Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christine Reynier (dir.), Les Artistes anglo-américains et la Méditerranée — Volume III

Laurent Mellet
p. 155-158
Référence(s) :

Reynier, Christine (dir.), Les Artistes anglo-américains et la Méditerranée — Volume III, Paris: Michel Houdiard Éditeur, collection « Essais sur l’art », 2010, 180 p., ISBN: 978-2-35692-046-1.

Texte intégral

1Ce troisième volume de la collection « Essais sur l’art », dirigée par Christine Reynier, interroge les modalités des transferts culturels entre les artistes anglo-américains et le monde de la Méditerranée, pluriel et source de fascination. Cette collection propose la traduction inédite d’un essai par un universitaire suivie d’une analyse critique. C’est d’abord dans le voyage de tel artiste en telle contrée méditerranéenne que l’échange artistique puise sa source, et chaque chapitre prend pour objet d’étude les nouvelles inflexions dans les essais composés sous ces nouvelles influences. Chaque texte critique met au jour les oscillations de l’essai original, entre essai sur l’art et récit de voyage, entre dénonciation et éloge, rejet et confirmation des clichés induits par la culture d’origine, vision subjective de l’ailleurs pour mieux écrire l’anglicité ou l’américanité d’alors — telle est la problématique principale de ce volume qui, on l’aura compris, apporte une contribution bienvenue aux cultural studies et à leur questionnement des transferts historiques, culturels et artistiques. Les chapitres, qui portent sur une période allant du  siècle à nos jours, suivent une progression chronologique.

2Dans son introduction, Christine Reynier évoque les contextes religieux ou politique propres à chaque auteur et que chaque voyage puis chaque essai, prétextes à une exploration de l’étranger, révèleront toujours sous un angle nouveau. C’est bien une telle « circulation des idées et des représentations » (5) que les textes réunis ici interrogeront, vers l’ailleurs autant que vers sa propre culture, sans cesse remise en question par ces voyages artistiques dans l’« espace-mouvement » qu’évoquait Fernand Braudel à propos de la Méditerranée (7). On voyagera ensuite en Italie aux côtés de George Gilbert Scott (traduction et analyse d’Isabelle Cases), qui écrivit sur l’architecture médiévale et le renouveau gothique, les origines naturelles de l’art et les règles esthétiques permettant de juger et de hiérarchiser, « selon ce qui convient le mieux dans chaque cas » (17). Dans « Le Prisonnier italien », Charles Dickens dénonçait une certaine société italienne autant qu’il laissait poindre sous un nouveau jour ses stratégies d’écriture et son goût pour l’image grotesque (Nathalie Vanfasse). Compositeur de l’espace, l’architecte italien était, pour Bernard Berenson, prisonnier de règles et de stéréotypes que Berenson se proposait de mettre à mal (Bénédicte Coste). Dans sa recension d’un ouvrage sur Venise, Virginia Woolf parvenait à faire entendre sa voix romanesque pour placer l’échange sous le sceau de la tragédie (Christine Reynier). La critique du tempérament espagnol par Arnold Bennett « se retourne immédiatement contre les Anglais » (Jean-Michel Ganteau, 102), dans un texte sur l’Espagne dont l’anglicité transparaît dans sa fascination paradoxale pour le catholicisme. Île palimpseste, Rhodes conduisait pour Lawrence Durrell à une salvatrice confusion des mythes et de leurs origines (Isabelle Keller-Privat); ces mêmes mythes et autres contes qui, aux yeux de A. S. Byatt, doivent être investis et subvertis par les auteurs anglais pour garantir la modernité du roman d’aujourd’hui (Laurence Petit).

3La lecture de l’ouvrage est stimulante et agréable, malgré quelques petites inconsistances typographiques, de très rares fautes de langue et une bibliographie assez peu lisible. Si, dans certains chapitres, les réponses aux questions centrales posées par l’ouvrage apparaissent moins clairement qu’ailleurs, l’analyse y étant plus historique ou biographique, le parcours d’ensemble est d’une grande qualité scientifique, et les traductions d’un niveau excellent. Le principe de cette collection et la problématique de ce volume ouvrent assurément de fructueuses perspectives de recherche fondées sur une méthodologie rigoureuse et prometteuse. La démarche suivie par les auteurs aboutit à de nombreuses conclusions suggestives qui confirment la légitimité du projet initial, telle celle inspirée par l’évolution, au fil des chapitres, des termes employés pour qualifier ces échanges et ces emprunts: « récupération » (6), « importer » (9), « substituer » (10), une architecture qui ne doit pas être « imitée » (16), mais dont certains traits peuvent être « réutilisés » (17), jusqu’aux notions d’« [i]ntertextualité, polyphonie, recyclage, tissage » (163). On passerait ainsi d’une influence fascinée à une appropriation plus pragmatique, parfois pour garantir une autre modernité (Bennett, Byatt). Enfin, la dimension stylistique de ces transferts à double sens est peut-être ce qui prévalait aux yeux de ces essayistes (Durrell, Byatt), puisqu’il s’agissait bien d’apporter une nouvelle couleur autant qu’une autre voix à l’anglicité ou à l’américanité de leur propre production. Culturel et complexe, l’échange est artistique dans le terrain qu’il choisit autant que dans celui qui le traduit — c’est bien cette dimension esthétique et politique de l’« importation » de l’autre que cet ouvrage évoque, lui aussi, d’une manière tout à fait moderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Mellet, « Christine Reynier (dir.), Les Artistes anglo-américains et la Méditerranée — Volume III », Études britanniques contemporaines, 41 | 2011, 155-158.

Référence électronique

Laurent Mellet, « Christine Reynier (dir.), Les Artistes anglo-américains et la Méditerranée — Volume III », Études britanniques contemporaines [En ligne], 41 | 2011, mis en ligne le 21 juillet 2015, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://ebc.revues.org/2361

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org