Navigation – Plan du site
Commitment
Confronting the Real

Politique et poétique du roman sur la Shoah : l’engagement de l’écriture contre la banalité du mal dans The Zone of Interest de Martin Amis (2014)

Anne-Laure Fortin-Tournès

Résumés

Cet article met en lumière l’engagement poétique et politique du dernier roman sur la Shoah écrit par Martin Amis, intitulé The Zone of Interest, publié en 2014. Partant du constat de la spécificité des effets de sens produits par le roman d’Amis qui prend le parti d’aborder le sujet de la Shoah depuis le point de vue des bourreaux, créant chez le lecteur un sentiment d’abjection textuelle, on s’interrogera sur les procédés de subjection et de subjectivation générés par l’écriture d’Amis qui entrelace le paradoxe et l’excès — des traits charactéristiques de son écriture — avec des procédés neufs comme la plurivocalité (mélange des langues mineures et majeures) pour créer un dispositif textuel instable fonctionnant comme un appareil de capture et de mise en mouvement de la subjectivité du lecteur rendu d’autant plus vulnérable à la décharge d’affect provoquée par le texte qu’il est constamment sollicité par lui dans le processus d’interprétation et de comprehension de l’incompréhensible. La lecture comme expérience d’abjection est ce par quoi le roman d’Amis nous confronte à l’obligation poétique, éthique et politique de penser la banalité du mal telle qu’elle s’est tout particulièrement manifestée dans l’univers des camps pendant la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Texte intégral

1Comment garder vivante la mémoire de la Shoah quand le témoignage des survivants se raréfie à mesure que nous avançons dans le xxie siècle ? En quoi la littérature peut-elle nous aider à le faire, depuis sa singularité, et à penser l’impensable de l’horreur extrême ? Comment peut-elle éclairer la violence, la torture, la barbarie, l’idéologie qui ont tissé l’unicité de la Shoah en tant que génocide ? Et si l’œuvre de fiction peut s’articuler au témoignage pour dire quelque chose de l’histoire, comment cette articulation est-elle rendue possible ? Le développement significatif, ces dernières années, de romans tentant de prendre en compte non pas seulement le point de vue des victimes mais aussi celui des bourreaux, en mettant sur le devant de la scène de manière problématisée ce qu’Hannah Arendt a désigné comme la « banalité du mal », s’inscrit dans le prolongement de cette série de questions, et porte à un point d’incandescence les débats éthiques, politiques et historiques dans lesquels elles s’inscrivent. La plupart de ces textes, en effet — et c’est le cas du dernier roman de Martin Amis intitulé The Zone of Interest — sont surdéterminés par les débats qui les entourent et qui accompagnent aujourd’hui leur réception controversée : c’est premièrement de ce point de vue-là qu’il convient donc de les aborder, en les replaçant dans leur contexte métathéorique, avant de leur accorder une attention plus proprement littéraire et générique, si cette dernière a lieu d’être. Car ce contexte fait que l’écriture même de telles œuvres ne peut être neutre ni autonome, mais représente un engagement fort, de portée éthique, idéologique et politique, dont il conviendra aujourd’hui de déterminer la nature à partir d’une lecture du roman d’Amis.

2« Holocaust fictions are scandalous » déclare Sue Vice à l’orée de son ouvrage portant sur la mise en fiction de la Shoah (Vice 7), publié en 2000. Que la fictionnalisation de la Shoah soit scandaleuse, c’est-à-dire qu’elle soit à la fois polémique et problématique, s’ancre dans un débat épistémologique et éthique remontant aux difficultés rencontrées par les survivants eux-mêmes pour parler de leur expérience et la transmettre sous la forme du témoignage. Robert Antelme, dans l’avant-propos de son ouvrage intitulé L’Espèce humaine publié en 1947, souligne ainsi l’extrême douleur des survivants en comprenant, de retour des camps, combien le récit de leur expérience est difficile tant il dépasse l’imagination. C’est précisément aux pouvoirs de l’imagination qu’Antelme en appelle pour effectuer le travail mémorial sur le génocide. Ainsi souligne-t-il que :

