Navigation – Plan du site
Commitment
Commitment to Otherness

Radclyffe Hall : de l’engagement à une ouverture éthique dans The Sixth Beatitude

Radclyffe Hall: From Commitment to Ethical Opening in The Sixth Beatitude
Tina Terradillos

Résumés

Partant du principe que l’engagement appelle son pendant, l’autonomie, et qu’Adorno a montré que les deux termes n’entrent pas en opposition stricte mais forment les bornes d’une dialectique, cet article examine comment Radclyffe Hall se positionne à l’intérieur de cet intervalle moins dans Le puits de solitude comme l’on pourrait s’y attendre, que dans The Sixth Beatitude. Dans ce roman, le traitement de la pauvreté qui se manifeste à travers le motif du Sale exige une double négociation, d’une part avec la réalité telle que Hall entend la représenter, d’autre part avec le lecteur auquel elle la soumet. La technique de va-et-vient qui rapproche puis éloigne le lecteur de la réalité est cependant remise en cause par la précarité des personnages qui conduit à interroger la possibilité même du choix à l’origine de l’engagement et pose la question de l’agentivité. Malgré l’absence d’emprise des personnages sur le réel, il apparaîtra qu’ils n’en sont pas moins transgressifs et que leur transgression involontaire ouvre à de nouvelles formes d’engagement qui inscrivent le jeu entre engagement et autonomie dans une éthique de l’altérité où la multiplicité et la collaboration prévalent sur les oppositions binaires.

Haut de page

Texte intégral

Since the 1970s, the memory of Radclyffe Hall has depended for the most part upon one novel and its place in her work as an activist on behalf of the social rights of women with sexual and emotional ties to other women. The effects of near exclusive focus on The Well of Loneliness (1928) and related court cases has been to impose upon Hall a biographical trajectory in which the single overriding feature of her life is her emergence as an early leader in the struggle for gay and lesbian rights (Dellamora).

  • 1 Voir à ce sujet Jay et Glasgow.
  • 2 Désormais mentionné sous le titre Beatitude.
  • 3 Douglas écrit : « Dirt is essentially disorder […] Dirt offends against order » (Douglas 2). “Polit (...)

1Cette citation de Richard Dellamora concerne la majorité des critiques qui, contrairement à lui, se sont intéressés quasi exclusivement à The Well. Dans le corpus de Radclyffe Hall en effet, la critique, majoritairement queer, n’a cherché souvent qu’à évaluer cette « bible du lesbianisme » et The Unlit Lamp à l’aune de l’histoire littéraire du roman lesbien ou des conceptions du lesbianisme1. Il serait bon néanmoins de reprendre l’invitation de Woolf qui proposait ceci dans ses essais : « Let us trespass at once. […] Let us trespass freely and fearlessly and find our own way for ourselves » (Woolf 436), et de se dégager de cette postérité biaisée en explorant un autre des huit romans de Radclyffe Hall. The Sixth Beatitude2, dont l’unique étude est proposée par Dellamora, évoque la vie de Hannah Bullen entre son trentième et son trente et unième anniversaire. Célibataire et mère de deux filles, Hannah n’a d’autre choix que de vivre avec sa famille tout en subvenant à ses besoins. À travers ce personnage, le lecteur est plongé dans le milieu ouvrier très pauvre du sud-est de l’Angleterre au moment où l’urbanisme moderne s’apprête à remplacer le bidonville, la « Lane », que ses habitants ont pourtant bien du mal à abandonner. Beatitude déploie le motif du Sale dans sa dimension biologique d’absence d’hygiène, d’une part, avec toutes ses variantes de pourrissement, de dégradation ou de maladies ; anthropologique d’autre part, au sens de dérangement d’un ordre3. Ce roman qui dénonce la pauvreté et la précarité des personnages semble toutefois bien exprimer le militantisme caractéristique de Radclyffe Hall tel que Dellamora le décrivait plus haut.

2Le thème de l’engagement appelle son pendant, l’autonomie, et introduit implicitement une dialectique, sans dichotomie stricte cependant. En effet, depuis « Commitment » en 1962, Adorno s’oppose à la vision sartrienne d’une littérature engagée car la société de consommation dans laquelle l’art est désormais produit l’empêche de fonctionner comme une entité autonome séparée de la réalité : « [t]oday, every phenomenon of culture, even if a model of integrity, is liable to be suffocated in the cultivation of kitsch » (12). Dans la dernière partie de son essai, Adorno propose au contraire un compromis en forme d’oxymore, celui d’une « politique de l’art autonome3 » qu’il résume ainsi : « [y]et paradoxically in the same epoch it is to works of art that has fallen the burden of wordlessly asserting what is barred to politics » (12). Strictement, il n’y a donc ni art autonome, ni art engagé, mais une tension entre les deux. Il apparaît d’autre part que l’engagement ne renvoie pas nécessairement à un élan politique, mais à celui de l’écrivain envers son lecteur à travers les émotions qu’il suscite. La question qui se pose alors est celle de savoir quelle place occupe Beatitude dans cet intervalle entre autonomie et engagement : en partant du point de vue très particulier de personnages marginalisés par leur condition sociale et, de ce fait, largement réduits au silence, comment Radclyffe Hall négocie-t-elle le rapport entre la réalité telle qu’elle la perçoit et la réalité telle qu’elle l’écrit ? Ceux qui sont privés d’autonomie peuvent-ils seulement s’engager, et quelle forme prendrait alors leur engagement ? La défense des individus privés de choix n’ouvrirait-elle pas à de nouvelles formes d’engagement ? Voilà quelques axes que cette étude se propose d’explorer.

