Navigation – Plan du site
Spatial trajectories

Entre métonymie, métaphore et métatextualité : le trope surdéterminé de la route dans The Famished Road de Ben Okri

Among Metonymy, Metaphor and Metatextuality: The Road as Overdetermined Trope in Ben Okri’s The Famished Road
Christian Gutleben

Résumés

Métonymique, la route l’est doublement puisque, d’une part, elle représente les gens qui la foulent et que, d’autre part, cette route unique, ce morceau de chemin n’est qu’un fragment des routes plurielles et des chemins universels. Métaphorique, elle l’est paradigmatiquement dans la mesure où elle figure l’évasion, la destinée ou le voyage, ce voyage fût-il errance ou pèlerinage, aventures ou éducation. Métatextuelle, enfin, la route qui sillonne le roman semble bien incarner le fil du texte, l’écheveau du récit. Et dès lors que texte de routes et routes du texte vont de pair, c’est la structure même du roman qu’entraîne ou que simule la route éponyme. Se pose alors la question : The Famished Road, livre-monde, livre ouvert, livre sans fin ou livre-récit, récit de vie, récit à révélation ? Labyrinthe sans clé ou itinéraire fléché ? La critique a souvent souligné, à propos de ce roman, l’absence totale de téléologie, cette réflexion entend problématiser, voire remettre en cause, cette conception d’un roman de l’errance pour mettre en relief la pluralité des pactes et parcours de lecture — à l’image de la pluralité herméneutique du trope de la route.

Haut de page

Texte intégral

1Christiane Fioupou, grande spécialiste de littérature africaine, a souligné « la présence quasi obsessionnelle de la route chez la plupart des écrivains yoruba » (Fioupou 8) et même si Ben Okri n’est pas directement d’origine yoruba, sa fiction s’inspire manifestement de cette culture de même qu’elle en intègre les mythes et les motifs. Dans son étude sur la route dans l’œuvre de Wole Soyinka, Fioupou explore de nombreuses pistes interprétatives : examinant d’abord l’aspect social et civilisationnel d’une route à l’histoire impérialiste, elle envisage ensuite la dimension mythique de cet espace rituel placé sous le signe de l’ambivalent Ogun avant d’analyser la route comme un trait d’union entre le visible et l’invisible, la vie et la mort, pour finir par suggérer une signification esthétique où les chemins mènent à l’innovation stylistique ou générique. C’est d’une telle pluralité herméneutique que cet article souhaiterait s’inspirer, certes dans un format beaucoup plus modeste, mais avec la même ambition de montrer que les diverses interprétations se cumulent dans une logique de l’agglomération et non de la sélection. Je voudrais ici défendre l’hypothèse principale que la polysémie du trope de la route dans The Famished Road reflète la polyvalence du roman, en particulier dans ses implications structurelles. Souvent perçue sous l’aspect de la circularité, de l’infinitude, du labyrinthe ou de l’aporie, la route figurerait un récit ouvert, répétitif, chamanique où seraient dépeints les divers aspects d’une vision du monde aux ontologies reconfigurées. Pourtant, la route évoque également le voyage, la destinée, voire la progression, et la narration qui se construit spéculairement ou parallèlement à elle laisse par conséquent aussi poindre une évolution entraînant la possible existence d’un telos. Il ne s’agit donc pas de confronter un rythme incantatoire, une structure itérative, un principe anti-téléologique, propres à une esthétique africaine, à un parcours initiatique et une logique progressiste typiques d’un certain type de fiction occidentale. Si la route est tantôt boucle et tantôt chemin, tantôt labyrinthe sans clé tantôt itinéraire fléché, c’est bien que Ben Okri fort habilement refuse de choisir pour privilégier une fiction de la bigarrure et du syncrétisme, une fiction décloisonnée où l’ambiguïté structurelle et générique signifie évidemment l’orientation idéologique et politique.

