Navigation – Plan du site
Book Reviews

Laurent Mellet, Jonathan Coe : Les politiques de l’intime

Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2015 (318 pages). ISBN : 978-2-84050-978-3
Christian Gutleben
Référence(s) :

Laurent Mellet, Jonathan Coe : Les politiques de l’intime, Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2015 (318 pages). ISBN : 978-2-84050-978-3

Texte intégral

1Parce que Laurent Mellet, le premier, a eu le courage et la perspicacité de tenter une étude globale de l’œuvre de l’un des acteurs majeurs de la scène culturelle britannique d’aujourd’hui, il mérite d’emblée remerciements et louanges. L’œuvre de Jonathan Coe est aussi prolifique que protéiforme puisqu’elle est composée de dix romans, d’un recueil de nouvelles, de deux ouvrages pour la jeunesse, de trois biographies (de B.S. Johnson, Humphrey Bogart et James Stewart), de nombreux articles et essais critiques ainsi que, nous révèle Laurent Mellet, d’une série d’expérimentations mêlant théâtre et musique intitulée Say Hi to the Rivers and to the Mountains ; s’attaquer à une production aussi diversifiée relevait donc de la gageure et cette gageure est ici relevée avec succès tant l’ensemble du travail créatif et intellectuel de l’écrivain britannique est convoqué de manière équilibrée et synthétique. Ce travail de mise en relation de fragments éclectiques est préfacé par Serge Chauvin, l’un des traducteurs français de Coe, et son témoignage très personnel offre un contrepoint bienvenu à l’approche plus théorique de l’analyste universitaire. Mettant en avant « l’émotion intacte et sidérante face à la violence et à l’injustice dénoncées » (p. 9) et une véritable politique des affects (p. 11), le traducteur conclut en définissant Coe comme « un architecte de la compassion » (p. 12).

2Pour Laurent Mellet, émotion, affects et compassion ne sont pertinents que dans la mesure où ils participent de l’intime en tant qu’enjeu politique. La grande force de cette première monographie, c’est sa cohérence très élaborée et entièrement fondée sur les rapports entre l’intime et le politique et, plus généralement, entre esthétique et politique, montrant constamment la conjonction entre esthétique de la politique et politique de l’esthétique, antimétabole illustrée à plusieurs reprises tant sur le plan romanesque qu’idéologique. Ce principe dialectique est clairement expliqué dans l’introduction où, en outre, se trouve défini le paradoxe qui guidera l’investigation générale, selon lequel « c’est peut-être lorsque l’intime semble prendre le pas sur le politique que l’écriture, pour Coe, se fait réellement politique » (p. 17). S’appuyant essentiellement, régulièrement et de manière persuasive sur les travaux du philosophe et théoricien Jacques Rancière, cette hypothèse paradoxale contredit donc l’idée répandue que la dimension politique de la fiction de Coe réside dans une satire sociale et clairement référentielle. Certes, la satire représente une des modalités auxquelles a recours Coe, ce qui lui permet d’ailleurs de déployer un humour digne de P. G. Wodehouse, mais, et c’est ce que s’efforce de démontrer le premier chapitre, au-delà d’un réalisme de surface, ce qui importe c’est l’exploration des dysfonctionnements de l’intime et l’introduction d’une « dissemblance » entre le statut de l’art et le réel (pp. 50-51). Les procédés et stratégies mis en œuvre pour textualiser ces erreurs intimes créent, sur le plan esthétique, des divergences et des écarts qui sont politiques par leur altérité même.

3Dans les chapitres deux, trois et quatre, la monographie passe en revue des questions attendues comme les influences majeures et l’évolution de l’œuvre globale de Coe. C’est du côté de Henry Fielding, Rosamund Lehmann et B. S. Johnson que Laurent Mellet voit les principaux rapports de filiation. Quant à l’évolution, ce qui est souligné c’est une diminution de la satire sociale et une utilisation accrue de procédés métatextuels, ces procédés n’étant pas mis au service du ludisme qui est traditionnellement (et de façon réductrice) associé au postmodernisme mais d’un humanisme ; en effet, les pratiques auto-réflexives de Coe font la part belle aux problèmes de choix ou de dilemme et aux responsabilités éthiques qui en découlent. Cette partie de l’étude affine également la définition conceptuelle de l’intime en s’appuyant sur les travaux de Michaël Foessel et de François Jullien qui distinguent, voire opposent, l’intime et le privé, l’intime se caractérisant précisément par un échange privilégié, une logique de confiance et d’échange permettant de « lire dans le geste intime une action, un événement, que seules les notions d’engagement, de décision et de responsabilité peuvent éclairer » (p. 77). Se trouve aussi affirmé avec vigueur dans ces chapitres-là l’antagonisme entre la fiction de Coe et l’idée de consensus, qu’il soit social, politique ou littéraire. Sur la base de cet antagonisme, le critique introduit le concept de dissensus cher à Rancière, concept indispensable pour signaler le refus « d’un nivellement collectif de l’émancipation, d’une uniformisation presque apolitique des individus » (p. 118) et donc pour renforcer le caractère politique des stratégies de diversification narrative et esthétique dont le rôle est de déstabiliser l’idée de la « police » « comme organisation de la société autour d’une communauté figée ou d’un quelconque consensus » (p. 138).