3Certaines réalités telles que la pauvreté semblent plus difficiles à aborder que d’autres : il s’agit pour l’auteur d’en négocier la représentation afin de la rendre accessible au lecteur. Avant même l’incipit et dès le titre du roman, Radclyffe Hall joue sur l’horizon d’attente du public. Les béatitudes suggèrent en effet une vie de souffrances ou de péchés qui se verra paradoxalement couronnée dans l’au-delà par un bonheur relevant du mystère divin. La sixième béatitude indique précisément : « heureux les cœurs purs car ils verront Dieu ». D’emblée donc, le roman paraît sous-tendu par une logique qui semble même en annoncer la fin. Radclyffe Hall utilise cette technique pour désamorcer les scènes difficiles : si le lecteur est confronté à des situations comme celle décrite par le narrateur en ces termes : « the Lane […] never put its nose to church, and [its] language at times could be past belief, and [its] Saturday nights at the Ropemaker’s Arms had become the despair of all high-minded people » (Radclyffe Hall 182), il peut ainsi s’en accommoder et même y voir une étape nécessaire ménagée par le créateur — Dieu ou écrivain — sur le chemin qui mène à la béatitude.

4L’incipit marque ensuite le passage de la réalité du lecteur au milieu ouvrier très pauvre de la fiction que Radclyffe Hall entend explorer. La romancière fonctionne pour cela par resserrements successifs. Elle opère d’abord un ancrage temporel en inscrivant Hannah dans une hérédité ; mais aussi un ancrage physique, puisque l’héroïne figure un point d’appui pour le narrateur, le lecteur et le réseau de personnages qui se tisse déjà autour d’elle. Sur le plan typographique, le nom de Hannah est également placé en exergue. Ensuite, comme le roman s’ouvre sur la description du port de Rother vu par Hannah, il associe implicitement la force et la stature du corps de l’héroïne à l’ancre d’un bateau. Très vite toutefois, cet ancrage est miné par le rétrécissement progressif du champ de vision du personnage : il passe de l’immensité de la mer à l’étang, puis à la rue et à l’impasse, enfin à la maison, et se double d’un glissement symbolique vers la pauvreté. En effet, de la même façon que le champ de vision de Hannah se rétrécit, il se déplace de l’extérieur, espace vaste et ouvert, vers l’intérieur exigu de la maison. Le passage du dehors au dedans est marqué successivement par le déplacement physique de l’héroïne, l’entrée dans ses pensées suivie des paroles que lui adresse sa mère ; enfin, par le changement de paragraphe signalé par trois étoiles sur le plan typographique. Ainsi, avant même de faire franchir à son personnage le seuil de la maison, et au lecteur celui du roman, Radclyffe Hall a ménagé une série de paliers. Il n’est d’ailleurs pas anodin que l’entrée dans la maison s’effectue par la cuisine, au moment particulier du repas, car la nourriture et la digestion évoquent d’emblée le Sale à travers la dégradation et les excréments.

5Si le lecteur semble préparé à ce qui vient ensuite, la position du narrateur paraît paradoxalement incertaine : d’un côté, il est omniscient, d’un autre, il se contente du regard distant de l’observateur ou utilise progressivement Hannah comme focalisateur. Cependant, même quand il adopte le point de vue de l’héroïne, l’instabilité est renforcée car Hannah joue un rôle double : elle permet au narrateur de plonger le lecteur dans la réalité de la famille et du milieu qu’elle représente, mais comme elle se place très souvent en retrait, elle déstabilise la position d’observateur dévolue au lecteur. En réalité, ce retrait, qui est marqué par des descriptions factuelles dominées par des verbes d’action laissant peu de place au commentaire ou à l’émotion, témoigne d’une volonté de retenue qui laisse au lecteur toute liberté d’interprétation.

  • 4 « the constant onslaughts of vermin » (Radclyffe Hall 28).

