Navigation – Plan du site

Voyage en Tasmanie ou l’hybridité éloquente dans English Passengers de Matthew Kneale

The Voyage to Tasmania, or Eloquent Hybridity in Matthew Kneale’s English Passengers
Catherine Mari
p. 57-68

Résumés

English Passengers (2000) de Matthew Kneale, au titre curieusement notionnel, qui semble d’entrée figer le voyage, est au niveau diégétique le récit d’une expédition loufoque aux buts multiples et inévitablement incompatibles. Le roman, qui juxtapose deux histoires (distantes d’une trentaine d’années), entremêle singulièrement deux modes : le récit premier, comédie loufoque et parodique, ouvre sur l’histoire de l’extermination des Aborigènes — réalité peu à peu dévoilée par l’entremise de récits de quelques pages (proches par leur forme du journal de bord) assumés par une succession de narrateurs homodiégétiques qui forment un échantillonnage représentatif de la population tasmanienne de l’époque. Histoire à double fond, le roman reflète la duplicité du colonisateur. Toutefois, malgré la disparité tonale des histoires, le roman, hybride en apparence, multiplie les échos et fait progressivement sens. Les deux histoires se rejoignent d’ailleurs dans le dernier quart du roman par l’intermédiaire d’un personnage métis (l’un des rares survivants du massacre). Finalement, English Passengers fait le pari de l’hybridité et le gagne. Non seulement le roman divertit en détournant allègrement la forme et la philosophie du récit de voyage, mais il donne aussi à lire une histoire des Aborigènes, à qui il restitue la parole le temps d’un roman.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Kneale, Matthew, English Passengers (2000), Londres : Penguin, 2001.
  • 2 Le docteur Thomas Potter, chirurgien occupé à rédiger une théorie raciale et Timothy Renshaw, jeune (...)

1English Passengers1 (2000), de Matthew Kneale, est le récit d’une expédition loufoque aux buts multiples et naturellement incompatibles : il s’agit pour le capitaine d’un voilier, le Sincerity, manœuvré par un équipage de Mannois (« Manxmen », habitants de l’île de Man) hauts en couleurs, de tenter de se débarrasser d’une cargaison de produits de contrebande tandis que le pasteur (Geoffrey Wilson) embarqué à bord avec deux autres passagers anglais2 est en quête du jardin d’Eden qu’il compte trouver en Tasmanie.

  • 3 Histoire du déplacement que l’on appellera pour des raisons de commodité « récit de voyage » ou réc (...)
  • 4 La disparité des deux récits a été soulignée par Françoise Kral pour qui le roman fonctionne « sur (...)

2Le roman, qui se présente à première vue comme un récit de voyage, juxtapose en fait deux histoires distantes d’une trentaine à une quarantaine d’années, celle du déplacement proprement dit3 et l’histoire de la colonisation de la Tasmanie débouchant sur l’extinction tragique du peuple aborigène. English Passengers entrecroise ainsi deux fils narratifs aux tonalités totalement dissemblables4 : le roman de voyage fantaisiste et parodique alterne avec le récit historiographique fondé sur des faits réels, comme l’auteur prend soin de le souligner dans l’épilogue : « All the major events of the Tasmanian strand of the novel follow real occurrences, from the stealing of aboriginal women by sealers to the massacre on the cliff, the bizarre cruelties of the convict system, the Fiasco of the black Line, and the terrible farce of Flinders Island. Likewise, some of the characters are closely based on people of the time… » (455).

3Marqué par son hybridité tapageuse, le roman de Matthew Kneale apparaît comme un essai formel (essai au sens de tentative ou d’expérimentation), qui consiste à entrecroiser deux fils narratifs sans lien apparent, tout en donnant sens à cet entrelacs. English Passengers s’apparente ainsi à un essai de par la singularité de sa construction. Comme l’essai qui oscille par définition entre passé et avenir, le roman de Kneale s’écarte de modèles préexistants et constitue un récit unique dont la force dépend précisément de son originalité. La question est de savoir si l’essai parvient à son terme, ce qui revient à étudier par quel biais ce rapprochement a priori peu orthodoxe devient progressivement signifiant. Pour ce faire, nous commencerons par une description de la structure, puis soulignerons la spécificité de chaque fil de l’histoire et analyserons finalement le fonctionnement de l’entrelacement ainsi que le sens qu’il produit.

