Navigation – Plan du site
Book Review

Catherine Rovera, Genèses d’une folie créole : Jean Rhys et Jane Eyre

Paris : Hermann Éditeurs, 2015 (159 p.), ISBN-13 : 978-2705690465
Vanessa Guignery
Référence(s) :

Catherine Rovera, Genèses d’une folie créole : Jean Rhys et Jane Eyre, Paris : Hermann Éditeurs, 2015 (159 p.), ISBN-13 : 978-2705690465.

Texte intégral

1L’ouvrage de Catherine Rovera convie le lecteur à un voyage, non point au cœur des ténèbres comme l’y ont invité Joseph Conrad en 1899 et Jean Rhys dans son roman de 1934 (Voyage in the Dark), mais dans les strates, plis et replis de Wide Sargasso Sea (1966), dernier roman de l’écrivaine née aux Caraïbes. On soulignera d’emblée la gageure consistant à se pencher de nouveau sur un ouvrage qui a fait l’objet de tant de gloses savantes et demeure un passage obligé des études postcoloniales, postmodernistes, féministes et intertextuelles. « Que reste-t-il à dire qui n’ait été dit ? », se demandait Maupassant dans sa préface à Pierre et Jean, craignant comme La Bruyère avant lui que tout soit dit et que l’on vienne trop tard. C’est aussi une question qui taraude le critique littéraire confronté à des textes qui ont déjà été soumis à maintes lectures inspirées (Jane Eyre en est bien évidemment un autre). Pourtant, Catherine Rovera relève brillamment le défi en proposant d’analyser le roman de Rhys « du point de vue de sa ou plus encore de ses genèses » (7). Il s’agit pour l’auteur de sonder les rapports du texte rhysien avec son avant-texte (brouillons, manuscrits, épreuves…), son hypotexte victorien (Jane Eyre) et ses intertextes (Shakespeare, chansons créoles…), en s’appuyant sur la correspondance et les archives de Jean Rhys regroupées à la McFarlin Library de l’université de Tulsa, Oklahoma, les brouillons et manuscrits de travail de Wide Sargasso Sea se trouvant quant à eux à la British Library à Londres. Tout au long de l’ouvrage, les renvois aux diverses versions du texte, à des notes de lecture et à des extraits de lettres apportent un éclairage nouveau sur le roman de Rhys et enrichissent grandement la compréhension de l’œuvre.

2Consciente de la « dialectique entre racines afro-créoles et anglicité forcée qui sous-tend le roman », Catherine Rovera voit dans le dernier opus rhysien « un modernisme teinté d’antillanité » (11, 32). Une première partie, « Tristes tropiques, ou la scène primitive », replace le roman dans son contexte caribéen (et cite à plusieurs reprises Édouard Glissant et Patrick Chamoiseau), tandis que la deuxième, « Jane Eyre (1847), Wide Sargasso Sea (1966) : généalogie de la folie » s’attache à démontrer « dans quelle mesure le roman de Brontë représente, pour Rhys, un modèle ou un contre-modèle » (14). Chacune des deux parties est elle-même composée de deux volets. Il faut souligner en préambule le plaisir de lecture que procure l’ouvrage de Catherine Rovera, remarquable par l’élégance, la clarté et la fluidité de son écriture. Sa relative brièveté (140 pages de texte) est un atout car elle permet à l’auteur de tisser efficacement les liens de sa réflexion sans que le lecteur en perde jamais le fil.

3En première partie, Catherine Rovera fait référence aux traces primitives de Wide Sargasso Sea, dont certaines furent malheureusement perdues ou détruites, ce qui ne peut que frustrer le généticien passionné. C’est le cas d’un ensemble de notes et récits à tonalité autobiographique, intitulé « Creole », dont il ne reste que quelques bribes, en particulier deux pages d’un texte fictionnel, « Mr. Howard’s House », daté de 1938. Catherine Rovera y voit une première ébauche de passages du roman publié quelque trente années plus tard, et le compare à des extraits du « Black Exercise Book » que l’on trouve dans les archives de Rhys (ensemble hybride de journal intime, notes et essais), mais aussi et déjà à Jane Eyre. L’analyse des points communs entre les différents textes et des corrections de Rhys sur son manuscrit est tout à fait inédite et bienvenue, suggérant que « Sargasso Sea était peut-être déjà en gestation » dès les années trente (23). Catherine Rovera montre en outre que certains éléments de la version originale du dernier chapitre de Voyage in the Dark (« Part IV ») seront repris dans Wide Sargasso Sea. Il apparaît ainsi que « les documents d’archives permettent […] d’envisager la création rhysienne comme un flux continu, et l’ensemble de sa production caribéenne comme la réactivation de nombreux textes restés en souffrance, puis remaniés après une période de latence longue de deux, voire trois décennies » (26).