la « disproportion entre l'expérience que nous avions vécue et le récit qu'il était possible d'en faire ne fit que se confirmer par la suite. Nous avions donc bien affaire à l'une de ces réalités qui font dire qu'elles dépassent l'imagination. Il était clair désormais que c'était seulement par le choix, c'est-à-dire encore par l'imagination que nous pouvions essayer d'en dire quelque chose » (Antelme, ebook1).

  • 2 De nombreux historiens sont convaincus que « the transmutation of historical atrocity into imaginat (...)

3Dans le débat critique autour de la fictionnalisation de la Shoah, le rejet de la fiction comme étant, au mieux, impuissante et au pire éthiquement douteuse, tourne autour de la question de l’imagination et de son rapport au témoignage. Le roman qui prendrait la Shoah pour cadre ou pour objet est ainsi considéré comme une trahison parce qu’il banaliserait et esthétiserait les faits2. C’est de cette esthétisation qu’il est question dans l’affirmation célèbre d’Adorno en 1949 selon laquelle « écrire un poème après Auschwitz est barbare » (Adorno 1986, 26), affirmation par laquelle Adorno condamnait un certain type de production culturelle de l’immédiate après-guerre qui cherchait avant tout à fuir la mémoire des horreurs passées. Bien qu’en 1966 dans sa Dialectique négative Adorno ait nuancé et complexifié son propos — « La sempiternelle souffrance a autant droit à l’expression que le torturé celui de hurler ; c’est pourquoi il pourrait bien avoir été faux d’affirmer qu’après Auschwitz il n’est plus possible d’écrire des poèmes » (Adorno 2003, 439) — pour autant la possibilité offerte par la fiction de donner du plaisir esthétique à propos de la souffrance physique et de l’horreur extrêmes reste problématique ainsi que le rappelle Errin McGlothlin dans son récent article intitulé « Theorizing the Perpetrator » (McGlothlin 210). À la suite d’Adorno, Georges Steiner ou Elie Wiesel reprennent l’objection concernant l’esthétisation de l’horreur, et la prolongent par une réflexion d’ordre épistémologique. Ils montrent ainsi que la Shoah, en raison même de son apparente irreprésentabilité, a introduit une rupture ontologique et épistémologique non sans conséquences sur la manière dont nous prêtons au texte littéraire une capacité à véhiculer un sens universel, et cela parce que la notion même d’universalité du sens a été remise en question par l’existence du génocide. George Steiner, dans son article intitulé « The Long Life of Metaphor », avance ainsi l’idée que l’expérience de la Shoah a privé le langage et l’imagination de la possibilité de faire sens de l’horreur et de la perte : « It is by no means clear that there can be, or that there ought to be, any form, style, code of articulate, intelligible expression somehow adequate to the facts of the Shoah » (Steiner 170). Elie Wiesel, pour sa part, souligne dans ses mémoires intitulées From the Kingdom of Memory: Reminiscences, que la souffrance endurée pendant la Shoah, dans son excès même, s’est produite en-dehors des paramètres de l’expérience humaine, et qu’elle a donc introduit un changement épistémique majeur définissant un monde pré-shoah et un monde post-Shoah dans lequel seul le silence peut répondre de manière adéquate à l’horreur : « Silence itself communicates more and better » (Wiesel 167). Pour Wiesel tout comme pour Steiner c’est le langage lui-même qui risque de trahir la douleur des victimes.

  • 3 La fiction, en donnant au monstrueux une representation régulée par les exigences du genre et de la (...)

