prennent le contrôle du récit.

28Car trouver une voix nord-anglaise, ce n’est plus seulement intégrer le dialecte à des fins de caractérisation mais en faire le fondement d’une poétique du Nord. Par exemple, Tony Harrison, dans From ‘The School of Eloquence’ (1984-), propose, dans des notes de bas de page, des traductions intralinguistiques pour quelques mots dialectaux, ce qui vise à intégrer un coefficient d’étrangeté dans le texte, comme si les dialectismes étaient étrangers à l’anglais standard et à la poésie. Mais ce dialecte est ensuite élevé au rang de langue poétique au sein d’une esthétique rhubarbare, mot valise composé de rhubarbe, l’une des cultures typiques de Leeds, et de barbare, la langue de l’étranger. La tension entre dialecte et anglais standard est rendue par la typographie et le poète n’a de cesse de montrer que le parler nord-anglais de son père est émaillé de pentamètres iambiques parfaits. Dans cette tension entre le dialecte et l’anglais standard, les écrivains trouvent une source inépuisable de créativité.

29Peut-on définir une littérature du Nord de l’Angleterre dans des termes qui n’évoqueraient pas l’analyse critique de la littérature régionale, de la littérature postcoloniale ou de la littérature des franges celtiques de l’Angleterre ? Il paraît difficile de le faire, tant elle se situe à la croisée de ces courants. Mais c’est justement parce qu’elle résiste à toute tentative de définition univoque que la littérature du Nord de l’Angleterre interpelle. Derrière cette étiquette se profile un paradigme qui permet de penser et d’analyser la littérature au-delà des frontières qu’elle prétend délimiter : en pénétrant cet espace étrange, lecteur et critique se trouvent confrontés à l’étrangèreté du texte littéraire et invités à poser un regard neuf sur leur propre pratique de lecture et d’analyse.

Haut de page

Bibliographie

Armitage, Simon, « Poetry is a Form of Dissent », 2011, http://www.guardian.co.uk/books/video/2011/nov/07/simon-armitage-poetry-video-interview, consulté le 2 juillet 2013.

———, All Points North, Harmondsworth : Penguin, 1999.

———, Zoom !, Newcastle-Upon-Tyne : Bloodaxe Books, 1989.

Auden, W.H., ‘I like it Cold’, House and Garden 92.6 (décembre 1947) : 110.

Barthes, Roland, « Proust et les noms », Nouveaux Essais Critiques, Paris : Seuil, 1972.

Bennett, Alan, Writing Home, New York : Picador, 1994.

Bentley, Phyllis, The English Regional Novel, Londres : George Allen and Unwin, 1941.

Bhaba, Homi, ‘The Other Question… Homi K. Bhabha Reconsiders the Stereotype and Colonial Discourse’, Screen 24.6 (1983) : 18–36.

Bunting, Basil, Complete Poems, éd. Richard Caddel, New York : New Direction Books, 2003.

Butler, Judith, Bodies that Matter, New York : Routledge, 1993.

Cockin, Katharine, The Literary North, New York : Palgrave Macmillan, 2012.

Compagnon, Antoine, « Avant-Propos », Frontières des genres : migrations, transferts, transgressions, éds. Merete Stistrup Jensen et Marie-Odile Thirouin, Lyon : PU de Lyon, 2005, 5-34.

Gaskell, Elizabeth, The Life of Charlotte Brontë (1857), éd. Angus Easson, Oxford : OUP, 1996.

Heaney, Seamus, ‘The Regional Forecast’, The Literature of Region and Nation, éd. R.P. Draper, Londres : Macmillan, 1989, 10–23.

Jauss, Hans-Robert, Pour une Esthétique de la Réception, Paris : Gallimard, 1978.

Jewell, Helen M., The North-South Divide: The Origins of Northern Consciousness, Manchester : Manchester UP, 1994.

Kripke, Saul, Naming and Necessity, Cambridge, MA : Harvard UP, 1980.

Orwell, George, The Road to Wigan Pier, Harmondsworth : Penguin Books, 1989.

Musgrove, Frank, The North of England, A History from the Roman Times to the Present, Londres : Blackwell, 1990.

Peace, David, Nineteen Ninety Seven, Londres : Serpent’s Tail, 2000.

Russell, Dave, Northern England and the National Imagination, Manchester : Manchester UP, 2004.

Wales, Katie, Northern English: A Social and Cultural History, Cambridge : CUP, 2006.

———, ‘North and South: A Linguistic Divide ?’ (1999), http://www.leeds.ac.uk/reporter/439/kwales.htm, consulté le 2 juillet 2013.

Haut de page

Notes

1 Voir l’article : http://www.guardian.co.uk/books/the-northerner/2013/apr/22/granta-young-novelists-john-freeman-leeds, consulté le 2 juillet 2013.

2 D’autant que les homonymes de « Northern literature » évoquent davantage l’Irlande, l’Écosse, la Scandinavie, le Canada que le Nord de l’Angleterre ; son pendant, la « Southern literature » évoque, lui, le Sud des États-Unis mais en aucun cas le Sud de l’Angleterre.

3 Voir la table ronde autour de la traduction organisée par l’ACEL lors des 6e rencontres européennes de Littérature, http://www.canalc2.tv/video.asp?idVideo=10343&voir=oui, consulté le 2 juillet 2013.

4 « It is understandable that people might expect to find the Industrial Revolution a key factor in the development of regional differences for while the current perspective is one of a poor north and a rich south, it replaces one which contrasted the rural south with the industrial north » (Jewell 2).

5 Voir le référendum de 2004 qui signa l’échec cuisant de la dévolution de la région.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Hélie, « La littérature du Nord de l’Angleterre : de l’étiquette au paradigme », Études britanniques contemporaines [En ligne], 46 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://ebc.revues.org/1105 ; DOI : 10.4000/ebc.1105

Haut de page

Auteur

Claire Hélie

Claire Hélie enseigne l’anglais à l’université Paris 1 — Panthéon Sorbonne. Elle vient de soutenir une thèse intitulée « Les Nords poétiques, poétiques du Nord » sous la direction de Marc Porée. Elle a publié plusieurs articles sur Basil Bunting, Ted Hughes, Tony Harrison, et Simon Armitage. Elle s’intéresse également à la construction de la masculinité et à la traduction.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org