2La métonymie : c’est sous cet angle que sera tout d’abord abordée l’analyse de la route. Premier type de relation métonymique tout à fait classique, celui qui unit la partie à une entité plus large : la route qui est construite aux abords de la ville anonyme où se déroule l’ensemble de la diégèse représente une nouvelle vie, un nouveau monde : « Our road was changing. Nothing was what it seemed anymore ». Ou encore : « Too many roads. Things are CHANGING » (Okri 490, 437). Le changement qui affecte la route affecte l’ensemble de l’univers diégétique, la partie se répercute sur le tout, c’est bien le principe métonymique qui est en jeu dans ce processus d’élargissement et de généralisation. La route dont il est question dans ce processus analogique est d’ordre topographique et géographique, elle confère au récit la dimension référentielle typique d’un roman social ou réaliste. L’entreprise est tout à fait traditionnelle : on décrit une transformation ponctuelle, un microphénomène pour suggérer une transformation civilisationnelle, un macrophénomène. Témoin de son lieu et de son temps, la route métonymique possède donc un caractère politique et historique qui devient selon Vanessa Guignery « the symbol of the country’s progression towards a modern and techonological future, but that development is also predicated on economic greed and the Western exploitation of third-world nations » (Guignery 2012, 37) et qui permet à Ben Okri, selon Mariaconcetta Costantini, de mettre en texte « environmental and political concerns that afflicted Nigeria at the time of decolonisation, and are still topical nowadays » (Costantini 93).

  • 1 Costantini insiste sur la même relation métonymique quand elle remarque que la route est « an emble (...)

3La dimension socio-politique paraît encore renforcée par une autre correspondance métonymique : la route désigne les gens qui la foulent ou la côtoient, le lieu désigne ses habitants, l’endroit son environnement1 : « The road is their [the people’s] soul, the soul of their history » (378). Dès lors que sont associés route et personnages, l’insistance sur la route affamée se lit aussitôt comme un moyen d’évoquer la population affamée et, par conséquent, une réalité socio-économique. Le titre peut alors s’interpréter comme une hypallage où le transfert métonymique vient expliquer ou corriger l’apparente allotopie. L’histoire de la route comprend donc l’histoire des personnages et en arrive même à se confondre avec elle. Des expressions rhétoriquement très efficaces comme « the road of our vulnerability » (209) ou « the road of our lives » (211) montrent bien cette imbrication entre topographie et personnages puisque la continuité et l’unité syntaxique signifient clairement la continuité et l’unité sémantique entre nom et complément du nom. Que ces syntagmes relèvent aussi de l’association métaphorique prouve d’ores et déjà que le traitement de la route dans The Famished Road se situe constamment au carrefour de plusieurs voies rhétoriques et herméneutiques.

4En tout cas, lorsque la faim est littérale et qu’elle relie la partie et le tout, le particulier et le général, la narration qui s’en fait l’écho prend inévitablement la coloration d’un témoignage, d’un récit ancré dans le réel et c’est là (aussi) un des aspects de ce roman inépuisable. La métonymie, elle, démontre ici ce que Bernard Dupriez a appelé « son pouvoir d’irradiation » (292), l’éloquent lexème de la route propageant progressivement ses caractéristiques aux gens, au quartier, à la ville, au pays, voire au continent. Si Jack Kerouac a pu écrire, dans un autre roman où la route occupe la place centrale dans le titre et dans le récit, que la route était « like the raw body of America itself » (13), la tentation est grande de voir dans la route d’Okri une image de l’Afrique elle-même. Le « pouvoir d’irradiation » de la métonymie semble donc sans limite et, de fait, la route éponyme ne s’arrête pas aux frontières de l’Afrique, elle parcourt, affecte et concerne le monde entier, comme le signale manifestement l’incipit tout à fait programmateur : « the road branched out to the whole world » (3). La route qu’emprunte Azaro est donc à la fois celle, spécifique, des habitants de son quartier défavorisé et celle, générale, du parcours de la vie : « All human beings travel the same road » (83). Route de l’Afrique et route du monde, roman de l’Afrique et roman universel, on voit déjà comment Okri pratique un art romanesque de l’ouverture et de l’agrégation.

  • 2 Voir aussi 122, 219, 309 et 405.
  • 3 Je tiens à remercier Jean-Michel Ganteau de m’avoir mis sur la piste de cette théorie dans un chapi (...)