4Une sous-partie intitulée « Créoles et zombies » revient très clairement sur le glissement sémantique de l’appellation « créole » à la fin des années cinquante, dont il résulte que la Créole, rétive à toute définition, est une figure de « l’inclassable » (34) et de l’ « in-définition » (Antoinette et sa mère sont dites « not English but no white nigger either » [35]), condamnée « à flotter perpétuellement dans un entre-deux – qui est aussi un entrelacs – social, sexuel, racial et culturel » (41). Cette hybridité trouve une déclinaison dans le métissage linguistique à l’œuvre dans Wide Sargasso Sea, où le patois est le « mode d’expression de toutes les voix dissidentes » (43). Le contexte caribéen est aussi historique : il s’agit pour Jean Rhys « d’exhumer un passé collectif » (51) et l’ouvrage de Catherine Rovera montre comment la romancière recycle diverses sources autobiographiques, littéraires et ethnologiques. Rhys entend en effet donner la parole « à toutes les figures refoulées du colonialisme » (62), les Créoles, les métis, les esclaves nouvellement affranchis, et Catherine Rovera livre une analyse très fine de la voix singulière de l’ancienne esclave Christophine. L’auteur semble ainsi se situer du côté des critiques (en particulier Benita Parry) qui contestent l’interprétation de Gayatri Spivak selon laquelle Rhys n’est pas allée assez loin dans sa ré-écriture puisqu’elle a surtout donné voix à la Créole blanche (Antoinette) et non à la véritable subalterne qu’est l’esclave noire (Christophine). Un développement sur ce débat aurait peut-être pu être inséré. Son absence s’explique sans doute par le fait que l’ouvrage de Catherine Rovera se revendique avant tout comme une lecture personnelle du roman de Rhys, ce que confirme en outre la relative brièveté de la bibliographie.

5La deuxième partie est composée de deux volets, dont le premier est presque entièrement consacré à Jane Eyre et plus particulièrement à l’esthétique théâtrale et picturale de la représentation de la folie, qui donne lieu à une étude de la théâtralité et du mode mélodramatique du roman de Charlotte Brontë (I et II), puis à un travail sur la question de la voix, ou plutôt l’absence de voix de Bertha (III). L’analyse de ces points précis est tout à fait convaincante et bien menée, mais le lecteur a le sentiment qu’un nouveau livre débute là. Wide Sargasso Sea et Jean Rhys sont en effet laissés de côté pour un temps, ce qui peut déstabiliser quelque peu le lecteur que la première partie, faite d’un va-et-vient constant entre l’œuvre de Rhys, ses archives et ses intertextes, avait passionné. Les effets très riches d’échos et de croisements s’estompent dans ce développement sur Jane Eyre, et il peut sembler quelque peu arbitraire d’avoir choisi de s’intéresser à l’esthétique théâtrale. Toutefois, le dialogue entre les deux œuvres est rétabli à la fin de l’analyse sur la voix à l’occasion d’une comparaison entre un passage de Jane Eyre et un autre de Wide Sargasso Sea (100). Le quatrième point (IV), « Jane Eyre comme matrice ? », reprend avec bonheur la méthode mise en place initialement qui permet à l’auteur de s’appuyer sur la correspondance de Jean Rhys afin de revenir sur la genèse de l’ouvrage, les doutes de la romancière et ses rapports complexes avec l’ouvrage de Brontë. Catherine Rovera pointe l’une des différences essentielles entre les deux ouvrages, relative au traitement de la folie de Bertha/Antoinette : « dans Jane Eyre, la folie est présente en toile de fond comme une chose repoussante et innommable, davantage objet de monstration que de discours. Rhys tente au contraire de l’expliquer, de la justifier, d’en remonter à la cause première » (103). C’est bien là le sens du titre de l’étude de Catherine Rovera puisqu’il s’agit pour Rhys de re-créer la genèse de la folie d’Antoinette. En tant qu’avant-Jane Eyre, Wide Sargasso Sea devient alors paradoxalement la matrice du roman victorien : « Par ce subtil renversement, l’hypertexte a finalement valeur d’hypotexte » (105), écrit très justement Catherine Rovera dans le sillon de Chantal Delourme. Le dernier volet de l’ouvrage est alors consacré aux voix de la folie dans Wide Sargasso Sea et s’appuie avantageusement sur la correspondance de la romancière, mais aussi sur ses manuscrits annotés et complétés, et sur le poème « Obeah Night » qui a sans doute inspiré « Part II » de Wide Sargasso Sea. Catherine Rovera montre combien la prose poétique qui accompagne le basculement de Rochester dans la folie permet à Rhys de prendre ses distances par rapport à Jane Eyre (135).