6Après cette focalisation progressive et calculée sur la pauvreté, Radclyffe Hall négocie un va-et-vient entre immersion et distanciation par rapport à la réalité fictionnelle. Sur le plan formel, s’établit alors un jeu de déflation dont l’exemple suivant donne une illustration. Radclyffe Hall utilise à nouveau le motif du Sale, cette fois-ci dans la représentation de la pauvreté et de la précarité de deux personnages nommés Watercrease-Bill et Jumping-Jimmie. Le Sale confine alors à l’ignominie : « Watercrease-Bill and Jumping-Jimmie were shivering over their cracked coke stove in the tumble-down shed near the entrance to the Lane; the shed that as Mrs. Roach liked to point out—was not fit for pigs, let alone for humans » (Radclyffe Hall 28). Dès la première mention du couple, les caractéristiques du Sale sont réunies : la dégradation de l’habitat se double de celle des corps tandis que les références à la maladie, la vieillesse, et donc la mort, figurent le Sale par excellence. Radclyffe Hall commence donc par installer ces personnages dans une crasse littérale — en insistant notamment sur la vermine qui les assaille4 — et symbolique. Elle théâtralise ensuite les effets de la saleté : « Jumping-Jimmie made an effort to scratch his shoulder; he pushed his hand under his threadbare coat and his fingers closed over something that moved: ‘Got you!’ he said on a note of triumph. ‘Got you this time, you product of hell!’ » (Radclyffe Hall 30–31). La situation est d’autant plus écœurante qu’aucune émotion n’est exprimée par le narrateur et que le ton triomphant du personnage, le côté ludique et joyeux, entrent en décalage avec l’horreur de la scène. Radclyffe Hall poursuit : « But his hand twitched away at the critical moment. It was often like that when he tried to kill lice, very often—St Vitus appeared to protect them » (Radclyffe Hall 31). La vermine échappe à Jumping-Jimmie, ce qui provoque ses larmes exaspérées, alors que le narrateur ironise sur le rôle protecteur de la danse de Saint Guy, une maladie qui provoque des tremblements, mais dont Radclyffe Hall détourne le sens. Il y a à la fois distance et jubilation dans l’horreur. Cette technique d’inflation-déflation se manifeste aussi dans la caractérisation de Watercrease-Bill et Jumping-Jimmie : si ces personnages provoquent un sentiment de répulsion et de rejet chez le lecteur et les voisins, la fidélité et la tendresse des amants ouvrent une brèche dans la laideur. Ils parviennent même à la béatitude puisque leur amour est sanctifié par le mariage, mais une béatitude païenne puisqu’il s’agit d’un mariage homosexuel symbolique qui se produit après leur mort dans l’au-delà. Enfin, l’allusion aux Béatitudes à travers le détournement de la formule « blessed are they who live in the tropics ! » (Radclyffe Hall 31) les rapproche de Hannah et suggère qu’ils ont le cœur pur.

7Pour rendre compte de la dialectique lâche qu’impliquent l’autonomie et l’engagement, Radclyffe Hall met en place un mouvement de balancier où le lecteur est distancié puis rapproché de la réalité particulière à laquelle il est confronté. Quant à l’instabilité de la voix narrative soulignée plus tôt, elle semble interroger la possibilité d’émettre un jugement : représenter une réalité, c’est-à-dire la mettre plus ou moins à distance, autorise-t-il le jugement, tant chez le narrateur que chez le lecteur ? Le jeu de va-et-vient n’est toutefois que temporaire car la précarité des personnages conduit à remettre en cause la possibilité même du choix à l’origine de l’engagement. Autrement dit, la négociation du réel pose la question de la possibilité d’agir.

8Dans Beatitude, les personnages ont peu d’emprise sur le réel et certainement pas le pouvoir de le changer. Le roman dénonce la pauvreté et la précarité comme absence de pouvoir. « L’engagement est […] à la fois rétrospectif (il prend acte du passé) et prospectif (il regarde vers l’avenir) » écrit Makowiak (Makowiak 22). Il ne peut donc concerner les personnages de Beatitude puisque l’insistance sur le temps cyclique manifesté par le découpage calendaire des chapitres, les saisons, le travail agricole, l’hérédité, ainsi que les répétitions verbales, produit un éternel recommencement et annule toute perspective de changement. Par ailleurs, « [l]’engagement est étroitement lié à l’action, mais aussi à la parole : l’engagement se dit, et c’est en se disant qu’il existe » continue Makowiak (24). Il ne peut donc concerner non plus ceux qui sont réduits au silence ou dont la parole traduit l’impuissance.

