Navigation – Plan du site
Book Reviews

Damian Grant. Salman Rushdie romancier, trad. Madeleine Descargues

Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires Septentrion, 2014 (221 pages) ISBN-13 : 978-2 7574-0793-6.
Catherine Pesso-Miquel
Référence(s) :

Damian Grant. Salman Rushdie romancier, trad. Madeleine Descargues. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires Septentrion, 2014 (221 pages) ISBN-13 : 978-2 7574-0793-6.

Texte intégral

1Ce livre est la traduction de la seconde édition de l’ouvrage critique de Damian Grant sur Salman Rushdie. Il comporte onze chapitres, une bibliographie et un index, ainsi qu’une brève biographie. Les sept premiers chapitres correspondent à la première édition anglaise du livre, parue en 1999 : cette partie consacre un chapitre à l’introduction et cinq aux premiers romans de Rushdie (un roman par chapitre) tandis que le chapitre 6 se concentre sur son premier conte pour enfants et son unique recueil de nouvelles. Les chapitres 8 à 10 correspondent à la mise à jour de l’ouvrage qui caractérise la seconde édition anglaise, parue en 2012. Le chapitre 8, intitulé « douze ans après » résume en trois pages la vie et l’œuvre de Rushdie entre 1999 et 2012 ; le chapitre 9 est consacré à La Terre sous ses pieds tandis que le dixième aborde trois romans : Furie, Shalimar le clown et L’Enchanteresse de Florence. La conclusion occupe le onzième chapitre.

2L’introduction nous permet d’aborder l’œuvre à travers le prisme de l’imagination, en résumant habilement au passage les positions d’auteurs canoniques comme Shelley ou Zola par exemple sur la question des rapports entre roman et imagination. L’introduction synthétise aussi de façon très utile la variété et la vivacité des réactions critiques.

3Le chapitre deux résume l’intrigue complexe de Grimus en soulignant les allusions et références idéologiques et intertextuelles, et en désignant les transgressions génériques. Une des qualités de cet ouvrage tient au fait que malgré le format (imposé par l’éditeur anglais) qui consiste à étudier les romans séparément, Damian Grant ne perd pas une occasion de souligner les parallèles et les échos qui relient ces romans entre eux. Ce chapitre défend de façon fort convaincante les qualités de ce premier roman souvent méprisé par la critique, à tel point que son auteur lui-même a tendance à le renier.

4Concernant Les Enfants de minuit, livre auquel Damian Grant consacre dix-sept pages, on peut noter une attention particulière portée à la structure complexe du roman, à l’analyse des parallèles que Rushdie établit sans cesse entre vie privée et Histoire de la nation, ainsi qu’aux thèmes et motifs principaux : thème de la naissance et de la conception, car pour Grant c’est « un roman de la nativité » (70), mais aussi motif de la perspective et du point de vue, métaphores telles que celle des télécommunications. On peut souligner la façon très appréciable dont Grant intègre le travail des critiques précédents à sa propre critique, et ouvre un dialogue fertile avec eux.

5Grant semble plutôt d’accord avec les commentateurs déçus par La Honte, qui lui reprochaient notamment sa noirceur grinçante et son flottement hésitant entre mode allégorique, mode documentaire, mode journalistique etc. Néanmoins l’analyse offre des lectures allégoriques intéressantes, des commentaires convaincants sur la façon dont Rushdie représente les relations entre hommes et femmes au Pakistan, ainsi que des parallèles éclairants avec l’univers littéraire de Jonathan Swift et celui des tragédies de Shakespeare.

6Le chapitre 5 comporte une lecture des Versets sataniques qui décortique clairement le complexe empilement de niveaux narratifs et d’univers différents créé par Rushdie, tout en étant sensible aussi à un aspect souvent négligé par les critiques, celui de la comédie et de la satire. Cette partie rend aussi hommage à la subtilité et la profondeur des idées débattues dans ce roman ambitieux, que Grant propose d’interpréter comme « un pèlerinage au sein de l’imagination pour y chercher la source du sentiment religieux » (105). Ce chapitre contient cinq pages consacrées à « l’affaire Rushdie ».

7Si l’admiration de Grant pour l’œuvre de Rushdie est encore palpable dans les chapitres 6 et 7, où il prend efficacement la défense de l’écrivain contre les critiques négatives mal justifiées de Catherine Cundy, les romans dont il rend compte par la suite le satisfont manifestement beaucoup moins. Ainsi le choix du narrateur Rai dans La Terre sous ses pieds, jugé « vulgaire et sans délicatesse » (161) constitue pour lui un défaut majeur, « comme si on faisait confiance à Iago pour être le narrateur d’un roman qui s’intitulerait Othello » (162). Il reproche à Rushdie de n’avoir pas réussi, à travers son art verbal, à faire « entendre » la musique d’Ormus et « voir » les photographies de Rai, alors que Rushdie avait su exploiter « très positivement les peintures d’Aurora au moyen de l’ekphrasis » (164).

8Dans sa conclusion Grant consacre deux pages à Luka et le Feu de la Vie, qu’il étrille, le qualifiant de « conte sombre et solipsiste », « qui n’apporte rien aux lecteurs de Rushdie, jeunes ou vieux » (198). Étonnamment, sa description ne tient aucun compte des éléments lumineux, tels l’humour féroce et la vitalité irrévérencieuse de l’ « Insultana » Soraya. L’appréciation subjective que Grant peut avoir d’un roman l’empêche parfois, quand elle est négative, de pousser et d’objectiver ses analyses.

9La bibliographie recensant les ouvrages et articles écrits en anglais est riche et fournie, et Grant explique qu’il n’y a fait figurer que les articles qu’il a mentionnés dans ses analyses. Dans l’ouvrage traduit, il a ajouté une liste des traductions françaises des livres de Rushdie, ainsi qu’une liste de titres d’ouvrages critiques rédigés en français. Celle-ci est malheureusement très succincte (six ouvrages seulement) , sans aucun titre d’article publié en français, alors qu’on peut imaginer que cette traduction s’adresse prioritairement à ceux qui ne lisent pas l’anglais, qu’ils soient « simples lecteurs » ou spécialistes de littérature comparée.

10Néanmoins tous les lecteurs de Rushdie trouveront dans cet ouvrage synthétique une présentation claire et stimulante des idées, des thèmes et des structures des romans, de fines analyses intertextuelles, et un dialogue fructueux avec d’autres critiques anglophones de l’auteur. Damian Grant ne craint pas de s’engager et de formuler des appréciations sur la valeur esthétique ou artistique de tel ou tel roman, et même si l’on n’est pas nécessairement toujours d’accord avec lui on lira cet ouvrage avec profit, et beaucoup d’intérêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Pesso-Miquel, « Damian Grant. Salman Rushdie romancier, trad. Madeleine Descargues », Études britanniques contemporaines [En ligne], 50 | 2016, mis en ligne le 07 avril 2016, consulté le 23 avril 2017. URL : http://ebc.revues.org/3189

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Revues.org