4Cette idée vient buter contre le fait que la question du témoignage et en particulier du témoignage écrit a depuis le début préoccupé les victimes, et que la nécessité de dire « malgré tout », comme le souligne Georges Didi-Huberman, s’est avérée vitale d’emblée. Les rouleaux d’Auschwitz écrits par les Sonderkommandos afin de porter témoignage sur l’horreur du génocide en sont un exemple frappant, qui met en évidence la nécessité, dans des moments de souffrance infinie, de croire en la capacité qu’a le langage de pouvoir dire quand même, afin que le silence d’après les événements ne tue pas une seconde fois les victimes. Giorgio Agamben et Georges Didi-Huberman, chacun depuis la discipline qui lui est propre, ont tous deux souligné la nécessité éthique de tenter de dire et de représenter la Shoah « malgré tout », ce « malgré tout » permettant de ne pas aborder l’événement sous l’angle d’une théologie négative. En fait d’horreur, Auschwitz est certes unique, mais, demande Agamben, « pourquoi indicible ? Pourquoi lui conférer le prestige de la mystique ? » (Agamben 39). Ainsi qu’il le montre dans Ce qui reste d’Auschwitz, dire « qu’Auschwitz est ‘indicible’ ou ‘incomprehensible’, revient à euphemein, c’est-à-dire à adorer en silence l’événement, comme on le fait d’un dieu » (Agamben 40). Dire, témoigner, et montrer « malgré tout » constituent donc une nécessité éthique, ainsi que le souligne Georges Didi-Huberman dans son ouvrage sur les quatre photographies prises de leur travail horrible par les Sonderkommandos et parvenues jusqu’à nous par le biais de la résistance polonaise. C’est dans les conditions et la nature de cette représentation « malgré tout » que se tient la possibilité d’un engagement éthique dans et par la mise en fiction et la mise en images de la Shoah. À l’objection que l’œuvre de fiction esthétise, banalise et donne une dimension cohérente et téléologique aux faits, permettant ainsi au lecteur de se servir pulsionnellement de la représentation de l’horreur en en dérivant un plaisir de type cathartique3, les romanciers qui s’adressent à la Shoah opposent l’idée que la fiction permet une réflexion sur l’événement, une attestation et une transmission aux générations suivantes en raison même du fait qu’elle utilise d’autres moyens que ceux du logos pour donner à comprendre. D’ailleurs, ainsi que nous le rappelle Paul Ricœur dans La mémoire, l’histoire, l’oubli, la littérature est pour l’histoire une réserve de refigurations possibles du temps ; littérature et histoire ne devant pas s’opposer mais plutôt combiner leurs approches pour que la mémoire de la Shoah puisse être transmise.

5La multiplication ces dernières années d’œuvres de fiction mettant en scène la Shoah depuis le point de vue des bourreaux ravive les débats éthiques et politiques concernant la fictionnalisation du génocide, en donnant aux études sur la Shoah un tour doublement polémique (ce que l’on reconnaît aujourd’hui comme étant un « turn to the perpetrator » [Crownshaw 2011, 75]). On pense ici à la publication en 2006 et à la reconnaissance institutionnelle des Bienveillantes de Jonathan Littell mais aussi, avant cela, au roman d’Amis intitulé Time’s Arrow, publié en 1991, et mettant en scène sous une forme expérimentale — celle de l’écriture à rebours — un médecin nazi travaillant à Auschwitz, ainsi qu’au film d’Eyal Sivan et Rony Brauman Un spécialiste (1999), ou à celui de Liliana Cavani, Portier de nuit (1974). La polémique qui a entouré et entoure encore ces œuvres et leur reconnaissance par une partie de la critique montre à quel point elles constituent un champ de représentations à interroger pour en comprendre les mécanismes. Il convient notamment de se pencher sur la question de savoir quel type de rapport elles instaurent avec le lecteur, en raison de leur choix de narrateurs nazis, et si l’identification qu’elles induisent nécessairement fait partie d’une stratégie assumée conduisant le lecteur à reconsidérer son rôle et à se poser la question de sa propre démarche éthique, et donc de son propre engagement dans et avec le texte. Même si l’on pense que les bourreaux ne méritent pas l’attention littéraire et critique qu’ils reçoivent depuis ces dernières années, il faut admettre pourtant que refuser de prendre en compte leurs récits soulève des questions politiques et historiques, en contribuant à les transformer en figures abstraites et mythiques dont les actes ne peuvent être ni analysés, ni compris, ce qui tend à gommer la question de leur responsabilité. Il s’agira de montrer qu’en s’inscrivant consciemment dans ce contexte métaéthique et métathéorique, le dernier roman de Martin Amis manifeste un engagement au sens fort du terme, l’écriture engendrant un positionnement idéologique, éthique et politique, qui est intimement lié à des questions d’ordre esthétique, manifestant ainsi l’idée qu’en matière d’engagement, politique et poétique ne sont pas deux champs distincts mais indissolublement liés, comme nous le rappelle Henri Meschonnic dans sa Politique du rythme, pour qui le langage en tant que « forme-sujet » est aussi « forme de vie » (Meschonnic 21), ce qui implique une imbrication du poétique et du politique.