  • 5 La première intervention de Peevay dans le roman couvre la période 1824-1828 (48).

4Après le premier chapitre (une cinquantaine de pages situées en Angleterre en 1857) qui fait alterner le récit du capitaine et celui du pasteur, le lecteur est subitement transporté à une époque antérieure (1820) et dans un autre lieu (la Tasmanie). L’histoire passe en effet subitement (le temps de trois ou quatre pages au début du deuxième chapitre) aux mains d’un ancien détenu, momentanément chasseur de phoques (il sera à nouveau incarcéré plus loin dans le roman). Ce personnage raconte sans état d’âme comment il a capturé une jeune aborigène, qu’il a violée mais qui a réussi à s’échapper. Puis, à l’intérieur du même chapitre (chapitre deux, toujours à la même époque5), la narration est reprise par un personnage du nom de Peevay, enfant métis, résultat de ce viol, qui découvre sa différence en voyant dans l’eau le reflet de ses cheveux blonds. Le roman, qui comprend quinze chapitres (eux-mêmes subdivisés en sous-parties assumées par des voix différentes), alterne jusqu’au chapitre 11 le récit situé au milieu du xixe siècle (dans les années 1850) et le récit situé au début du xixe siècle (1820). Puis les deux histoires se rejoignent (l’espace de deux chapitres) lorsque Peevay, narrateur central du récit tasmanien, rencontre les passagers anglais enfin arrivés à Hobart Town, avant le début de leur expédition dans le bush en direction du jardin d’Eden. Elles se séparent finalement (aux deux derniers chapitres) avec le retour mouvementé du Sincerity en Angleterre et le roman se referme sur un épilogue et un glossaire anglo-mannois. Ainsi, l’entrelacement méticuleux des deux fils de l’histoire conduit, de façon peu conventionnelle, à évoquer le pays de destination du voilier ainsi que son histoire avant l’arrivée proprement dite des passagers anglais.

  • 6 Dickens, Charles, David Copperfield (1849-1850).
  • 7 L’auteur en donne un glossaire à la fin du roman (460-462). Certains mots de lexique sont parfois i (...)

5Le récit premier se présente comme un récit de voyage. Le titre, English Passengers, ainsi que l’identité du premier narrateur (Captain Illiam Quillian Kewley) indiquée en début de chapitre, semblent renvoyer à ce genre dont les codes sont toutefois très rapidement subvertis. Le souci de précision propre à ce type de roman cède immédiatement la place à des considérations bavardes à propos de l’incipit qui évoquent plutôt le Bildungsroman, comme David Copperfield6 dont les amorces (« I am born » ou « To begin my life with the beginning of my life… ») sont ici remplacées par « if I had to choose a beginning » (1) ou, quelques paragraphes plus loin, par : « But I am drifting off from that beginning we had » (3). En d’autres termes, English Passengers s’ouvre sur une hésitation quant au genre et sur une réticence apparente à entrer dans l’histoire, qui fait contraste avec la détermination enthousiaste caractérisant les départs pour de lointains rivages. Le début du roman tient également du picaresque dans la mesure où la malchance et les bévues successives de différents personnages les contraignent à s’éloigner des rivages anglais plus vite que prévu, pour échapper à la douane ou à la maréchaussée. On est bien loin du départ en fanfare de voyageurs galvanisés par les découvertes à venir. En effet, le Sincerity met furtivement le cap sur la Tasmanie, comme par défaut : « Curious it was to walk on the quarterdeck, knowing it would soon be lurching about under some strange tropical skies, the like of which none of us had seen, nor much wanted to neither » (109). Les membres de l’équipage se retrouvent ainsi propulsés malgré eux dans une série d’aventures (ou plutôt de mésaventures) racontées avec truculence par le Capitaine, dont aucun revers de fortune ne semble entamer la bonne humeur. Tous Mannois, ils incarnent le picaro hâbleur, menteur et roublard mais incapable de bassesse. Ils utilisent leur propre langue7, que les passagers anglais ne comprennent pas, et peuvent ainsi vaquer tranquillement à leurs affaires d’une honnêteté douteuse. Autrement dit, l’exotisme et la différence, que vise traditionnellement le récit de voyage, sont, de façon originale, déjà présents sur le bateau. D’ailleurs, le docteur Potter, chirurgien qui accompagne l’expédition dans un but scientifique, ne s’y trompe pas puisque, les transformant en sujets d’étude, il prend des notes qu’il inclut dans son manuscrit sur la hiérarchie des races. La verve du capitaine, dont la langue cocasse est truffée d’hyperboles comiques, n’est pas non plus caractéristique de la tonalité du récit de voyage, habituellement plutôt marqué par la ferveur concentrée des voyageurs.