5Parallèlement au principe syntagmatique de la contiguïté, celui qui relie une notion ou un objet à une notion ou un objet voisins, la route obéit ici aussi au principe paradigmatique de la substitution, celui qui remplace une notion ou un objet par une notion ou un objet de nature différente. Transfert du concret à l’abstrait, le processus métaphorique encourage la lecture de la route comme voyage, parcours, itinéraire, cheminement, trajectoire, destinée, errance ou évasion. Quand le protagoniste-narrateur proclame : « I wanted […] to find or create new roads from this one which is so hungry, this road of our refusal to be » (559) ou que le père déclare : « [t]hi is my world constituency, the beginning of my road » (479), les routes évoquées ne peuvent être comprises que figurativement comme les destinées des personnages ou leurs voies axiologiques. Dans le cas d’Azaro, comme l’évolution du personnage suit celle du roman, l’interprétation de sa trajectoire coïncide avec l’interprétation du roman et la métaphore de la route représente donc l’énigme centrale du dispositif romanesque. Cette route que parcourt inlassablement le protagoniste pourrait représenter l’axe médian des pérégrinations propres au mode picaresque. Comme le soutient Kerry-Jane Wallart la structure épisodique, l’alternance entre scènes d’action et scènes d’observation, l’idée d’incomplétude inférée par la multiplication des épisodes, le rôle crucial, presqu’actantiel, joué par la péripétie et le parallélisme entre épisode et chapitre, voyage et lecture, tout cela semble bien s’inscrire dans le cadre générique du picaresque : « The hunger of the road that is often mentioned in the novel may be seen as a symbol for the endless amount of itineraries offered and followed, for the infinity of journeys that open in front of Azaro » (Wallart 2013a, 32). De fait, l’idée de « wanderlust » est explicite dans le texte (138) et le récit, typique en cela de la tradition picaresque, est rythmé par des indications métatextuelles du besoin d’errance : « I resumed wandering the roads of the world » (169), « [s]o I began to wander » (312), « I found myself wandering the night roads » (353), « I would take to wandering the streets » (419)2. Pourtant, cette errance conduit le protagoniste toujours aux mêmes endroits et en cela elle diffère de celle du héros picaresque dont, rappelons-le, le parcours s’effectue horizontalement à travers un espace géographique étendu et verticalement à travers les différentes classes sociales : « [l]e sens profond du voyage picaresque n’est peut-être pas tant de donner un cadre spatio-temporel au récit que d’offrir au lecteur un assortiment exemplaire de traits de comportements » (Assaf 8–9). En l’absence de cette mobilité spatiale et sociale et surtout parce qu’Azaro ne correspond pas à la figure du picaro, sa bienveillance étant précisément ce qui le distingue à la fois du vaurien picaresque et de l’abiku traditionnel, il semble préférable d’éviter l’appellation picaresque et d’avoir recours au concept de dérive tel que l’a théorisé Guy Debord3.