6Dans le contexte du développement récent du « turn to the perpetrator », et de la polémique qu’il suscite, le choix d’Amis de mettre en scène deux narrateurs nazis — Paul Doll, le commandant du camp d’Auschwitz pendant l’été 42 et l’hiver 43 et Angelus Thomsen, son officier de liaison auprès d’IG Farben — en compagnie d’un troisième narrateur, Szmul, le chef des Sonderkommandos, ne saurait être neutre. On ne peut soupçonner l’écrivain britannique d’ignorer les enjeux d’un tel parti pris fictionnel, surtout si l’on se souvient des polémiques qui ont entouré la parution de son premier roman sur la Shoah, Time’s Arrow, en 1991. Amis ne peut en effet méconnaître qu’il existe deux régimes de phrases, deux régimes de discours a priori irréconciliables, celui des bourreaux et celui des victimes, dont l’analyse qu’en fait Jean-François Lyotard dans Le Différend nous montre bien qu’ils peuvent être juxtaposés, placés en parallèle, mais que leur rencontre n’est pas possible. Le choix d’Amis de travailler cet incommensurable des régimes de discours au prisme de la fiction conduit le lecteur à s’interroger sur les circonstances historiques ayant pu faire émerger une zone indécidable, « a grey area » ainsi que la décrit Elie Wiesel, notamment, où les victimes se sont retrouvées, consciemment ou non, dans la position de jouer le rôle d’oppresseur à leur tour, ou de bénéficier de manière directe ou indirecte des mécanismes de la Shoah, l’horreur de l’événement résidant justement dans le brouillage des repères guidant le comportement humain. Ainsi l’ambiguïté du statut des Sonderkommandos, sous les traits de leur chef, Szmul, auquel le roman d’Amis confie une partie de la narration, est-elle particulièrement mise en avant dans le roman :

As well as the saddest men who ever lived, we are also the most disgusting. And yet our situation is paradoxical. […] Nearly all our work is done among the dead, with the heavy scissors, the pliers and mallets, the buckets of petrol refuse, the ladles, the grinders. (Amis 33)