4Le fond de la théorie des politiques de l’intime est brillamment explicité dans le cinquième chapitre, démonstration éclairante d’une théorie qui relie entre eux l’intime, l’écart, la différence, le dissensus et, bien évidemment, le politique. À ce stade, l’étude insiste sur le rapport dialectique entre l’intime et son opposé appelé « extime » (concept qui rappelle de manière frappante l’excendance lévinassienne), car cette dialectique entre l’interne et l’externe engendre de « nouvelles rencontres possibles entre le soi et l’autre, entre l’intime et le politique », en particulier « dans les alternatives narratives au cœur de l’écriture de Coe » (p. 184). Une telle ouverture à l’autre, toute empreinte de l’éthique selon Lévinas, permet à la littérature d’accomplir ce que la politique ne peut pas faire, c’est-à-dire « donner corps aux invisibles et aux muets » (p. 193). C’est donc par ses modalités fictionnelles mêmes que les ouvrages de Coe mettent en œuvre une politique démocratique et pour illustrer ce lien privilégié entre fiction et démocratie Laurent Mellet s’appuie sur le travail de Nelly Wolf qui voit dans le roman « une véritable analogie de la démocratie » (p. 194), une idée, bien sûr, déjà clairement défendue par Mikhaïl Bakhtine. On voit bien que cette mise en rapport entre intimité et altérité s’éloigne de la sphère sociale, ce qui justifie l’hypothèse centrale que « pour ‘dynamiter’ et renouveler le genre satirique, Coe fait le choix de s’écarter de sa dimension morale et de la politique comme substrat de la satire, pour y préférer l’éthique et ses promesses humanistes » (p. 213). Le dernier chapitre, lui, s’attaque aux rapports qu’entretient l’œuvre de Coe avec les sons et la musique d’une part et les images et le cinéma d’autre part. Si cette partie est moins convaincante, essentiellement parce que le caractère politique de ces résonances interculturelles n’est pas clairement établi (et pour une fois pas théorisé), sa conclusion revient pertinemment sur la spécificité du travail de Coe, politique par sa poétique, engagé par sa forme. Pour étayer cette esthétique politique, le critique a recours à une dernière figure de l’échec ou de la perte, celle chère à Georges Didi-Huberman du vide, de l’évidement ou de « l’évidance », sur le plan de l’intimité, de la réalité culturelle et, bien sûr, de l’écriture.

5Bien entendu, opter pour une approche synthétique entraîne inévitablement des inconvénients et ceux qui chercheraient la saveur propre, la structure spécifique ou la poétique particulière de chaque roman seraient nécessairement frustrés. Mais l’inverse est également vrai et une étude chronologique de chaque œuvre pourrait très difficilement, comme le fait l’étude de Laurent Mellet, montrer l’unité et la diversité du corpus de Coe, sa logique éthique, idéologique et politique en tant qu’œuvre constituée. Le reproche que l’on pourrait cependant faire à ce travail de synthèse c’est d’annoncer à plusieurs reprises une prise en compte des « spécificités narratives et stylistiques » (p. 17), de « ses stratégies d’écriture » (p. 21), du « style propre à l’écriture de Coe » (p. 129), alors que le travail stylistique n’est de toute évidence pas effectué. Signaler « la figure de la liste et de l’énumération » (p. 256) et l’accumulation de superlatifs (p. 207) ne suffit pas à l’élaboration d’une typologie ou d’une grammaire stylistique. Comme on le voit aux nombreuses citations longues qui ne font jamais l’objet de micro-lectures serrées, le travail d’analyse stylistique, syntaxique et rhétorique de l’écriture de Coe ou de l’écriture de chaque roman reste à faire. L’étude détaillée des divers romans ou nouvelles n’est d’ailleurs pas le propos de cette investigation d’ensemble et son dessein politique, lui, semble parfaitement mené à bien. Quiconque s’intéresse aux rapports entre esthétique et politique, quiconque se soucie des interactions entre les idées des théoriciens contemporains et une œuvre de fiction britannique trouvera dans l’étude de Laurent Mellet un modèle de rapprochement entre une hypothèse théorique et une pratique romanesque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Gutleben, « Laurent Mellet, Jonathan Coe : Les politiques de l’intime », Études britanniques contemporaines [En ligne], 50 | 2016, mis en ligne le 07 avril 2016, consulté le 22 juin 2017. URL : http://ebc.revues.org/3192

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org