Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Élise Brault-Dreux, Le « je » et ses masques dans la poésie de D. H. Lawrence

Shirley Bricout
Référence(s) :

Élise Brault-Dreux, Le « je » et ses masques dans la poésie de D. H. Lawrence. Presses Universitaires du Septentrion, 2014, 311 pages. 26 euros. ISBN : 978-2-7574-0768-4

Texte intégral

1En forgeant le masque en outil d’analyse critique dans son ouvrage ambitieux intitulé Le « je » et ses masques dans la poésie de D. H. Lawrence, Élise Brault-Dreux se propose d’explorer comment se construit le « je » poétique lawrencien. Une introduction très étayée sur le plan théorique énonce, d’une part, la complexité du « je » poétique en la contextualisant et justifie clairement, d’autre part, le choix du masque comme outil privilégié du critique. Les trois volets de l’étude se déclinent ensuite autour des fonctions du masque préalablement identifiées dans ce préambule abordant ainsi « l’hybridité du “je” masqué », les « masques et le “je” intertextuel » et enfin « le masque religieux ». Il s’agit d’une étude dense et détaillée qui alterne considérations théoriques et micro-analyses dont les conclusions finement argumentées offrent au lecteur une approche originale des poèmes choisis dans l’ensemble du vaste corpus poétique de D. H. Lawrence. À la fois synthétique et analytique, cette contribution précieuse à la critique lawrencienne problématise la construction du « je » poétique en rapport avec les questions éthiques, ontologiques et esthétiques que se posent le poète et ses contemporains.

2En préambule, Élise Brault-Dreux mène une réflexion approfondie sur la conception lawrencienne de l’impersonnalité qui s’écarte résolument de celle de T. S. Eliot ainsi que des manifestes des Imagistes et des Futuristes. Si la marginalité de Lawrence parmi les écrivains modernistes lui vaut d’être qualifié de ‘outlaw’, ‘outsider’ ou ‘pariah’ par les différents critiques que l’auteure convoque, c’est parce que « son impersonnalité implique de la subjectivité » (11) qui s’inscrit, de par l’acte créateur, dans une dynamique de flux et d’immédiateté. Cependant comme ses contemporains en quête d’un mode d’expression renouvelé à une époque où les bouleversements idéologiques, épistémologiques et religieux contribuent à « une conception et une représentation à la fois multiple et parcellaire d’un “je” soumis à cette fragmentation croissante » (16), Lawrence désire émanciper le « je » de ses contours matériels et idéologiques tout en en préservant une forme d’intégrité.

3Cette réflexion laisse habilement entrevoir l’aporie nichée dans les interstices entre le « je » poétique et le « je » du poète, entre l’impersonnalité et la subjectivité, la présence et l’absence, ainsi que l’écart entre signifiant et signifié creusé par la crise du signe, et prépare la voie au concept du masque comme entre-deux abordé dans la seconde partie de l’introduction.

4Un exposé des fonctions premières du masque en rappelle la dimension cultuelle qui met l’humain en relation avec le divin lors de cérémonies rituelles et initiatiques, puis souligne le glissement du masque vers des fonctions culturelles avec, par exemple, les masques carnavalesque et scénique, le masque d’une « persona » littéraire rappelant le prosôpon du théâtre antique. L’originalité de la démonstration consiste à proposer des micro-analyses de poèmes dans lesquels Lawrence thématise ces fonctions, tout en définissant progressivement le statut d’interface du masque poétique qui permettra également de positionner le « je » dans l’espace poétique. L’étude du masque funéraire dans ‘The Ship of Death’ est particulièrement probante pour mettre en lumière la construction esthétique d’une expérience extralinguistique, à savoir l’approche de la mort ; le langage peut alors s’envisager comme masque.

5Afin de forger le masque en outil critique, l’argumentaire opère un rapprochement subtile entre ce « lieu vacant qui prend tout son sens quand il se pose sur un visage » et le « je » défini par Paul Ricœur comme « terme vacant » que « la subjectivité vient remplir le temps de la prise de parole » (33-34) ; le « je » comme le masque se situent donc à la conjonction de l’instabilité et de la stabilité. Néanmoins, le port du masque, tour à tour ou de manière concomitante voie d’accès au sacré ou à l’introspection, mode de subversion ou de protection sociale, engage nécessairement une collusion avec un lecteur actif qui doit percevoir que « le message est mis en scène » (39) ; le masque de l’ironie étant un exemple probant. Ainsi le champ complexe des spécificités religieuses, culturelles et mimétiques des différentes fonctions de l’objet masque examinées successivement se prête à une analogie poétique féconde étayée par une convergence avec le concept plus tardif de « persona » en tant qu’outil critique.