7Que Martin Amis soit conscient de la polémique que peuvent soulever ses choix narratifs, et que son écriture représente donc un geste de nature politique et engagée, est corroboré par l’ancrage du texte dans une historiographie solide. Ainsi, c’est en se présentant comme « faction » (Vice 89) que The Zone of Interest se positionne dans les débats évoqués plus haut, tout d’abord en introduisant à la fin du roman un épilogue et des remerciements qui visent, par le biais de l’intertextualité historique, à articuler la fiction avec les faits. Ce dispositif visant à produire un effet de réel est renforcé par l’insertion d’une photographie d’Hitler accompagné de son secrétaire privé que le roman désigne comme l’oncle du second narrateur, Angelus Thomsen, l’officier de liaison. On notera que le choix même de narrateurs nazis permet à Amis d’articuler sa fiction à la précision factuelle, à la méticulosité et à l’archivage obsessionnels que l’on sait avoir accompagné les actes abjects des nazis qui consignaient toutes leurs exactions, même si à partir de l’été 44 la destruction systématique de la preuve et de l’archive a également fait partie du processus du génocide. Ainsi l’insistence du roman d’Amis sur la nécessité du compte rendu, du journal, de la trace écrite comme moyens de consigner l’horreur, notamment dans le cas des Sonderkommandos, mais aussi dans celui de Doll et de Thomsen, positionne-t-elle le texte d’emblée dans le débat autour du caractère indicible et irreprésentable des événements, ainsi que le rappelle Szmul au début de son récit : « There persist three reasons, or excuses, for going on living: first, to bear witness, and, second, to exact mortal vengeance. I am bearing witness » (Amis 34). Elle permet également au roman de pointer le caractère évidemment problématique de la trace, et celui de la distance entre l’expérience de l’horreur et son expression, ainsi que le souligne encore le chef des Sonderkommandos lorsqu’il en vient à réfléchir sur son rôle de témoin du processus implacable d’extermination dans les camps : « I am choking, I am drowning. This pencil and these scraps of paper aren’t enough. I need colours, sounds, oils, orchestras. I need something more than words » (Amis 238). L’impossibilité perçue des mots à rendre compte de l’inimaginable est ainsi placée au cœur du discours du Sonderkommando, sous la forme de l’expérience d’une crise du langage confronté à ses propres limites symboliques lorsqu’il s’agit de dire l’inimaginable.

8La structure d’ensemble du roman, produite par l’entrelacement des trois narrations, offre, de par son caractère polyphonique, un cadre et un pouvoir représentationnels particulièrement forts, qui lui donne un aspect de vérité historique et factuelle apte à provoquer l’investissement et l’implication du lecteur, ainsi que nous le rappelle Sue Vice : « The polyphonic testing of moral certainties is that which gives Holocaust fiction its particular representational power » (Vice 15). Or la reconstruction des faits par le lecteur à partir de la pluralité des points de vue présentés dans le texte révèle toute l’étendue de l’horreur des événements. Bien que le roman refuse de représenter de manière voyeuriste les actes barbares dont le caractère extrême a rendu l’expérience de la Shoah si difficilement représentable, la manière dont il les évoque mérite l’attention critique. En effet, cette évocation passe par une série de flashs ponctuels très courts, au détour d’une phrase, tels des coups de feu faisant irruption au milieu de la banalité des dialogues échangés entre les nazis que le roman représente à travers leur vie sociale, culturelle et mondaine. La banalisation du meurtre et de la torture qui transparaît alors de manière saisissante lors de ces flashs n’en est que d’autant plus choquante et frappante, ainsi que le montre le dialogue entre Thomsen et l’un des nazis en charge du camp :

What don’t we do to them? I suppose we don’t rape them.’ ‘Much. Instead we do something much nastier than that. You ought to learn some respect for your new colleagues, Golo. Much, much nastier. We get the pretty ones and we do medical experiments on them. On their reproductive organs. We turn them into little old ladies. Then hunger turns them into little old men.’ I said, ‘Would you agree that we couldn’t treat them any worse?’ ‘Oh, come on. We don’t eat them.’ For a moment I thought about this. ‘Yes, but they wouldn’t mind being eaten. Unless we ate them alive.’ ‘No, what we do is make them eat each other: they mind that…’ (Amis 38).