6À l’issue de la lecture de cet ouvrage, on est tenté de revenir à son seuil et d’interroger le choix du titre où l’auteur fait figurer Jane Eyre au lieu du plus attendu Wide Sargasso Sea. L’essai de Catherine Rovera dépasse pourtant l’étude des rapports intertextuels avec le roman de Charlotte Brontë (aspect déjà abondamment abordé par la critique). Le titre actuel crée alors un horizon d’attente beaucoup plus restreint que ce que propose réellement l’ouvrage (même si un quart de l’ouvrage est consacré exclusivement à Jane Eyre). Comme l’auteur l’indique bien dans son introduction, le roman de Rhys « favorise les regards croisés » (14) et par conséquent ne se limite pas à un seul dialogue avec l’ouvrage de Charlotte Brontë : l’étude de Catherine Rovera le démontre amplement. D’autre part, dès le deuxième paragraphe de l’introduction et tout au long de l’ouvrage, l’auteur prend le parti d’abréger le titre du roman de Rhys en Sargasso Sea, ce qui ne manque pas d’étonner le lecteur. Certes, comme le montre très bien Catherine Rovera tout au long du livre (et c’est l’un des points passionnants de l’étude), Rhys a beaucoup hésité sur le titre à donner à son roman, écartant tour à tour « Le Revenant » (25), « The First Mrs Rochester » (28, 104), « Creole » (33), « Gold Sargasso Sea » (127) et « Solitaire » (129). Dans une lettre à Eliot Bliss datée du 16 mars 1959, elle rappelle à la romancière antillaise le premier vers d’une chanson d’Emily Lockhart : « Across the wide Sargasso Sea », où elle substitue par erreur « wide » à « gold » qui figurait dans l’original (127). Quinze jours plus tard, elle s’interroge sur l’opportunité de l’adjectif initial : « Yes I like/“Sargossa Sea” [sic]/ “Wide” ? ^?^Or not ? » (13). L’année suivante, elle écrit : « I wrote to you some weeks ago about “Sargasso Sea” or Wide Sargasso Sea (that’s the book’s present title […]) » (104), puis en 1961, elle sonde sa fille : « (Across the ?) Wide Sargasso Sea. Not good ?? » (127). On constate donc à quel point ce paratexte essentiel a fait l’objet de nombreuses interrogations, ce qui justifie de le citer en entier. Toutefois, ces remarques ponctuelles ne viennent en rien altérer le plaisir du lecteur à observer le processus créatif de Wide Sargasso Sea et l’imbrication des intertextes et avant-textes jusqu’à former « un écheveau complexe, inextricable, qui se tisse et se détisse au gré de nombreux chevauchements, recoupements, juxtapositions, superpositions ou surimpressions » (146). C’est l’analyse précise de ce patchwork qui fait tout l’intérêt et l’originalité de l’ouvrage de Catherine Rovera.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vanessa Guignery, « Catherine Rovera, Genèses d’une folie créole : Jean Rhys et Jane Eyre », Études britanniques contemporaines [En ligne], 49 | 2015, mis en ligne le 16 octobre 2015, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ebc.revues.org/2774

Haut de page

Auteur

Vanessa Guignery

École Normale Supérieure de Lyon – Institut Universitaire de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org