6Selon Debord, « le concept de dérive est indissociablement lié à la reconnaissance d’effets de nature psychogéographiques et à l’affirmation d’un comportement ludique-constructif, ce qui l’oppose […] aux notions classiques de voyage et de promenade » (Debord 51). Pour le sujet en dérive, ce qui importe c’est la découverte « de nouveaux axes habituels où tout [le] ramène constamment » et « l’existence de plaques tournantes psychogéographiques » (Debord 52, 55). Alors que dans le récit picaresque l’accent est mis sur l’observation critique de l’environnement et des autres, le principe de la dérive favorise la perception personnelle et la découverte de soi. Selon les règles de la psychogéographie, ce n’est pas le milieu lui-même qui fait l’objet de l’activité descriptive ou analytique mais les effets de celui-ci sur le comportement humain. Dans le cas d’Azaro, l’absence de but ou de destination préétablis paraît manifeste dans le sémantisme du verbe « to wander » utilisé si fréquemment : il n’y a pas orientation, mais bien désorientation délibérée, dérive ouverte aux sollicitations du milieu et retours incessants aux « axes habituels » comme la forêt ou le bar de madame Koto. Pour illustrer le fonctionnement esthétique des « plaques tournantes psychogéographiques », on peut prendre l’exemple du marché. Face à ce topos urbain, le narrateur n’adopte pas une posture interprétative ou rationnelle, il choisit de retranscrire l’appréhension sensuelle de l’enfant, qui, dans son ouverture au monde, dans son absence de tabou et de jugement, se rapproche de celle du poète. La première perception psychogéographique se traduit donc par une description synesthésique où s’entassent énumérations et accumulations, répétitions anaphoriques et récurrences syntaxiques, dans une véritable célébration du substantif, un culte de ce que le texte appelle « the unholy fecundity of objects » (190) et qui se rapproche de la poésie du prosaïque d’un Walt Whitman. Dans un deuxième temps, le protagoniste perçoit la présence d’esprits dans ce lieu de la concrétude « [s]pirits of the dead moved through the dense smells and the solid darkness » (197), comme si l’identification de cette présence spirituelle au milieu de ce lieu de la matérialité servait précisément à révéler « le sens surnaturel d’un esprit des lieux » qui pour Merlin Coverley constitue un des aspects cruciaux de la psychogéographie (Coverley 27). Enfin, le marché est décrit comme le théâtre de brutalités, de corruption et d’injustices subies en particulier par la mère du narrateur et il illustre ainsi sa fonction principale selon Debord : « susciter des vives réactions affectives » (Debord 51-52), en particulier l’insoumission et l’indignation. En passant ainsi d’un lieu sensuel à un espace surnaturel puis à un terrain social, en alternant ainsi traitement poétique, fantastique et réaliste, la « plaque tournante psychogéographique » montre, d’une part, qu’elle contribue à « la diminution constante de ces marges-frontières jusqu’à leur suppression complète » (Debord 55), aussi bien sur le plan ontologique que sur le plan générique et, d’autre part, qu’elle incarne la richesse d’une « poétique de l’exploration urbaine » — pour reprendre le sous-titre de l’ouvrage de Coverley.

7Si le principe de la dérive favorise une esthétique fluide et poreuse, aidé en cela par la nature du sujet narré qui passe rapidement de l’émerveillement au rêve et à l’effarement, il suppose néanmoins un mouvement, un déplacement, un parcours, doubles figurés de la route, et un des enjeux de cette étude réside dans l’analyse de ce mouvement pour décider si la dérive aboutit à une destination ou pas, si le parcours a un but ou pas. Bien entendu, cette question recouvre l’analyse structurelle qui sera effectuée dans la partie sur les valeurs métatextuelles de la route, mais il convient d’ores et déjà de préciser que dans le cadre de la dérive « les points de départ et d’arrivée […] sont indifférents » et que le hasard des découvertes et le « laisser-aller » constituent des desseins en soi (Debord 53, 51). Autrement dit, l’objectif ne saurait être concret ni géographique et si la route figure non seulement le parcours du protagoniste mais aussi le fil de la narration, il découle de la nature même du récit de la dérive que son aboutissement ne peut pas consister en une révélation narrative précise tout comme la fin de la dérive ne peut coïncider qu’avec une découverte intérieure et non sociologique ou politique.

8Afin de poursuivre l’analyse, il semble souhaitable d’insister sur la différence entre la route métonymique, partie d’un continent ou terrain d’une population, et la route métaphorique, image d’un parcours individuel ou d’une destinée collective. Dans le premier cas, le trope opère un élargissement dans le champ du réel, dans le second cas, il procède à une substitution conceptuelle, à une transposition ontologique qui entraîne la disparition de la dimension réaliste. C’est évidemment ce que dit Paul Ricœur au sujet de la métaphore puisque pour lui le discours métaphorique « signifie très précisément que le rapport à la référence est suspendu », qu’il n’y a « plus de dénotation, mais seulement des connotations » (Ricœur 278). Parce qu’elle « intercepte la référence et, à la limite, abolit la réalité », la métaphore tire le langage vers « la fonction poétique […] en opposition avec la fonction référentielle » (Ricœur 280). « Cette recherche d’une autre référence » propre à la métaphore amène le philosophe à rapprocher métaphore et poésie : « N’est-ce pas la fonction de la poésie de susciter un autre monde — un monde autre qui corresponde à des possibilités autres d’exister » ? (Ricœur 288) Comment ne pas voir dans cette question rhétorique une définition de l’entreprise romanesque telle que la conçoit Okri ? Sa route à la fois labyrinthe des pensées, échappée onirique et passerelle vers le surnaturel n’est-elle pas tout entière destinée à « susciter un autre monde », un monde autre ? Pourtant, la métaphore ne se contente pas de susciter un autre monde, elle le crée et elle incarne donc une puissance étymologiquement poétique. La force poétique de la métaphore, telle que la décrit Ricœur, semble idéalement correspondre à la route d’Okri dans la mesure où elle aboutit à « un plaidoyer pour l’irrationnel » : « en effet, l’ébranlement des catégorisations acquises opère à la façon d’un dérèglement logique, à la faveur de rapprochements impertinents, d’empiétements incongrus, comme si le discours poétique travaillait à une décatégorisation de proche en proche de tout notre discours » (Ricœur 387). Syllepse omniprésente et omnipotente, la route qui est et qui n’est pas, la route en métamorphose permanente, la route au sémantisme exponentiel constitue donc l’outil principal au service d’une fiction heuristique consacrée à détourner le lecteur de la voie positiviste pour l’orienter en le désorientant vers des univers instables et entremêlés, des univers de la défamiliarisation — fût-elle poétique ou ontologique, générique ou idéologique.