9L’évocation de l’horreur la plus extrême, celle de la torture, de l’expérimentation médicale et du cannibalisme, est rendue plus horrible et abjecte encore par sa banalisation dans la conversation entre les deux militaires nazis qui tentent de noyer leurs crimes sous une rhétorique mondaine : jeux de mot, paradoxes et échos linguistiques donnent ici l’impression qu’il s’agit d’une conversation mondaine où il s’agit pour les interlocuteurs de briller, alors que c’est du génocide des juifs qu’il s’agit. En effet, c’est par une mise en scène des bourreaux dans toute l’abjection de leur banalité sociale et mondaine que le roman d’Amis dénonce leur âme sombre et leur folie meurtrière. Leur sensibilité à l’art, par exemple, et les larmes qu’ils versent lorsqu’ils assistent à des spectacles de danse ou de théâtre joués par les prisonniers, sont tout particulièrement insoutenables pour le lecteur. Mais la banalité du mal qu’ils semblent incarner se donne également à lire dans le roman lorsqu’est froidement représentée la logique comptable et entrepreneuriale de type capitaliste qui a présidé au génocide. Ainsi le roman d’Amis évoque la hiérarchisation monstrueuse et la déshumanisation de l’humain au camp d’Auschwitz au moyen de la métaphore de la productivité infernale et de la pression déshumanisante qui règnent dans la culture entrepreneuriale capitaliste à l’heure actuelle, comme le montrent les préoccupations comptables de Paul Doll, le commandant du camp :

The figures that held my attention, as always […] were not the men in stripes, as they queued or scurried in lines or entangled one another in a kind of centipedal scrum, moving at an unnatural speed, like extras in a silent film, moving faster than their strength or build could bear, as if in obedience of a frantic crank swiveled by a furious hand; the figures that held my attention were not the Kapos who screamed at the prisoners, nor the SS noncoms who screamed at the Kapos, nor the overalled company foremen who screamed at the SS noncoms. No. What held my eye were the figures in city business suits, designers, engineers, administrators from IG Farben plants in Frankfurt, Leverkusen, Ludwigshafen, with leather-bound notebooks and retractable yellow measuring tapes, daintily picking their way past the bodies of the wounded, the unconscious, and the dead. (Amis 88).

10À travers la voix de Paul Doll et de ses jérémiades concernant le budget qui lui a été alloué et qu’il n’arrive pas à respecter, le texte met en lumière la logique comptable implacable sous-tendant l’économie de la Shoah, et la nécessité pour les Nazis de rendre compte financièrement à leurs supérieurs de la mise en œuvre du génocide. Lorsque Doll fait le bilan de l’arrivée au camp du train 105, transportant des enfants venus d’un orphelinat et des vieilles personnes en provenance d’une maison de retraite en France, tout l’horreur de la banalité comptable et financière du mal s’étale sans détours :

In financial terms, ST 105 was something of a disaster. How do I justify the mobilization of a full Storm (with flamethrowers)? How do I vindicate my costly use of the Little Brown Bower—when normally, in handling so light a load, you would look to the method employed by Senior Supervisor Grese on the little lady with the ebony cane? […] Alas, however, one can’t ‘go mad’ and throw money around as if the stuff ‘grew on trees’ (Amis 27)

11Tout en mettant en scène le commandant du camp sous les traits d’un comptable devenu fou, le roman suggère également que l’abjection et la déshumanisation totales caractérisant la Shoah se sont produites à une telle échelle qu’elles ne pouvaient rester ignorées des peuples vivant autour des camps. Ainsi les bruits, les odeurs et les images d’horreur produites par Auschwitz sont-ils représentés dans le texte comme ayant des répercussions à plusieurs kilomètres à la ronde, nous conduisant à penser qu’il était effectivement difficile, pour les civils vivant aux alentours, de ne pas avoir été au courant de ce qui se passait dans les camps :

‘Sturmbahnfuhrer. Do you know that from about 6 in the evening to about 10 at night, here in town, no one can swallow a mouthful?’ ‘Why ever not?’ ‘Because the wind turns and gusts up from the south.’ ‘To here? Oh, nonsense,’ I said with a carefree laugh. ‘That’s 50 kilometres’ […] We duly traipsed downstairs and into the yard […] ‘Is it always this strong?’ (Amis 111–2)

12La suggestion d’une complicité ou en tout cas d’une passivité des témoins du génocide renforce la thèse de la banalité du mal arendtienne comme l’un des éléments permettant de comprendre la complexité des faits.