9Beatitude donne à entendre une voix vide à travers les rumeurs qui résonnent dans la rue, la Lane. Ces bruits courent essentiellement autour de la démolition du bidonville et manifestent l’attitude ambivalente des personnages face aux progrès de l’urbanisme qu’ils espèrent et redoutent à la fois. Comme toute rumeur, celle du roman est instable dans son mode de propagation, son origine, son contenu et ses effets. Sa particularité tient en deux aspects : d’abord, elle est lancée quasi exclusivement par des femmes ; ensuite, elle s’appuie sur la plainte contre le traitement subi, et surtout sur une surenchère alarmiste et plus ou moins fantaisiste. En réalité, elle cherche à compenser le sentiment d’humiliation et de dépossession des personnages. Si les habitants de la Lane souhaitent que leur quartier soit réhabilité, paradoxalement, la décision de le démolir stigmatise leur habitat en le désignant comme bidonville ainsi que leur condition sociale. Déjà fragilisés par leur pauvreté, ils se sentent alors dépossédés autant sur le plan matériel par la perte de leur logement que sur le plan symbolique puisqu’ils sont privés de dignité et de pouvoir de décision. Les rumeurs enflent ainsi en fonction de leur inquiétude face à des choix qu’ils subiront ; elles reflètent surtout en creux leur sentiment de vulnérabilité qui explique paradoxalement leur agressivité envers les responsables du chantier. Au fond, comme le montre la citation suivante, ils n’ont que la bravade, le verbe haut pour exercer un pouvoir qui leur échappe par ailleurs :

‘Three more ’spectors today,’ remarked Mother one evening, ‘and this time, if yer please, they was sent by London. They been all over our ’ouse, if yer please, and passed the most insultin’ remarks, same as they done at Mrs Butler’s. Went into every ’ouse in the Lane –Mrs Roach she threatened to bang their ’eads. Course, we all of us wants to be decently ’oused, still they’s no call to go burstin’ into our bedroom and openin’ our cupboards the way they done. Father ’e thinks as we’re all condemned, from what ’e ’eard one of them fellers say.’ (Radclyffe Hall 157)

10Ils n’ont même pas à leur disposition le vocabulaire adéquat, ici « condemned », qui les relie de surcroît à des criminels.

  • 5 Voir Butler et Athanasiou.

11Le questionnement sur la possibilité d’agir passe également par la dépossession5, mais dans son lien au silence cette fois-ci. Beatitude mentionne des personnages réduits au silence, notamment le couple de Jumping-Jimmie et Watercrease-Bill évoqué plus haut. Une ellipse nous apprend que Watercrease-Bill a veillé son compagnon décédé pendant une semaine jusqu’à ce que les voisins, inquiets, forcent sa porte. Le passage est construit sur une opposition qui se manifeste à différents niveaux : d’abord, au silence de la mort succède le bruit que font les voisins, le médecin et les policiers ; ensuite, l’intimité du couple contraste avec la violation de son domicile exprimée par le champ lexical de la violence. L’opposition s’établit également sur le plan langagier : à l’anglais poli et soutenu de Watercrease-Bill qui leur demande immédiatement de ne pas s’immiscer dans leur vie (« Do please go away, I want to be alone - I want to be alone with my friend’ he told them. ‘You see, I was very attached to my friend and this place was our home for a great many years. I feel sure that you will not want to intrude » [Radclyffe Hall 51]) font suite des commentaires désobligeants sur sa folie ou l’insalubrité des lieux : « ‘Pore old chap—’e ’s clean out of ’is wits’, murmured Hannah » (Radclyffe Hall 51). Surtout, à la demande directe qu’il adresse aux voisins (« Do please go away, I want to be alone ») correspond un vide : non seulement il n’est pas entendu ; pire, tous les autres personnages parlent de lui à la troisième personne comme s’il était absent et, alors même qu’ils déclarent ne rien connaître de sa vie, prennent la décision de l’envoyer dans un hospice sans lui demander son avis. Au niveau syntaxique, Watercrease-Bill est mis en position d’objet et intégré à des formulations passives où l’autorité est exercée par un « they » indéfini récurrent dans les romans de Radclyffe Hall.

  • 6 Dans « Engagement littéraire et morale de la littérature », Denis explique que, pour Bataille, la l (...)