  • 8 Ceux-ci emportent une profusion de nourriture de luxe ainsi que des tentes que le chef de l’expédit (...)

6Le ton est, du reste, donné avant même le début proprement dit de la narration. En effet, la couverture du fascicule rédigé par le pasteur (avant son départ), mise en regard de la première page du roman, donne un avant-goût de la folie de ce dernier qui ne craint pas de justifier ses positions créationnistes en s’appuyant sur la théorie pour le moins farfelue de la Réfrigération Divine. L’intuition très nette du lecteur qu’il est au seuil d’une comédie débridée est d’autre part confirmée par l’adresse du lieu d’édition du fascicule qui se trouve au 52, Paternoster Square, à Londres. En outre, la disparité du petit groupe des passagers anglais augure mal de leur « voyage épique de découverte », pour emprunter l’expression comiquement exaltée du pasteur (« an epic journey of discovery » [16]). Quant aux préparatifs, passage traditionnellement obligé du récit de voyage, ils sont soit ridiculement abondants et inappropriés en ce qui concerne les passagers anglais8, soit curieusement inexistants dans le cas de l’équipage du Sincerity. Ainsi, le Capitaine et son second s’avisent, une fois les passagers embarqués, qu’ils ont oublié de se munir de cartes, et, à deux reprises au moins, le navire n’accoste pas au bon endroit. L’absence de carte, qui entretient le flou quant aux lieux, déréalise de surcroît le récit en accentuant sa dimension loufoque, voire héroï-comique.

  • 9 Jean Viviès observe que le motif de l’auberge permet par exemple l’enchâssement de récits narrés pa (...)

7Un à un donc, les codes du récit de voyage sont subvertis. Le motif des auberges, qui, comme le remarque Jean Viviès (Viviès 155-156), émaille le récit de voyage du xviiie siècle, est logiquement remplacé par celui des escales, mais celles-ci, comiquement écourtées, n’offrent pas de pauses réelles (dont la fonction première est une fonction de cohésion9). À l’encontre de cette convention, le Sincerity doit pratiquement, à chaque accostage, reprendre la mer précipitamment pour éviter les ennuis avec les autorités portuaires. Alors qu’il est encore suffisamment lucide, le pasteur observe à ce sujet : « The Captain was developing a most unwelcome habit of demanding we leave port at only a moment’s notice » (221).

8Finalement, à la différence du récit de voyage dont le schéma structuré par le déplacement amène à des descriptions et des comparaisons (Viviès 40), English Passengers n’inclut que de rares et brefs passages descriptifs en dépit de la succession de lieux où l’équipage fait (volontairement ou non) escale. Ainsi la description que propose le pasteur de Hobart Town en Tasmanie, point de départ de l’expédition en direction du Mont Wellington où est censé se trouver le Jardin d’Eden, demeure très vague et accumule les lieux communs : les habitants sont dits « charmants » (« delightful ») et la ville est louée pour son charme anglais irrésistible (« Englishness of a charmingly old-fashioned kind » [317]), observation qui au passage reflète la vision ethnocentrique ou tout simplement égocentrique du pasteur. Cet aveuglement à l’Autre constitue un renversement ironique flagrant de la démarche heuristique du voyageur, ou encore de « l’exercice de disparition » de soi prôné par Nicolas Bouvier, disparition définie comme une « dilution consentie au profit d’une réalité qu’il faut rejoindre » (Christin 214). Finalement, le premier fil narratif, qui subvertit joyeusement tous les codes du roman de voyage, ne retient de ce genre que la structure de déplacement, affichant en priorité sa dimension parodique. Il forme ainsi un contraste saisissant avec le récit tasmanien, qui reconstruit l’histoire tragique de la destruction d’un peuple.