9Pour prendre du recul, on peut convoquer l’excellent travail de synthèse effectué par David Lodge au sujet de la métonymie et de la métaphore. On se souvient que dans sa théorie de la dominante, explicitement dérivée des travaux de Jakobson, le pôle métonymique est agrégé à l’écriture réaliste tandis que le pôle métaphorique concorde avec l’écriture symboliste et romantique (Lodge 80). Or, comme Okri a constamment recours à la logique métonymique et à la plasticité métaphorique, qu’il les alterne et parfois même les allie, il est impossible d’associer son écriture à un pôle plutôt qu’un autre, à une tradition plutôt qu’à une autre. On voit bien par conséquent qu’Okri refuse la logique bipolaire et qu’il conjugue fonction référentielle et fonction poétique, écriture réaliste, symboliste et romantique. De l’ambiguïté rhétorique du trope de la route découle donc la diversité générique de sa mise en texte romanesque.

10Avant d’aborder le caractère métatextuel de la route, il conviendrait bien entendu d’envisager une autre dimension dans la déclinaison des ‘m’ : la dimension mythique. Cet aspect de la route, dont découle aussi une intertextualité africaine très riche, fait l’objet d’une étude si détaillée dans la monographie de Vanessa Guignery (Guignery 2012, 33–47) qu’il paraîtrait redondant d’y revenir. Peut-être y a-t-il lieu d’insister sur l’ambivalence d’Ogun, le dieu de la route, prédateur redouté à la voracité insatiable mais aussi principe créateur, auteur de la route originale et donc porteur d’espoir — d’évasion, d’ouverture, de mobilité. Fascinante et inquiétante, cette ambivalence génère des récits intradiégétiques et participe donc à l’emballement de la machine narrative, mais elle reflète aussi l’ambiguïté générique qui nous préoccupe ici. La destruction sur le plan mythique semble bien annoncer, illustrer ou souligner les dégâts et la déforestation provoqués par la route métonymique, celle-là même qui nourrit la veine réaliste ou historiographique, tandis que la créativité du mythe tutélaire se retrouve bien entendu dans la fertilité métaphorique de la route, catalyseur du discours poétique et du récit fantastique qui ouvre sur des univers parallèles, des lignes de fuite ontologique.

  • 4 L’idée d’irrésolution narrative rejoint la thèse principale de Claire Omhovère selon qui « the road (...)