12Étymologiquement, s’engager signifie mettre en gage, poser un choix ; l’engagement suppose donc un volontarisme. S’inspirant de Bataille, Denis ajoute l’idée que l’engagement procède d’une transgression de l’ordre auquel un individu s’oppose en s’engageant6. Qu’en est-il dans Beatitude ? Après ses paroles initiales, la voix de Watercrease-Bill n’est plus entendue ; en un sens, il choisit le silence qu’un « they » indéterminé lui impose : « But Watercrease-Bill said nothing at all » (Radclyffe Hall 52). Le « but » marque néanmoins le début de la transgression : sans parole, il fait ce qu’il veut de ses actions et retrouve son pouvoir de sujet. Il devient Bartleby et transforme le « I would prefer not to » (Melville 68) en « He did not refuse to accept » (Radclyffe Hall 52). Il choisit même de mourir, sans bruit (« without any undue fuss, climbing it quietly in his sleep » (Radclyffe Hall 52), conformément à ce qu’a été sa vie, mais l’on aurait tort d’y voir un départ discret. Non seulement cet épisode va profondément déstabiliser Hannah, mais il rappelle l’isolement des personnages déjà dénoncé par le narrateur en ces termes : « Thus it was that Watercrease-Bill and his friend passed their days in an almost complete isolation, and this seemed to content them both well enough, for apparently they much preferred each other to anyone else, which perhaps was lucky » (Radclyffe Hall 29). Les nombreux modalisateurs (almost, seemed, apparently, perhaps) signalent l’hypocrisie des voisins qui, non contents de rejeter le couple, s’auto-persuadent de la légitimité de leur attitude. La mort de Watercrease-Bill remet une nouvelle fois en cause le lien soi-disant naturel, presque causal, établi entre la saleté et le sentiment de répulsion qu’elle génère : Radclyffe Hall condamne davantage la conséquence, à savoir le rejet de certains individus provoqué par le sentiment de répulsion qu’ils inspireraient, que la cause, c’est-à-dire la saleté qui leur serait caractéristique.

13Avec Beatitude, Radclyffe Hall pose la question de l’autonomie des personnages dans leur vie : leurs choix sont-ils guidés par leur foi, par un déterminisme social ou genré, par l’inconscient ? En creux, la romancière s’interroge sur la responsabilité individuelle qui est au cœur de l’engagement. Or, l’engagement suppose un choix volontaire et implique la transgression de l’ordre pour lequel un individu s’engage. Si les personnages sont privés du pouvoir d’être entendus ou d’autorité sur leur existence, et peuvent par conséquent difficilement échapper à leur sort, ils ne devraient pas être en mesure de s’engager ; pourtant, ils n’en transgressent pas moins les codes, involontairement : cette transgression produit paradoxalement une nouvelle forme d’engagement, envers l’autre cette fois, qui passe par la solidarité. Née de la perte d’autonomie, la collaboration entre les diverses instances que sont le personnage, le lecteur ou l’ auteur-narrateur, esquisse une éthique de l’altérité.

  • 7 « An ethical relation to the other implies some form of responsibility (towards the past, towards H (...)

14Dans tous ses romans, Radclyffe Hall explore comment le rapport à l’autre, en particulier à l’autre différent, pourrait être plus éthique, plus responsable, selon la définition de Reynier et Ganteau7. Beatitude peut être lu comme la recherche d’un positionnement par rapport à l’autre dans l’intervalle entre autonomie et engagement. Si l’on envisageait l’altérité comme un espace ouvert entre soi et l’autre, l’autonomie y figurerait la distance maximale par rapport à l’autre alors que l’engagement rapprocherait l’autre au point d’annuler quasi toute distance entre soi et lui. Beatitude propose une position médiane où la relation à l’autre s’appuie sur une solidarité, même fragile.

  • 8 En réalité, ils fonctionnent en autonomie parce qu’ils sont rejetés.

15La saleté littérale et symbolique de Jumping-Jimmie et Watercrease-Bill, évoquée notamment à travers l’homosexualité qui relève essentiellement d’une relation contre-nature à l’époque de Radclyffe Hall, les isole des autres, mais favorise simultanément leur union. Autrement dit, l’autonomie de leur couple les éloigne de leur voisinage8, mais renforce leur engagement réciproque. Leur prénom est double et suggère une symétrie entre eux ; en outre, ils sont systématiquement mentionnés ensemble et le pluriel continue d’être utilisé pour désigner Watercrease-Bill après la mort de son compagnon ; le prénom devient simple uniquement à la veille de sa mort, comme si celle-ci était seule capable de les singulariser. Par un renversement ironique, les voisins qui les rejetaient vont se sentir solidaires lorsqu’ils sont menacés de subir le même sort : le nouveau médecin ayant en effet décidé de procéder à une enquête sur le décès de Jumping-Jimmie, sans qu’en soient véritablement exposés les motifs, ils s’unissent contre la décision d’autopsier son corps au lieu de l’enterrer. Leur défense du vieil homme constitue un engagement face à la privation d’autonomie. Ils en attribuent la cause à leur condition sociale. Toutefois, si la pauvreté les marginalise, elle cimente également leur communauté. La « Lane » finit par être personnifiée et par parler d’une seule voix lorsque la communauté découvre son attachement aux lieux, précisément en s’opposant au progrès dont elle a pourtant peur d’être écartée.

16Dans l’intervalle entre autonomie et engagement, la solidarité est en outre favorisée par la nature et la beauté. Si la communion s’opère dans des moments d’épiphanie à l’écoute du chant du rossignol par exemple, la nature joue un rôle unificateur dans Beatitude. Elle apaise le corps et l’esprit et unit les individus lors de la récolte du houblon notamment, car elle encourage la gentillesse. L’un des premiers romans de Radclyffe Hall, A Saturday Life, mettait déjà en exergue la gentillesse comme opérateur d’un rapport éthique à l’autre même si, comme la solidarité, la gentillesse semble un engagement ténu pour mieux vivre ensemble.