9De façon originale, cette réalité est peu à peu dévoilée par l’entremise de récits de quelques pages (proches du journal de bord ou sous forme de lettres, avec ou sans destinataires, ou encore d’extraits d’ouvrages), récits assumés par une succession de narrateurs homodiégétiques constituant un échantillonnage de la population tasmanienne de l’époque : la population anglaise d’une part, incluant gouverneur, colons, femmes de colons, directeur d’un centre de détention, détenus, employés d’exploitations agricoles, et d’autre part le peuple aborigène, représenté par Peevay. Métis et narrateur principal de ce deuxième fil du roman, Peevay a vécu l’histoire de la destruction progressive son peuple et en fait le récit imagé et poétique, coloré par une vision du monde reflétant entre autres l’harmonie entre l’homme et la nature.

  • 10 La multiplicité des voix, caractéristique de l’esthétique postmoderne (voir Hutcheon), ne vise tout (...)
  • 11 Pierce dénonce ce massacre dont il voudrait faire punir les coupables (68).
  • 12 Au deuxième chapitre (67-69).
  • 13 Le même personnage se laisse d’ailleurs par la suite acheter en acceptant la promotion qui lui est (...)

10Manière de « polyphonie » historiographique (pour emprunter le concept bakhtinien), le récit tasmanien se présente ainsi sous une forme fragmentée peu conventionnelle. La multiplicité des voix10 (avec en particulier la mise en regard du récit de Peevay avec ceux des colons anglais) prend la place d’un « discours déjà constitué », selon l’expression de Jean Viviès (Viviès 103) et amène par conséquent le lecteur à construire le sens ou, plus précisément, à reconstruire l’histoire de l’extinction du peuple aborigène. Ce choix d’une narration éclatée apparaît donc comme le choix logique d’un roman qui dénonce (à l’intérieur du récit tasmanien) la mentalité impérialiste qui préside au processus de colonisation. À l’exception de Peevay dont le rôle est central dans le roman, les personnages dont les récits se succèdent sont juste des actants. Simplement nommés, pour faciliter l’identification, ils illustrent la mentalité et le comportement colonialistes. Mis à part un personnage au nom révélateur de Pierce (il est le seul qui ait percé à jour les intentions de l’administration anglaise, 68), révolté par un massacre d’aborigènes perpétré en toute impunité par des Blancs11, les personnages de colons anglais soutiennent tous, de manière plus ou moins active, l’entreprise de colonisation telle qu’elle est pratiquée en dépit de sa violence et parfois de sa barbarie. Même si certains colons semblent a priori humains, aucun n’échappe à l’effet corrupteur de la colonisation. La longue lettre d’un jeune employé de la New World Land Company (adressée à son père mais jamais envoyée), qui raconte le massacre choquant des aborigènes12, se lit aussi comme le récit d’une contamination progressive et irréversible d’un personnage innocent au départ. Lorsqu’il arrive d’Angleterre, le jeune homme n’a pas d’a priori raciste ; il constate la différence mais ne la rejette pas : « They were tall, and some might even have been called handsome in their savage way » (62), observe-t-il à propos des aborigènes. Toutefois, son silence après le massacre équivaut à une acceptation de la situation et le compromet définitivement13.