6À la lumière de ces remarques, le premier volet de l’étude révèle que si l’adjonction d’un masque sacré, animal, enfantin ou féminin au « je » du poète stabilise le « je » poétique le temps de cette prise de parole, elle permet surtout au porteur de suggérer son positionnement par rapport à l’altérité. Le masque combiné à son porteur engendre un « je » hybride, chaque élément de cette « totalité monstrueuse » conservant ses spécificités sans fusionner avec l’autre. Prévenant ainsi une fusion d’ordre Romantique, l’écart entre le « je » et son masque génère une dynamique frictionnelle signifiante, tandis que le « je » poétique de par son désir d’identification est placé dans « un état en perpétuel de devenir » (108) analogue, selon l’auteure, à la dynamique rhizomatique exposée par Deleuze et Guattari. Interrogeant donc, entre autres, les notions de transgression, de régression et d’androgynie, les micro-analyses minutieuses défont les nœuds hybrides, pris à la confluence du positionnement et du flux, afin d’en dégager le concept lawrencien de l’impersonnalité ainsi que le commentaire du poète sur l’homme moderne. L’analyse du masque féminin révèle notamment la manifestation esthétique de la violence intersexuelle liée à la dynamique du désir de faire l’expérience de l’altérité à une époque où s’opère une déstabilisation des catégories génériques alors que subsiste une idéologie sexuellement discriminante.

7Reprenant ensuite la notion d’hybridité analogue à celles du croisement et de la greffe, l’étude s’interroge sur la construction du « je » poétique par le biais de l’intertexte ou par « le biais des “je” déjà existants dans la littérature » (113) et, partant, sur le positionnement du « je » moderne dans l’espace littéraire. Sollicitant les analogies avec les masques carnavalesque, funéraire ou initiatique, les micro-analyses des poèmes lawrenciens finement menées se penchent sur les fragments qui entretiennent une relation dialogique avec les œuvres de Milton, Keats et Whitman et sur le choix du masque de « personae » shakespeariens telles que Hamlet et Macbeth afin de mettre en lumière le commentaire du poète moderne qui « s’affranchit des aspects formels et idéologiques » (135) de ces intertextes par des stratégies ludiques ou subversives. Non dénué de violence lors de l’emprunt textuel, le désir de faire l’expérience de l’altérité, et notamment celle des « je » poétiques antérieurs, conduit alors à une « mimesis de fragments poétiques » (149). Cependant, qu’il s’agisse également de fragments dissociés du corps des poèmes tels que les épigraphes ou bien encore de citations, seul un lectorat averti peut s’adonner à une lecture double, à la fois syntagmatique et paradigmatique, des poèmes.

8Enfin, en comblant, à l’aide du masque religieux, l’espace vacant métaphysique suscité par la crise spirituelle moderne, le poète, lui-même imprégné de l’approche plus individuelle et moins ritualisée du Protestantisme, trouve dans « le déjà-dit de la Bible » (191) l’expression esthétique de sa quête d’un mode religieux pré-chrétien et panthéiste. Ainsi, des micro-analyses très détaillées de l’appropriation des symboles apocalyptiques et de la cadence biblique caractéristique de [The Authorized] King James [Version] démontrent habilement que le poète, en dissociant le langage biblique de son message consensuel, dévoile les strates païennes du texte sacré. Exploitant également les interstices propres à la prière prise entre « l’espace public et l’espace privé » (213), l’étude interroge l’expression de la subjectivité du « je » orant ainsi que sa sincérité lorsqu’il récite une formule ossifiée telle que [The] Lord’s Prayer. La réflexion s’oriente vers l’iconoclasme créatif du poète moderne qui, installant une situation dialogique, s’exprime par la voix de l’altérité. Se dégage alors le commentaire du poète sur la religion véhiculé par la subversion du discours religieux qui doit cependant être visible avant d’être nié. C’est pourquoi, si la question du « je » prophétique divise les critiques lawrenciens, Élise Brault-Dreux voit dans leurs analyses un consensus autour d’un « décalage », perceptible par le lecteur actif, entre le « je » poétique et sa voix prophétique rappelant le principe d’hybridation évoqué plus haut.

9En prenant résolument le contre-pied des lectures qui ne retiennent que la dimension personnelle de la voix poétique, Élise Brault-Dreux met habilement en lumière la profondeur ontologique du « je » poétique lawrencien. Le système complexe d’analogies qui croise les plans linguistique, culturel, religieux et littéraire et les différentes fonctions de l’objet masque éclaire la conception lawrencienne de l’impersonnalité qui pose alors la question du sacrifice de la subjectivité. Ainsi, prise dans un devenir continu analogue à la prolifération du rhizome, la subjectivité doit s’affranchir des limites de l’ego afin de demeurer mouvante.

10Ce travail d’une grande ampleur, illustré de nombreux exemples et doté d’une bibliographie exhaustive, invite le lecteur à relire les poèmes de D. H. Lawrence afin de découvrir dans le « je » masqué  la voix de l’altérité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Shirley Bricout, « Élise Brault-Dreux, Le « je » et ses masques dans la poésie de D. H. Lawrence », Études britanniques contemporaines [En ligne], 47 | 2014, mis en ligne le 21 octobre 2014, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://ebc.revues.org/2009

Haut de page

Auteur

Shirley Bricout

Presses Universitaires du Septentrion, 2014, 311 pages. 26 euros. ISBN : 978-2-7574-0768-4

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org