Navigation – Plan du site
Compte rendu

François Gallix, Le Plaisir de traduire. Vade-Mecum de la version anglaise
(Licence, Master, Concours, Futurs traducteurs)

Alain Blayac
p. 177-178
Référence(s) :

Gallix François, Le Plaisir de traduire. Vade-Mecum de la version anglaise (Licence, Master, Concours, Futurs traducteurs), Paris, Ellipses, 2010, 175 p.21, euros.

Texte intégral

1Après une série de manuels à l’usage des étudiants (La Traduction. Oral et écrit ; Dictionnaire raisonné bilingue de l’analyse littéraire, etc.), F. Gallix, dans Le Plaisir de traduire, vise toutes les catégories de traducteurs dans un ouvrage au titre alléchant qui va de la découverte pour les plus jeunes pour aboutir aux questionnements fondamentaux que ne manquent pas de se poser les traducteurs plus avancés.

2Précédé d’une introduction qui tend à justifier la notion de plaisir immanente à l’acte de traduction lui-même, et à accréditer l’hypothèse selon laquelle il n’y a pas de recettes mais des techniques diverses que les traducteurs doivent maîtriser avant d’aboutir à de « sages compromis », l’ouvrage comprend plusieurs sections correspondant chacune à un type de lecteur particulier, d’où deux rubriques théoriques : « Quelques réflexions sur la traduction » et « Les Traducteurs ont la parole » qui ambitionnent de réconcilier les traductologues d’obédiences différentes (« sourciers » et « ciblistes »).

3« Et les étudiants dans tout cela ? », me direz-vous. Ici l’auteur approfondit ses ouvrages antérieurs en introduisant une gradation dans les exemples choisis (« mises en bouche », « explications-traductions », « passages d’anthologie », « textes longs »), puis une série de courtes fiches (abréviations, acronymes, mots allemands, latins, mots valises, etc.) et de tests élémentaires et ludiques où ils pourront évaluer et, le cas échéant, élargir un bagage qu’ils devront par la suite compléter. Les « futurs traducteurs », quant à eux, prendront connaissance des réflexions de maîtres anciens et modernes (de Voltaire à Eco), de traducteurs et critiques internationaux (G. Steiner et J. L. Borges), d’universitaires éminents (G. Mounin et S. Monod).

4Le livre est complété par une bibliographie succinte qui regroupe quelques textes de pratiques et de théories de la traduction, de traductologie, des titres de revues spécialisées, des adresses d’associations de traducteurs.

5En bref, ouvrage polyvalent où chacun viendra chercher ce qu’il a envie de trouver. Vade-Mecum, aide-mémoire, répertoire, voire manuel, les lecteurs y trouveront matière à réflexion. Il y a là de toutes façons un opuscule fidèle à son titre, agréable à lire et à utiliser en préalable à des recherches plus abstraites ou techniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Blayac, « François Gallix, Le Plaisir de traduire. Vade-Mecum de la version anglaise
(Licence, Master, Concours, Futurs traducteurs)
 », Études britanniques contemporaines, 40 | 2011, 177-178.

Référence électronique

Alain Blayac, « François Gallix, Le Plaisir de traduire. Vade-Mecum de la version anglaise
(Licence, Master, Concours, Futurs traducteurs)
 », Études britanniques contemporaines [En ligne], 40 | 2011, mis en ligne le 27 août 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://ebc.revues.org/2482 ; DOI : 10.4000/ebc.2482

Haut de page

Auteur

Alain Blayac

Université Paul-Valéry — Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org