11Outre l’indifférence et la violence, la colonisation prend la forme plus sournoise de la manipulation sous les traits du bien nommé Robson (bien nommé car il fait en quelque sorte main basse sur la lignée aborigène). En effet, dans le but de déplacer et de concentrer les tribus dans un lieu isolé (sur une île, du nom de Flinders Island), ce personnage leur promet, dans leur langue, qu’il a apprise pour mieux les amadouer, un ailleurs protégé où ils pourront manger à leur faim (« there are plenty of kangaroo to hunt and no white man can hurt you » [152]). C’est ainsi que les aborigènes échouent sur une île mouroir où ils sont décimés par l’ennui et la maladie (226-227). Le mensonge, qui caractérise les relations avec les indigènes, est parfois synonyme de falsification éhontée et de mauvaise foi criante. Ainsi, sur l’île de Flinders, une certaine Mrs Price, femme de l’épicier, faisant mine de plaindre les aborigènes, n’omet pas d’évoquer « the great cruelties they had committed upon the innocent settlers » (240) et donc de retourner l’argument de la violence contre les indigènes. Ce personnage, qui a manifestement intégré la rhétorique typique de ce que Edward Said appelle la « mission civilisatrice » (Said 172), présente Robson comme un sauveur (« the famous Robson, who had journeyed for months at a time through the wilderness of Van Diemen’s land with none for company but blacks, that he might endeavour to save them » [242]), ou encore un croisé qui a eu le courage de se lancer à corps perdu dans une courageuse entreprise de civilisation : « He [Robson] meant the aborigines to be begun afresh, and reborn as civilized, Christian beings » (247). Selon Mrs Price, l’attitude ingrate des aborigènes, qui persistent à utiliser leurs prénoms d’origine alors qu’on les a rebaptisés, n’est rien de moins qu’une trahison, « a betrayal of the man by those whom he had striven so hard to save » (248). Là encore, le renversement de la vérité, qui utilise des concepts comme « trahison », « civilisation », « sauvage », au rebours de leur sens initial, est absolument criant et fait partie de l’entreprise de mystification à grande échelle que constitue le processus de colonisation.

12Récit d’une destruction brutale, le fil narratif tasmanien (« Tasmanian strand » [455]) à forte coloration historique et idéologique (au sens large) semble a priori sans rapport aucun avec le récit de voyage purement fictif et parodique. Toutefois, en dépit de la disparité tonale manifeste, l’entrelacs méticuleux de ces fils construit graduellement une relation de complémentarité qui s’amplifie au fil du roman.

  • 14 Le terme « historique » sera utilisé, pour des raisons de commodité, pour l’opposer à la fiction pu (...)
  • 15 Terme emprunté à Paul Ricœur, qui le met en parallèle avec « l’historicisation » (Ricœur 265, 275).

13D’un point de vue strictement narratif tout d’abord, le récit fictif qui ouvre English Passengers (ou récit premier chronologiquement) constitue une introduction en douceur au récit « historique14 » lequel, sans l’habillage fictionnel, aurait été réduit à une somme de documents ou de témoignages dépersonnalisés et émiettés, ne pouvant par conséquent constituer un ensemble signifiant. La fictionalisation de l’histoire a ainsi pour effet de lui donner vie : pour reprendre la formulation de Paul Ricœur, elle place les événements « sous les yeux » du lecteur ; « récit animé », elle « supplée, par son intuitivité, sa vivacité, au caractère élusif de la passéité du passé… » (Ricœur 277). L’histoire des passagers anglais amène en quelque sorte « naturellement » au cœur des ténèbres de la Tasmanie et permet de pénétrer une réalité peu évoquée : elle justifie en quelque sorte le fil tasmanien. En outre, le choix de l’hybridité (en l’occurrence le choix de mêler fiction et histoire) permet de donner la parole à un aborigène (latitude peu concevable dans un ouvrage historique). L’intérêt du récit de voyage fictif, postérieur au « récit historique », est aussi de permettre un retour sur l’histoire, c’est-à-dire de fournir, selon les termes de Jean Viviès, « une visée rétrospective qui ordonne le parcours » (165), visée assumée dans le roman par le capitaine. De plus, la structure linéaire de déplacement propre au récit de voyage borne temporellement le récit tasmanien qu’elle amorce et auquel elle procure une fin, le limitant à une période de trente ans, le temps de la quasi- disparition des tribus aborigènes. Ce cadre temporel a également pour effet de souligner la rapidité impressionnante de l’extermination. Le léger décalage temporel entre les deux fils narratifs (rappelé tout au long du roman) permet en outre de les distinguer nettement et d’éviter de fictionaliser l’Histoire à outrance. Une fictionalisation15 plus forte du fil tasmanien aurait considérablement affaibli la dimension de vérité historique de l’histoire des aborigènes, ce qui bien entendu serait allé à l’encontre du projet narratif de Mathew Kneale, projet de démystification qui consiste à jeter un éclairage nouveau sur une histoire peu glorieuse.

