Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Regard Frédéric (dir.), De Drake à Chatwin. Rhétoriques de la découverte

Sandrine Sorlin
p. 191-194
Référence(s) :

Regard Frédéric (dir.), De Drake à Chatwin. Rhétoriques de la découverte, Lyon: ENS Éditions, 2007, 240 p. ISBN: 978-2-84788-107-3.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est le fruit d’un programme de recherches lancé par le groupe SEMA (ENS-LSH, Lyon) s’intéressant à la construction de l’identité anglaise, individuelle et collective, à travers une série de récits d’exploration. Comme le rappelle Frédéric Regard dans une synthèse introductive aussi efficace qu’exhaustive, si ces récits ont pu être abondamment commentés, ils n’ont guère été redevables d’une véritable analyse sémiotique. Demeure un déficit de compréhension des récits de premières rencontres des Anglais avec l’Autre alors même que celles-ci trouvent leur place dans la construction identitaire de la nation anglaise, aux côtés de l’opposition à Rome ou des heurts avec les minorités galloises ou écossaises, nettement plus documentés. Ici, sans prétendre tout couvrir, ce sont quand même plusieurs continents et plusieurs siècles qui sont parcourus par les contributeurs à partir de la première circumnavigation de Francis Drake à la fin du xvie siècle. Le volume vient offrir une étude des « zones de contact » unifiée par l’adoption partagée d’outils méthodologiques rarement mobilisés dans ce domaine : la sémantique cognitive et la pragmatique du discours (p. 17). C’est ce choix qui donne à l’ouvrage une tonalité différente par rapport aux recherches produites par les courants post-coloniaux ou féministes. Les chapitres s’affranchissent ainsi de certaines pesanteurs idéologiques sans pour autant oublier que « tout récit en dit long de l’environnement culturel dans lequel il vient faire sens » (F. Regard). L’attention se focalise ici avant tout sur le moment de la rencontre dans toutes ses modalités pragmatiques, révélant une plus grande complexité des phénomènes (comme toujours lorsque l’on aborde le texte dans le détail de ses propriétés linguistiques, herméneutiques, rhétoriques et cognitives). Il en résulte une collection d’analyses au caractère extrêmement fouillé, à la fois denses et claires, qui conjuguent l’étude macroscopique du contexte culturel et politique de chaque récit à des microanalyses linguistiques et rhétoriques explicitant la force pragmatique du langage.

2Si la rhétorique est définie dans l’introduction comme une « vision du monde », c’est parce que l’approche de l’Autre se fait par le truchement de filtres interprétatifs culturels. C’est une rhétorique conquérante sous tension que décèlent les auteurs dans ces récits aux prétentions objectivistes. Sophie Lemercier-Goddard met à nu les métaphores religieuses du récit de Drake (1628) consistant en une réinterprétation des actes de piraterie en termes de dons, tandis que Lacy Rumsey démêle les détails empiriques en apparence objectifs (où la métaphore est absente) des éléments moralisateurs (portés, eux, par la métaphore, signal de dérive) qui font de l’arrivée des Anglais une « divine Providence » dans les récits de Keate (1788). La rhétorique impérialiste met en scène un face-à-face égalitaire alors que la communication ne peut être réussie, comme le souligne Anne-Pascale Bruneau au sujet des écrits de Clapperton (1829), dès lors qu’elle est sous-tendue par deux « environnements cognitifs » inégaux. Nathalie Zimpfer propose une solide analyse des « opérations discursives de cosmétisation » dans les récits de Cook (1772-1775) où l’on fait mine de laisser de l’espace à l’Autre en tant que sujet de son énonciation tout en maintenant « chacun à sa place », dans un discours toujours indirect refusant toute contre-interpellation.

3De manière significative, Catherine Lanone (Franklin, 1823) et F. Regard (Tylor, 1861 et Burton, 1855-1856) montrent tous deux comment se développe une véritable stratégie narrative de « défense » contre toute contamination par l’étranger à mesure que la rencontre avec l’Autre fragilise les représentations identitaires initiales. Franklin veille à garder la face (narrative) alors même que l’Anglais se révèle plus sauvage que l’Indien. Tylor laisse finalement l’Autre en dehors de son récit. Burton, cependant, ne l’envisage plus dans la verticalité de son assujettissement mais dans l’horizontalité de l’échange intersubjectif, à travers un fantasme d’hybridation qui déstabilise la hiérarchie des postures énonciatives (F. Regard). Cette mise en crise de la rhétorique conquérante n’est pas le fait des récits du xixe siècle : Line Cottegnies nous renseigne justement sur la modernité d’un Ralegh qui, dès 1596, offre les prémices d’une « praxis culturelle indigène » et met l’ordre discursif colonial sous tension.

4Le récit de Burton n’est que l’exemple le plus visible de ce qui affleure, dans des mesures variables il est vrai, dans les autres écrits : la remise en cause de la rhétorique impérialiste coïncide avec une redéfinition du soi (collectif et individuel) à travers l’autre. Sous le masque impersonnel de la culture victorienne qui ravive les métaphores attendues de la conquête, Christine Reynier perçoit bien chez Whymper (1860-1869) un être de désirs refoulés que révèle, subrepticement, au sommet des montagnes vierges déflorées, une rhétorique de la sublimation. C’est sur une autre douleur personnelle que Catherine Bernard achève cet ouvrage et, en même temps, le relance : en parlant du tragique « ratage fantasmatique » de la scène primitive de la rencontre avec l’autre chez Chatwin (1977), elle fait finalement écho au paradis perdu du Nouveau Monde que Drake trouve toujours déjà spolié par les Espagnols. Le sentiment aigu, typiquement postmoderne, d’arriver trop tard, rendant impossible la surprise du premier regard virginal, fait également écho au sentiment tout aussi aigu de « secondarité » qu’ont pu avoir les explorateurs anglais après un Colomb ou un Magellan. Mais dans un style engageant au mot toujours juste, C. Bernard décrit le constat désenchanté d’une « greffe » culturelle impossible, ce qui surprendra les lecteurs de romans postmodernes en attente d’hybridation et de mélange : le dialogue entre les cultures n’aura pas lieu.

5Puisque l’aspect linguistique de « ces rhétoriques de la découverte » est étudié de manière fructueuse, on aurait pu sans doute faire référence à la naissance du Standard English qui devient au xviiie siècle l’étendard d’un Empire prenant conscience de sa puissance, d’autant qu’est cité le magazine de J. Addison (The Spectator) qui contribua fortement à l’émergence d’une langue anglaise homogène. Ce détail n’entame en rien la richesse des contributions utilement complétées en appendice par les notices biographiques des explorateurs étudiés. On insistera pour conclure sur l’importance et la pertinence des références et outils théoriques communs : ils assurent en effet la cohérence du volume et offriront des instruments analytiques à quiconque voudrait aborder d’autres continents (l’Australie ou l’Amérique latine par exemple) ou mettre à l’honneur d’autres grands noms de l’exploration cités par F. Regard (Dampier, Livingstone, Younghusband, Ross ou Scott).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Sorlin, « Regard Frédéric (dir.), De Drake à Chatwin. Rhétoriques de la découverte », Études britanniques contemporaines, 39 | 2010, 191-194.

Référence électronique

Sandrine Sorlin, « Regard Frédéric (dir.), De Drake à Chatwin. Rhétoriques de la découverte », Études britanniques contemporaines [En ligne], 39 | 2010, mis en ligne le 11 février 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ebc.revues.org/2830

Haut de page

Auteur

Sandrine Sorlin

Université Paul-Valéry—Montpellier III

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org