13Pour autant, et de manière tout à fait importante, le roman rappelle que bien qu’une grande partie du peuple allemand ait fait preuve d’une complicité plus ou moins passive avec l’idéologie nazie, mettant ainsi en évidence la banalité du mal comme inhérente à l’humain, le passage à l’acte et la complicité dans la mise en œuvre de la solution finale relevaient cependant d’une combinaison de facteurs interdépendants (contexte socio-historique et culturel de l’Allemagne des années 30, caractère impitoyable de la répression de toute résistance, entre autres) qui sortirent le mal de sa banalité pour lui donner un caractère effroyable et singulier dans l’horreur. Ainsi, Szmul souligne-t-il l’écart irréductible entre la potentialité du mal, et son effectuation : « These men, the Death’s Head SS, were probably once very ordinary, ninety percent of them. Ordinary, mundane, banal, commonplace—normal. They were once very ordinary. But they are ordinary no longer » (Amis 202).

14La parole des nazis que le roman met en scène apparaît donc au lecteur comme à la fois banale et profondément abjecte, transformant l’acte de lecture en une expérience particulièrement éprouvante, car demandant à la fois de la part du lecteur un engagement dans et avec le texte du fait du processus de lecture, et un désengagement dû au sentiment d’abjection que le texte produit dans sa mise en scène de voix exécrables. Aussi le lecteur fait-il l’expérience

d’une de ces violentes et obscures révoltes de l’être contre ce qui le menace et qui lui paraît venir d’un dehors ou d’un dedans exorbitant, jeté à côté du possible du tolérable, du pensable. C’est là tout près mais inassimilable. Ça sollicite, inquiète, fascine le désir qui pourtant ne se laisse pas séduire. Apeuré, il se détourne. Ecœuré, il rejette. Un absolu le protégé de l’opprobre, il en est fier, il y tient (Kristeva 9)

Haut de page

Bibliographie

Adorno, Theodor, « Critique de la culture et de la société », in Prismes (1955), trad. Geneviève et Rainer Rochlitz, Paris : Payot, 1986, 7–26.

Adorno, Theodor, Dialectique négative (1966), trad. Collège de philosophie (1978), Paris : Payot, 2003.

Agamben, Giorgio, Ce qui reste d’Auschwitz, Paris : Rivages, 1999.

Amis, Martin, Time’s Arrow: or the Nature of the Offence, Londres : Jonathan Cape, 1991.

Amis, Martin, The Zone of Interest, Londres : Jonathan Cape, 2014.

Antelme, Robert, L’Espèce humaine (1947), Paris : Gallimard, NRF, 1996, http://www.voixauchapitre.com/liens_autres_sites/robert_antelme_l_espece_humaine.htm, consulté le 30/09/2015

Chare, Nicholas, Auschwitz and Afterimages, Abjection, Witnessing and Representation, Londres et New York : I. B. Tauris, 2011.

Coquio, Catherine, Le mal de vérité ou l’utopie de la mémoire, Paris : Armand Colin, 2015.

Crownshaw, Richard, « Perpetrator Fictions and Transcultural Memory », Parallax 17.4 (2011): 75–89

Guerin, Frances, « The Perpetrator in Focus: Turn of the Century Holocaust Remembrance in A Specialist », Law, Text, Culture 10, http://ro.uow.edu.au/ltc/vol10/iss1/10/, consulté le 2 janvier 2015.

Didi-Huberman, Georges, Images malgré tout, Paris : Minuit, 2003.

Horowitz, Sara R., Voicing the Void : Muteness and Memory in Holocaust Fiction, Albany : State U of New York P, 1997.