14Le jeu de complémentarité entre les deux intrigues, effectif au niveau narratif, repose également sur de nombreux échos thématiques. De façon générale, les motifs simplement amorcés de façon ludique dans le récit de voyage sont repris de façon exacerbée dans le récit tasmanien. Cette thématique commune aux deux fils narratifs est, pour la résumer en quelques mots, celle de l’ignorance, voire du rejet de l’Autre, ce qui, du reste, ne surprend pas dans un roman au titre curieusement notionnel qui semble d’entrée figer le voyage et préfigurer l’absence totale d’intérêt pour la différence.

15L’Autre est en effet superbement ignoré dans ce roman, que ce soit par les passagers anglais qui ne démordent pas de leurs théories préfabriquées plaquées sur le réel, ou par les colons, persuadés d’être dans leur bon droit et pénétrés, selon la formulation d’Edward Said, « d’impressionnantes formations idéologiques, dont des discours assurant que certains peuples et territoires ont besoin d’être dominés » (Said 44). Le motif du mensonge est en effet un motif majeur dans les deux fils de l’intrigue. Présenté comme un trait de caractère commun aux Mannois, il sert à merveille le comique de l’intrigue première. Pour ne citer qu’un exemple, les marins refusent comme un seul homme l’hypnose que leur propose Potter, le chirurgien raciste, pendant le voyage aller, de peur de laisser échapper des secrets gênants, telle la pratique de la contrebande ; faute de volontaire, ce dernier se retrouve contraint d’hypnotiser un cochon embarqué à bord pour nourrir les passagers du Sincerity (159). Le mensonge est simultanément central dans le récit tasmanien, récit d’un assujettissement brutal, résolu à ne pas s’avouer comme tel, et qui s’efforce, selon les termes de Edward Said, de « déguiser ou obscurcir [cette réalité] en créant un mécanisme d’autojustification, une autorité qui se fonde et s’exalte elle-même, afin de l’interposer entre l’agent de l’impérialisme et sa victime » (Said 122). La duplicité du colonisateur (qu’elle soit ou non délibérée) est du reste suggérée par la structure hybride de cette histoire à double fond. Elle est aussi figurée par le voilier, ironiquement baptisé le Sincerity, dont la double coque conçue pour la contrebande (33), n’a d’autre fonction que la dissimulation (9).

  • 16 « [E]pic journey of discovery » (16).

16Même les tonalités disparates des deux récits finissent par se rapprocher, voire se fondre dans les quatre derniers chapitres, comme si la violence rapportée du récit tasmanien avait fini par contaminer le récit de voyage. La farce devient en effet très grinçante à la fin, lorsque les exemples de violence se multiplient : pour ne retenir que le plus choquant, Potter vole le corps de la mère de Peevay et le dépèce pour compléter sa collection d’ossements destinés à illustrer sa théorie raciale. Le « voyage épique de découverte16 » annoncé à grand fracas par le pasteur frise le cauchemar. Faisant écho à la destruction du peuple aborigène, le voilier, laissé à l’abandon par Potter qui en avait d’autorité usurpé le commandement, se disloque de façon spectaculaire avant de s’échouer sur les côtes anglaises et de couler. Toutefois, c’est la fantaisie débridée du récit englobant qui a le dernier mot et autorise l’inclusion d’une fin morale très proche de la « justice poétique ». Timothy Renshaw, le jeune botaniste désabusé, retrouve le goût de la vie et reste en Australie où il se marie avec une fille de détenu. Le pasteur, fou à lier, finit ses jours dans un village du sud de l’Angleterre où se trouve, dit-il, le jardin d’Eden, qu’il a enfin localisé. Quant à Potter, il finit sous forme de crâne exposé dans un musée scientifique à Londres au milieu d’autre crânes d’aborigènes qu’il avait illégalement rapportés (son crâne ayant été retrouvé au fond du Sincerity après avoir été accidentellement fendu par un des marins). Ironie du sort et juste châtiment, il est pris pour un aborigène, peuple qui ne lui inspirait que le plus profond mépris.

  • 17 Image empruntée à Jean Viviès (Viviès 166).