  • 9 « She knew that it was risky to go to the Manor [to meet Mike], very well she knew this and yet she (...)
  • 10 « But this craving, it was such a peculiar sensation, it appeared to have nothing to do with the bo (...)
  • 11 « She was one with no man; she was one with the Marsh […] she was one with all simple, primitive th (...)

17De manière plus symbolique, la solidarité dans Beatitude se caractérise par un syncrétisme du spirituel et du matériel : d’un côté, le thème de la spiritualité ainsi que de la pureté apparaît dans le titre et le questionnement sur l’existence du mal dans un monde créé par Dieu ; d’un autre, se déploie une matérialité économique à travers la pauvreté. Ce motif se décline lui-même en une immersion très concrète dans le Sale puisque lecteurs et personnages font face au délabrement de l’habitat et au manque d’hygiène. À l’inverse, il peut prendre la forme d’un éloge de la nature, de sa fertilité, et donc d’un éloge du corps et du désir. Hannah incarne le mieux ce syncrétisme : elle est associée au cœur pur et à la foi par la sixième béatitude, son sens du sacrifice et la comparaison avec la Vierge Marie. La référence à Marie Madeleine la rapproche du divin mais, en signalant le péché de chair, montre qu’Hannah figure une communion complexe entre le corps et l’esprit. Dans sa relation avec Mike Paine, si elle finit par succomber au désir car il est une force naturelle qui la dépasse9, ce désir satisfait le corps et non l’esprit. L’esprit a besoin de quelque chose d’indéfinissable, qui ne parvient jamais à se dire dans le roman sauf sous la forme d’une attente incompréhensible qui s’apparente au mystère divin10. Pourtant, la satisfaction du désir physique permet d’accéder à une forme de communion avec la nature qui dépasse l’individu et semble relever d’une dévotion païenne11. Les conceptions ordinaires se voient renversées dans un syncrétisme heureux. Lorsque Hannah découvre par exemple qu’elle est enceinte de Mike, le narrateur commente ainsi : « [t]hen a sudden and unaccountable joy, leaping, shouting, possessing her spirit, surging up from her spirit to her staggering mind, swelling and breaking over her mind. A sudden and unaccountable joy- the leaping, shouting joy of creation » (Radclyffe Hall 171). Non seulement le fruit du désir illégitime est associé à la joie de la création, mais l’esprit (« spirit ») devient le ventre fécond de la mère et évoque implicitement Jésus ; il fait trembler l’autre esprit, « mind », qui renvoie alors à la raison comme si la fertilité menait à Dieu en autorisant le mouvement ascendant suggéré ici (« surging up »). Cependant, cette vision est déjouée dès la phrase suivante par le rappel que Hannah a déjà deux enfants illégitimes qu’elle peine à élever.

  • 12 Voir Hapgood et Paxton.

18Ce syncrétisme complexe se manifeste aussi sur le plan formel. Écartée du canon moderniste pour son style jugé traditionnel, Radclyffe Hall propose pourtant dans ses romans un syncrétisme artistique et une adaptation des genres littéraires12. L’écriture de Beatitude témoigne de la musicalité de l’œuvre et rappelle non seulement que la romancière avait débuté sa carrière en tant que poète, mais qu’elle était devenue célèbre grâce à l’adaptation de ses poèmes en chansons. La nature, quant à elle, fournit l’occasion de peindre des paysages. En outre, malgré la veine naturaliste, Beatitude emprunte au modernisme, si l’on considère l’instabilité de la voix narrative ou la recherche de nouvelles représentations des petites gens, notamment ici de la femme ouvrière, mère, non mariée et soutien familial. De plus, alors que son personnage central est une femme, Beatitude refuse la romance et se présente comme « [a] feminist attempt at destabilizing patriarchal master-narratives, revisioning the conservative rhetoric of the 1930s’ and 1950s’ domestic femininity, and tracing alternative lifescripts for women » (Kerchy 148–9). Dans la même logique, le roman s’apparente quelquefois au journal intime qui, comme la correspondance, a constitué l’un des seuls moyens d’expression et de confession des femmes jusqu’au début du xxe siècle si bien que son hybridation apparaît chez Radclyffe Hall, autant que chez Woolf, comme un moyen de réécrire l’histoire en donnant voix aux sans voix. D’ailleurs, Radclyffe Hall mêle les genres biographique et historique en s’intéressant à la vie de Hannah dans le milieu ouvrier de la fin des années 1930.

  • 13 « Transgender is a concept referring to someone who lives as a woman or as a man but who neither de (...)