11Métatextuelle, enfin, la route l’est manifestement dès lors que cette route qui sillonne l’univers référentiel du roman figure aussi le fil du texte, l’écheveau de la narration, si bien que viennent se confondre récit de la route et route du récit. Dans cette antimétabole classique, on voit bien les relations de correspondance qui s’établissent entre le thème et le texte, entre le propos et la structure, entre l’objet du récit et le fonctionnement du récit. De fait, quand plusieurs voix insistent sur l’indispensable ouverture et l’inévitable incomplétude de la route (375, 377, 378, 571, 572), ce sont aussi l’ouverture et l’incomplétude du roman qui sont prônés. Comme la route n’a pas de fin, menant toujours à d’autres chemins et d’autres mystères, le roman n’a pas de fin puisque c’est le roman des énigmes, en particulier celle de la nature du monde, et que ces énigmes restent irrésolues et qu’elles mènent toujours à d’autres énigmes4. De même, c’est aussi la structure du roman lui-même qui est en cause dans la description suivante : « the roads multiplied, reproducing themselves, subdividing themselves, turning in on themselves, like snakes, tails in their mouths, twisting themselves into labyrinths » (134–135). Comme le suggère l’image de l’ouroboros, le récit suivrait une logique de cycle éternel et serait de nature circulaire et répétitive. Un problème se pose alors au regard de ces indications métatextuelles divergentes : comment la narration peut-elle être simultanément ouverte et fermée, débouchant sur l’infinitude et repliée sur elle-même ?

12Cette question en rejoint une autre tout aussi cruciale : la route serpente-t-elle sans fin ou conduit-elle à une destination, la narration se décompose-t-elle en épisodes répétitifs et réflexifs ou laisse-t-elle voir une progression ? Pour certains critiques, The Famished Road est « a postcolonial Bildungsroman » (Fernandez Vasquez 93), un roman d’éducation dont la route représente « the road to true knowledge » (Costantini 105), pour d’autres, au contraire, la route « seems to lead nowhere » (Wallart 2013a, 41) et le roman « denies any linear and teleological progression » (Guignery 2013, 8). Pour interroger l’existence problématique d’un telos, je ne reviendrai pas sur la spécificité africaine de la conception de l’éducation ni sur la nature de l’abiku dont les facultés extraordinaires acquises a priori modifient forcément le récit de son éducation (Wallart 2013b, 93), je souhaite souligner quelques éléments classiques du roman d’éducation et, partant, d’une évolution téléologique.

13C’est dans l’avant-dernier chapitre que le protagoniste-narrateur dresse une sorte de bilan de ses luttes et de ses déchirements — le dernier chapitre étant tout entier consacré à la vision de Dad. Dans cette section, Azaro affirme son choix qui est celui, christique, de vivre la vie d’un homme. Ce choix induit une rupture avec Ade, avec le monde des esprits, avec son passé et il est présenté comme une épiphanie. L’indication d’une « illumination » (558) évoque inévitablement l’idée de révélation et comme de plus cette idée est associée au terme « ecstasy » (558) dans la même phrase, la révélation prend un caractère sacré ou religieux puisque « illumination » signifie étymologiquement lumière spirituelle ou inspiration divine et que « extase » renvoie à la transe qui accompagne l’inspiration prophétique. L’utilisation d’un « yes » (558) manifestement joycien vient renforcer l’impression d’épiphanie et la rupture avec le passé pendant lequel l’enfant-esprit ne cessait de répéter : « I don’t know » (8 et passim). Cet assentiment à la vie modifie radicalement la perspective et la prospective du narrateur puisqu’en embrassant l’humain et en rejetant le monde des esprits celui-ci relève une toute nouvelle gageure : « the challenge to grow and learn and love » (559), un programme qui brise la logique cyclique pour introduire l’espoir de l’évolution, un programme qui interrompt la mélopée africaine et s’inscrit dans la logique traditionnelle du roman d’apprentissage et d’éducation.

14Quand le narrateur confie : « I wanted […] to find or create new roads » (559), c’est un autre aspect de son évolution qui est révélé puisqu’il annonce métatextuellement un changement de statut : de protagoniste passif il devient narrateur créatif. Ce passage du personnage au narrateur, cette transformation du sujet décrit en sujet décrivant sont bien entendu habituels dans un Bildungsroman à la première personne et The Famished Road peut donc aussi se lire comme l’histoire de la métamorphose du je errant en je narrant. Et comme le narrateur emprunte cette nouvelle route pour réaliser « the probability that no injustice lasts forever » (559), sa fonction d’écrivain prend nettement un tour éthique. L’évolution fondamentale du roman concerne donc la transformation d’un enfant qui incarne un problème (à la fois source de tracas et énigme) pour ses parents (« You are a problem to me, said [Dad]. A problem child », 139) en un adulte qui rend compte des problèmes de ses parents, d’un personnage qui subit les événements en un narrateur qui transcrit les événements, d’une enfance tiraillée entre deux mondes en une vocation éthique du témoignage, de la narration, de la trace. À l’instar du photographe international qui transforme les déshérités du quartier d’Azaro en héros de leur propre histoire, le narrateur, au bout de son parcours initiatique, devient le chantre des vies minuscules. Et dans cette mesure, sa route, qui semble sinueuse et aléatoire, est aussi une trajectoire.