Howe, Irving, « Writing and the Holocaust », Writing and the Holocaust, ed. Berel Lang, Teanek, NJ : Holmes and Meier, 1988, 175–99.

Kristeva, Julia, Powers of Horror: An Essay on Abjection, New York : Columbia UP, 1984.

La Capra, Dominick, Writing History, Writing Trauma, Baltimore et Londres : The Johns Hopkins UP, 2001.

Lothe, Jakob, Susan Rubon Suleiman, et James Phelan, eds., After Testimony, The Ethics and Aesthetics of Holocaust Narrative for the Future, Columbus : The Ohio State UP, 2012.

Meschonnic, Henri, Politique du rythme, politique du sujet, Paris et Lagrasse : Verdier, 1995.

McGlothlin, Errin, « Theorizing the Perpetrator in Bernhard Schlink’s The Reader and Martin Amis’s Time’s Arrow », After Representation? The Holocaust, Literature and Culture, eds. R. Clifton Spargo, Robert M. Ehrenreich, New Brunswick, New Jersey, Londres : Rutgers UP, 2009.

Ricœur, Paul, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris : Seuil, 2003.

Ricœur, Paul, Temps et récit vol. 1, 2 et 3, Paris : Seuil, 1991.

Sanyal, Debarati, Memory and Complicity. Migrations of Holocaust Remembrance, New York : Fordham UP, 2015.

Spargo, R. Clifton, et Robert M. Ehrenreich, eds., After Representation? The Holocaust, Literature, and culture, New Brunswick : Rutgers UP, 2009.

Steiner, Georges, « The Long Life of Metaphor: an Approach to the Shoah », Encounter (février 1987): 55–61.

Vice, Sue, Holocaust Fiction, Londres et New York : Routledge, 2000.

Wiesel, Elie, « Trivialising Memory », From the Kingdom of Memory: Reminiscences, New York : Summit Books, 1990, 165–72.

Haut de page

Notes

1 Avant-propos consulté en ligne : http://www.voixauchapitre.com/liens_autres_sites/robert_antelme_l_espece_humaine.htm, consulté le 30 septembre 2015.

2 De nombreux historiens sont convaincus que « the transmutation of historical atrocity into imaginative literature necessarily entails a trivialization and betrayal of the real events of the Holocaust » (Horowitz 16).

3 La fiction, en donnant au monstrueux une representation régulée par les exigences du genre et de la forme, conduirait ainsi à sa banalisation : « it domesticates it, rendering it familiar and in some sense even tolerable, thereby shearing away part of the horror » (Howe 180). Associé à cette peur vient s’ajouter le fait que le lecteur répond au récit familiarisé de la Shoah sous la forme de ce que Dominick La Capra appelle « Vicarious victimage », processus par lequel le lecteur s’identifie aux victimes et aux survivants, exploitant leur souffrance pour son propre plaisir cathartique (198).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Laure Fortin-Tournès, « Politique et poétique du roman sur la Shoah : l’engagement de l’écriture contre la banalité du mal dans The Zone of Interest de Martin Amis (2014) », Études britanniques contemporaines [En ligne], 50 | 2016, mis en ligne le 07 avril 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://ebc.revues.org/3169 ; DOI : 10.4000/ebc.3169

Haut de page

Auteur

Anne-Laure Fortin-Tournès

Anne-Laure Fortin-Tournès est professeure de littérature britannique à l’Université du Maine (Le Mans). Sa recherche porte sur les relations texte/image, la théorie du trauma et la représentation de la violence dans la fiction britannique contemporaine. Ses publications incluent, entre autres, Martin Amis : le postmodernisme en question (2003), Figures de la violence (2005) et Texte/image : Parcours et détours (2008). Ses travaux les plus récents concernent les représentations corporelles dans l’art, y compris dans ses formes numériques les plus actuelles.

en

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org