19Beatitude correspond enfin à une autobiographie plurielle. Le roman est dédié, comme les précédents, aux trois moi (« To our three selves ») qui renvoient à Radclyffe Hall, Souline et Una ; Souline a d’ailleurs remplacé Ladye, la première partenaire de Radclyffe Hall, dans le trio. Par ailleurs, si Una a toujours collaboré au travail d’écriture de Radclyffe Hall, Beatitude est écrit pour Souline comme le confirme leur correspondance. Dellamora montre très bien, d’une part, comment cette liaison résonne dans la fiction, notamment dans la charge émotionnelle portée par la représentation de paysages qu’elles ont parcourus ensemble ; d’autre part, comment le « I » de Radclyffe Hall est instable. La romancière étant une invertie, une femme-homme, son genre oscille entre le masculin et le féminin, « he » et « she », mais renvoie aussi parfois à ce que la terminologie encore inexistante à son époque désignerait par « he/she », c’est-à-dire un transgenre13. À cette première instabilité s’ajoute la mutabilité du sentiment de genre dans le temps ainsi que dans le rapport singulier à l’autre : la relation amoureuse peut se vivre sur le mode de la fusion où le « I » de Radclyffe Hall se fond avec celui de l’être aimé de manière contingente. Elle peut aussi s’inscrire dans un rapport mère-enfant qui déjoue la temporalité réelle des amantes, ou d’un rapport homme/Radclyffe Hall-femme/Souline dont l’union peut aboutir à un enfant-roman. La même ambivalence prévaut au niveau diégétique : il suffit de citer Hannah, une femme masculine aux rôles genrés multiples dont l’hétérosexualité est une première dans l’œuvre de Radclyffe Hall.

20Le thème de l’engagement entre directement en résonnance avec l’autonomie qui a longtemps été jugée comme son opposé. L’étude de The Sixth Beatitude a permis d’évaluer comment Radclyffe Hall a tenté de se positionner entre ces deux pôles. La thématique abordée dans le roman place Radclyffe Hall d’emblée du côté de l’engagement social ; elle exige toutefois une négociation particulière de la réalité puisqu’il s’agit de la représenter en emportant une certaine adhésion du lecteur. Questionnant en filigrane la validité du jugement extérieur, le va-et-vient que Radclyffe Hall inaugure alors entre immersion et distanciation conduit à s’interroger sur la possibilité d’agir au cœur de l’engagement, mais aussi de l’autonomie. Ces deux termes renvoient alors à une transgression involontaire et à une tentative de collaboration. À travers cette nouvelle négociation et sa défense des individus privés de choix et de voix, Radclyffe Hall esquisse une éthique de l’altérité qui passe par la recherche constante d’une « bonne » distance, ni fixe ni dogmatique, entre son engagement et son autonomie vis-à-vis des conventions sociales et littéraires.

21Évoquer l’engagement en lien avec Radclyffe Hall semblait pourtant immédiatement convoquer The Well of Loneliness et sa défense des homosexuels plutôt que Beatitude. En réalité, toute son œuvre témoigne d’un engagement conceptuel et éthique que la recherche récente tend à associer au canon moderniste dont elle a pourtant été largement écartée. Les critiques de Radclyffe Hall commencent à peine en effet à se libérer de l’emprise de sa postérité biaisée. Le choix de mettre en avant un roman inédit de cet auteur participe de cette réhabilitation.

22L’originalité de l’engagement de Radclyffe Hall tient en ce qu’il ne marque pas un début, comme la définition le suggère ; au contraire, il découle d’un genre et d’une sexualité qui ne correspondaient pas aux normes en vigueur et pour lesquels aucune terminologie n’existait véritablement encore. Son engagement pour la cause homosexuelle n’a pas été d’abord transgressif, il est né d’une transgression involontaire de ces normes. Radclyffe Hall s’est appuyée sur son transsexualisme bien plus pour explorer les multiples conceptions de la construction de soi et de la relation à l’autre que pour en tirer une seule défense des homosexuels. Son sentiment de genre — ni il, ni elle ni il-elle, ou les trois à la fois — l’a conduite à interroger la différence des sexes comme fondement des conceptions modernes de l’être et à lui substituer une conception plurielle et relationnelle de l’altérité.

Haut de page

Bibliographie

Adorno, Theodor, Commitment, 1962, http://ada.evergreen.edu/~arunc/texts/frankfurt/commitment/commitment.pdf, consulté le 2 janvier 2016.

Bouju, Emmanuel, Rennes : PUR, 2005, 31–42.

Butler, Judith, et Athena athanasiou, Dispossession: The Performative in the Political, Malden : Polity, 2013.

Dellamora, Richard, Radclyffe Radclyffe Hall: A Life in the Writing, Philadelphie : U of Pennsylvania P, 2011.

Denis, Benoît, Littérature et engagement, Paris : Seuil, 2000.