15Pour établir l’ambiguïté de la route, on peut aussi analyser le fonctionnement des énigmes auxquelles la route est explicitement reliée, les deux étant associées à plusieurs reprises à l’idée d’incomplétude. Or, les énigmes, nombreuses et répétitives (« there are many riddles », 559) sont traitées sur un mode itératif et circulaire propre à suggérer le repliement, mais leur nature même invalide ou contrecarre l’impression de clôture dans la mesure où ces énigmes restent fondamentalement ouvertes et où la stérilité apparente d’une répétition à l’identique vient se briser dans cette trouée sémantique, déploiement des sens possibles. Cette itérativité ambiguë aboutit donc à une conclusion simultanément énigmatique et épiphanique, fermée et ouverte : « [a]nything is possible » (559). La circularité (en particulier celle de la route) est donc aussi une ouverture et l’énigme (en particulier celle de la route) est donc aussi une réponse. Bien entendu, que les méandres de la route et les énigmes à répétition se concluent sur cette déclaration, « [a]nything is possible », relève aussi d’une confession métatextuelle où se lit une profession de foi dans l’inépuisable potentiel de la littérature, où est inscrit en creux le delta des infinies possibilités romanesques.

  • 5 « It is possible to see the Bildungsroman as actually that of Dad, whose millennial prophecy closes (...)

16En dernière analyse, il convient de préciser que si les significations de la route sont multiples, et avec elles bien sûr les pistes génériques, c’est également et peut-être avant tout parce que les perspectives du récit sont diverses. Pour Ma, figure de Sisyphe et figure de laissé-pour-compte (« My life is like a pit. […] I fill it and it empties », 508), la route est de toute évidence un circuit fermé qui la ramène toujours aux mêmes endroits, toujours à la même misère. Ce parcours circulaire est aussi celui de la narration qui entend rendre compte d’une réalité sociale apparemment sans issue. Le cercle infernal est précisément celui que cherche à briser Dad lorsqu’il accède à une vision politique. Pour lui, qui incarne la possibilité du changement dans la mesure où il passe de l’hypostase des déjections à la conscience éthique, la route doit pouvoir mener au changement, elle doit pouvoir suivre une direction et la narration de son éveil moral s’apparente, elle aussi, au récit d’éducation5. Pour Azaro enfin, enfant et esprit, être en métamorphose et être suspendu dans l’atemporalité, la route est à la fois itinéraire et labyrinthe, segment et ligne infinie, et le récit de cette dualité ne peut que suivre les voies parallèles de l’évolution et de la répétition, du changement et de la stagnation, du Bildungsroman et de la mélopée. Cette pluralité herméneutique est délibérément inscrite dans la structuration même du roman. En effet, le roman est divisé en huit livres, la forme et la symbolique du chiffre huit rappelant la figure de l’ouroboros et sa circularité sans fin. Mais le roman est aussi fractionné en trois sections de longueur nettement décroissante, qui simulent ainsi une structure en flèche pointant vers un but — ce que confirme l’ultime phrase et son idée explicite d’acmé, « the highest point of a life » (574). Une structure hélicoïdale donc se superpose à une structure sagittale pour signifier, dans le même temps, la tentative du tout dire, qui est forcément infinie, et l’apprentissage éthique, qui est forcément un processus progressif.

Haut de page

Bibliographie

Assaf, Francis, Lesage et le picaresque, Paris : A.G. Nizet, 1983.

Constantiny, Mariaconcetta, « Hunger and Food Metaphors in Ben Okri’s The Famished Road », The Famished Road: Ben Okri’s Imaginary Homelands, ed. Vanessa Guignery, Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, 2013, 92–108.

Coverley, Merlin, Psychogéographie ! Poétique de l’exploration urbaine. Montélimar : Les moutons électriques, 2011.

