Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christine Reynier, Virginia Woolf’s Ethics of the Short Story

Catherine Bernard
p. 183-185
Référence(s) :

Reynier Christine, Virginia Woolf’s Ethics of the Short Story, Londres : Palgrave, 2009, 179 p. ISBN 978-02302-2718-7, 62 €.

Texte intégral

1On sait quelle place les études woolfiennes tiennent depuis longtemps dans le canon critique moderniste. On sait aussi combien il peut sembler désormais difficile de se frayer un passage original dans la profusion de lectures critiques de son œuvre. Des pans importants de sa production restent toutefois encore à défricher. C’est le cas de l’immense corpus de ses essais critiques, le caractère hétérogène et proliférant de ce corpus expliquant qu’il reste encore beaucoup à dire sur la Woolf essayiste. Mais c’est aussi le cas de son œuvre de nouvelliste. Pour plus modeste qu’elle soit en volume, cette œuvre est pourtant non moins magistrale, non moins essentielle pour comprendre la révolution des lettres modernistes.

2Spécialiste de l’œuvre de Woolf unanimement reconnue, Christine Reynier a, de longue date, su discerner l’importance que revêtent les nouvelles de Woolf dans le corpus moderniste. Elle a su mettre en lumière leur rigueur structurelle et leur caractère novateur. Elle en est l’une des plus fines lectrices, sachant déceler le génie de l’ensemble dans le détail de sa texture.

3Dans cet essai publié tout récemment, Christine Reynier envisage les nouvelles de Woolf comme un espace de liberté littéraire : « a new space where circulation prevails, an open space » (p. 15). Espace ouvert, la nouvelle l’est tout d’abord par la manière dont elle sait déplacer les frontières génériques, empruntant à la fois au genre de l’essai, au journal, à l’esquisse, s’inspirant des arts de l’espace en ouvrant l’écriture à la force immédiate de la vision, aux couleurs des sens. En cela la nouvelle est un laboratoire littéraire dans lequel Woolf s’autoriserait à enfreindre plus librement encore les lois littéraires qu’elle ne le fait dans ses romans. La nouvelle se tiendrait ainsi souvent aux limites de la poésie, dans des marges génériques où l’écriture est mise à l’épreuve. Plus encore peut-être que dans l’écriture romanesque Woolf fait de la nouvelle un champ complexe d’associations, de connexions paradigmatiques qui, déliées de l’impératif de l’intrigue, nous permettent d’approcher au plus près de ces moments de vision que la romancière/nouvelliste n’aura cessé de traquer tout au long de sa carrière : « Woolf [...] redefines in her short stories the story-telling process in terms of association, connection, expansion, of moments of shooting out into other moments (p. 44).

4Pratiquant l’art de l’équilibre, la nouvelle ouvre de même une dialectique subtile qui maintient en tension totalité et fragments, fixité et fluidité, offrant ainsi à l’esprit un espace de liberté et de spéculation qui le délie des diktats de l’univocité.

5Plus encore ces moments de vision invitent le lecteur à un moment de rencontre, de frayage avec l’altérité. Exploitant la métaphore de la conversation souvent utilisée par Woolf pour qualifier l’entrelacs des consciences et de notre être au monde, Christine Reynier en vient à suggérer que la nouvelle woolfienne ouvrirait en fait l’espace d’une émotion tierce : « a third emotion (p. 77), fondée sur la force dynamique de la rencontre avec l’autre. Empruntée à Between the Acts, l’expression désigne un espace tiers, au-delà des oppositions binaires, un espace où cohabitent sans nécessairement se réconcilier des forces antagonistes. Particulièrement prégnante dans des nouvelles telles « Together and Apart » et « A Summing Up », l’une des nouvelles satellites de Mrs Dalloway, cette émotion tierce, propre à l’art de la conversation est le medium d’une rencontre éthique avec l’autre dans son altérité intangible : « the self accomodates the other without assimilating it but rather, respects its differences. Such a form of conversation certainly displays an ethical dimension » (p. 70).

6Ainsi la nouvelle devient-elle, de par sa liberté et son ouverture formelle, le genre par excellence de cette éthique de la lecture dont nous entretient Martha Nussbaum. Creusant plus avant le paradigme de la conversation éthique, Christine Reynier en vient, dans la dernière section de l’ouvrage à suggérer que la nouvelle woolfienne, du fait même de son indirection, de son art de l’entrelacs et de la rencontre, offre finalement un espace de résistance à l’univocité idéologique, à la mise en silence de l’esprit. L’hybridité générique, la polyphonie, l’impersonnalité grandissantes des nouvelles sont autant de moyens pour Woolf de démocratiser, de déhiérarchiser l’espace littéraire, de l’ouvrir au jeu de la pluralité, de déstabiliser le principe même d’autorité. C’est alors que l’expérimentation formelle peut se révéler aussi porteuse d’une énergie politique et la poétique se faire politique. L’autonomie formelle de la modernité s’inverserait alors en une forme de responsabilité éthique : « Autonomy would then read as an oxymoron referring both to its own law and to a law founded on sharing and the community. In other words, autonomy would meet commitment » (p. 147).

7Comptable de la liberté de penser du lecteur, la liberté formelle l’est donc car elle est le moyen de délier les esprits, de déplacer les lignes de force, de dénoncer les silences de l’idéologie. Salutairement, la lecture que Christine Reynier nous offre de ce corpus encore trop confidentiel nous rappelle que la force subversive du Modernisme n’est pas de pure forme. Elle est aussi puissance de décentrement des certitudes, puissance d’ouverture à l’autre au creux même du texte. Salutairement cet ouvrage nous invite donc à relire les nouvelles de Woolf pour comprendre comment en elles se cristallisent les contradictions du Modernisme et sa force dialectique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Bernard, « Christine Reynier, Virginia Woolf’s Ethics of the Short Story », Études britanniques contemporaines, 42 | 2012, 183-185.

Référence électronique

Catherine Bernard, « Christine Reynier, Virginia Woolf’s Ethics of the Short Story », Études britanniques contemporaines [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 15 septembre 2014, consulté le 18 août 2017. URL : http://ebc.revues.org/1365 ; DOI : 10.4000/ebc.1365

Haut de page

Auteur

Catherine Bernard

Université Paris-Diderot — Paris 7.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org