Denis, Benoît, « Engagement littéraire et morale de la littérature », L’engagement littéraire, ed. Mary Douglas, Purity and Danger (1966), Londres : Routledge & Kegan Paul, 2007.

Eagleton, Terry, et al., Critique et théorie littéraires : une introduction, Paris : PUF, 1994.

Hapgood, Lynne, et Nancy l. Paxton, eds, Outside Modernism. In Pursuit of the English Novel, 1900-30, Londres : Palgrave Macmillan, 2000.

Kerchy, Anna, « ‘Not Waving but Drowning.’ An Agnostic Commitment to Autonomy, The Freedom of Uncertainty in Stevie Smith's Poetry », Autonomy and Commitment in Twentieth-Century British Literature, eds. Christine Reynier et Jean-Michel Ganteau, Montpellier : PULM, 2010, 145–60.

Jay, Karla et Joanne Glasgow, eds, Lesbian Texts and Contexts: Radical Revisions, New York : New York UP, 1990.

Le Blanc, Guillaume, L’Insurrection des vies minuscules, Montrouge : Bayard, 2014.

Makowiak, Alexandra, « Paradoxes philosophiques de l’engagement », L’engagement littéraire, ed. Emmanuel Bouju, Rennes : PUR, 2005, 19–30.

Melville, Herman, Billy Budd, Sailor and Other Stories, Harmondsworth : Penguin, 1985.

Radclyffe Hall, Marguerite, The Sixth Beatitude, Londres : William Heinemann, 1936.

Reynier Christine, et Jean-Michel Ganteau, eds, Autonomy and Commitment in Twentieth-century British Literature, Montpellier : PULM, 2010.

Reynier Christine, et Jean-Michel Ganteau, eds, Ethics of Alterity, Confrontation and Responsibility in 19th– to 21st– century British Literature, Montpellier : PULM, 2013.

reynier, Christine, « Autonomy as Commitment in Virginia Woolf’s Short Stories », Autonomy and Commitment in Twentieth-Century British Literature, eds, Christine Reynier et Jean-Michel Ganteau, Montpellier : PULM, 2010, 11324.

Woolf, Virginia, The Essays of Virginia Woolf vol. 4 (1925-1928), ed. Andrew McNeillie, Londres : Hogarth Press, 1994.

Zimmerman, Bonnie, Lesbian Histories and Cultures: An Encyclopedia, New York : Garland, 2000.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet Jay et Glasgow.

2 Désormais mentionné sous le titre Beatitude.

3 Douglas écrit : « Dirt is essentially disorder […] Dirt offends against order » (Douglas 2). “Politics of autonomous art” (Adorno 12).

4 « the constant onslaughts of vermin » (Radclyffe Hall 28).

5 Voir Butler et Athanasiou.

6 Dans « Engagement littéraire et morale de la littérature », Denis explique que, pour Bataille, la littérature se conçoit comme exercice de souveraineté et ne reçoit donc sa valeur morale et sociale que dans et par la transgression.

7 « An ethical relation to the other implies some form of responsibility (towards the past, towards History, towards the story, etc.) » (Reynier et Ganteau 1).

8 En réalité, ils fonctionnent en autonomie parce qu’ils sont rejetés.

9 « She knew that it was risky to go to the Manor [to meet Mike], very well she knew this and yet she must go » (Radclyffe Hall 75).

10 « But this craving, it was such a peculiar sensation, it appeared to have nothing to do with the body. Hannah’s body could crave, it could crave for Mike, and through him could obtain peace and satisfaction; but this was quite different. Hannah thought she was daft because this other thing made her feel homesick » (Radclyffe Hall 90).

11 « She was one with no man; she was one with the Marsh […] she was one with all simple, primitive things, with their labour and rest, with their needs and fulfillments » (Radclyffe Hall 100).

12 Voir Hapgood et Paxton.

13 « Transgender is a concept referring to someone who lives as a woman or as a man but who neither desires nor has sex-reassignement surgery […]. [I]n the 1990s, it was used as an inclusive term for anyone who transgresses, or crosses, gender boundaries » (Zimmerman 774).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tina Terradillos, « Radclyffe Hall : de l’engagement à une ouverture éthique dans The Sixth Beatitude », Études britanniques contemporaines [En ligne], 50 | 2016, mis en ligne le 07 avril 2016, consulté le 24 avril 2017. URL : http://ebc.revues.org/3125 ; DOI : 10.4000/ebc.3125

Haut de page

Auteur

Tina Terradillos

Tina Terradillos est professeur agrégée au lycée Jean Monnet de Montpellier et doctorante en quatrième année rattachée au centre d’Études Montpelliéraines du Monde Anglophone. Son doctorat s’intitule « Le ale comme ressort d’une éthique de l’altérité dans les romans de Radclyffe Hall ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org