Debord, Guy, « Théorie de la dérive » (1958), Internationale situationniste, Paris : Fayard, 1997, 51–55.

Dupriez, Bernard, Gradus : Les procédés littéraires, Paris : UGE, 1984.

Fernandez Vasquez, José Santiago, « Recharting the Geography of Genre : Ben Okri’s The Famished Road as a postcolonial Bildungsroman », Journal of Commonwealth Literature 37.2 (2002) : 85-107.

Fioupou, Christiane, La route. Réalité et représentation dans l’œuvre de Wole Soyinka, Amsterdam : Rodopi, 1994.

Guignery, Vanessa, Seeing and Being : Ben Okri’s The Famished Road, Paris : PUF, 2012.

———, « Introduction. To See or not to See: Ben Okri’s The Famished Road », The Famished Road: Ben Okri’s Imaginary Homelands, ed. Vanessa Guignery, Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, 2013, 1–16.

Kerouac, Jack, On the Road (1957), Harmondsworth : Penguin, 1991.

Lodge, David, The Modes of Modern Writing: Metaphor, Metonymy, and the Typology of Modern Literature, Londres : Edward Arnold, 1977.

Okri, Ben, The Famished Road (1991), Londres : Vintage, 2009.

Omhovère, Claire, « Inconclusiveness in Ben Okri’s The Famished Road », The Famished Road: Ben Okri’s Imaginary Homelands, ed. Vanessa Guignery, Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, 2013, 59–76.

Ricœur, Paul, La métaphore vive, Paris : Seuil, 1975.

Wallart, Kerry-Jane, « Episodes and Passages : Spiralling Structure in Ben Okri’s The Famished Road », The Famished Road: Ben Okri’s Imaginary Homelands, ed. Vanessa Guignery, Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars Publishing, 2013a, 30–46.

———, « Unstable Narrative Voices and the Irrelevance of Fiction in The Famished Road », Commonwealth Essays and Studies 35.2 (2013b): 91–101.

Haut de page

Notes

1 Costantini insiste sur la même relation métonymique quand elle remarque que la route est « an emblem of the trials and challenges with which the historical path of Africans is strewn » (Costantini 105).

2 Voir aussi 122, 219, 309 et 405.

3 Je tiens à remercier Jean-Michel Ganteau de m’avoir mis sur la piste de cette théorie dans un chapitre à paraître dans l’ouvrage Neo-Victorian Metropolises (eds. Marie-Luise Kohlke et Christian Gutleben) en 2014 chez Rodopi.

4 L’idée d’irrésolution narrative rejoint la thèse principale de Claire Omhovère selon qui « the road and the story remain incomplete by virtue of all the roads and stories that have preceded them » (Omhovère 61).

5 « It is possible to see the Bildungsroman as actually that of Dad, whose millennial prophecy closes the novel and who becomes the champion of the poor, the beggars, the have-nots » (Wallart 2013b, 98).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Gutleben, « Entre métonymie, métaphore et métatextualité : le trope surdéterminé de la route dans The Famished Road de Ben Okri », Études britanniques contemporaines [En ligne], 47 | 2014, mis en ligne le 24 novembre 2014, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://ebc.revues.org/1958 ; DOI : 10.4000/ebc.1958

Haut de page

Auteur

Christian Gutleben

Professeur de littérature britannique à l’Université de Nice Sophia Antipolis, Christian Gutleben est directeur de publication pour la revue Cycnos. S’il s’intéresse à la littérature britannique contemporaine en général (il a publié des ouvrages sur le roman universitaire, la fiction néo-victorienne et Graham Greene), son domaine de prédilection est la culture néo-victorienne et c’est dans ce domaine qu’il est responsable avec Marie-Luise Kohlke de la collection Neo-Victorian Series chez Rodopi. C’est dans cette collection qu’il a publiée (toujours avec Marie-Luise Kohlke) Neo-Victorian Tropes of Trauma en 2010, Neo-Victorian Families en 2011, Neo-Victorian Gothic en 2012 et qu’il va publier Neo-Victorian Metropolises en 2014, Neo-Victorian Humour en 2015 et Neo-Victorian Bio-Fiction en 2016.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org