17Les échos multiples aux niveaux à la fois narratif, thématique et tonal, resserrent les fils de l’intrigue et l’hybridité, surprenante au départ, devient éloquente. Le processus de subversion à l’œuvre dans le récit de voyage transformé en irrésistible parodie est redoublé et amplifié par l’entreprise de démystification idéologique que constitue le récit tasmanien en révélant l’envers du décor de la colonisation. Le roman de Matthew Kneale parvient de la sorte à nous divertir, en détournant allègrement la forme et la philosophie du récit de voyage, en même temps qu’il nous confronte à l’histoire tragique d’une extermination, récit dont la forme polyphonique originale nous interpelle bien davantage qu’un traditionnel pamphlet militant. Finalement l’essai est doublement concluant : l’expérimentation formelle fait sens aux niveaux à la fois esthétique et idéologique ; en outre, l’acception du terme « essai », qui implique précisément l’ébranlement ou la mise en question des valeurs de modèle et d’autorité, s’avère dans ce roman particulièrement appropriée. Si les passagers anglais ne sont pas transformés par le voyage, il n’en va pas de même pour le lecteur que l’aventure de la lecture transforme en voyageur17 fasciné par cette histoire qui n’omet pas de restituer la parole aux aborigènes, le temps d’un roman.

Haut de page

Bibliographie

Christin, Rodolphe, L’Imaginaire voyageur ou l’expérience exotique, Paris : L’Harmattan, 2000.

Dickens, Charles, David Copperfield (1849-1850), Harmondsworth : Penguin Books, 1996.

Hutcheon, Linda, A Poetics of Postmodernism : History, Theory, Fiction, Londres : Routledge, 1988.

Kneale, Matthew, English Passengers (2000), Londres : Penguin, 2001.

Kneale, Matthew, Les Passagers anglais, traduit de l’anglais par Georges-Michel Sarotte, Paris : Belfond, 2002.

Kral, Françoise, « Récits d’un voyage : English Passengers de Matthew Kneale et l’art de l’entre-genres », http://erea.revues.org/index615.htlm.

Ricœur, Paul, Temps et récit III : Le temps raconté, collection L’ordre philosophique, Paris : Seuil, 1985.

Said, Edward W., Culture et impérialisme, Paris :Fayard, 2000.

Vivies, Jean, Le Récit de voyage en Angleterre au xviiie siècle : De l’inventaire à l’invention, Toulouse : PU du Mirail, 1999.

Haut de page

Notes

1 Kneale, Matthew, English Passengers (2000), Londres : Penguin, 2001.

2 Le docteur Thomas Potter, chirurgien occupé à rédiger une théorie raciale et Timothy Renshaw, jeune botaniste désabusé et brebis galeuse dont les parents déplorent le manque d’ambition (121-122).

3 Histoire du déplacement que l’on appellera pour des raisons de commodité « récit de voyage » ou récit « premier » dans la mesure où il ouvre le roman.

4 La disparité des deux récits a été soulignée par Françoise Kral pour qui le roman fonctionne « sur un mode opératoire paradoxal (entre assertion du statut du réel et fuite dans le picaresque) » (« Récits d’un voyage : English Passengers de Matthew Kneale et l’art de l’entre genres »). Dans cet article, F. Kral démontre que cette hybridité, caractéristique de l’esthétique postmoderne (voir à ce sujet Hutcheon 9) n’a pas seulement pour effet une « mise en question des conventions génériques ». Elle est, dans le roman de Kneale, « une démarche qui vise à recontextualiser les récits parallèles dans leurs époques respectives ».

5 La première intervention de Peevay dans le roman couvre la période 1824-1828 (48).

6 Dickens, Charles, David Copperfield (1849-1850).

7 L’auteur en donne un glossaire à la fin du roman (460-462). Certains mots de lexique sont parfois inclus dans le texte, lui donnant un caractère exotique.

8 Ceux-ci emportent une profusion de nourriture de luxe ainsi que des tentes que le chef de l’expédition teste sur les collines ventilées de Dartmoor (28).

9 Jean Viviès observe que le motif de l’auberge permet par exemple l’enchâssement de récits narrés par d’autres voyageurs qu’on y rencontre (Viviès 155).

10 La multiplicité des voix, caractéristique de l’esthétique postmoderne (voir Hutcheon), ne vise toutefois pas un effet de relativisation mais d’accumulation d’information, fournie par petites touches successives : elle forme une mosaïque qui prend sens au fil de la lecture et se lit comme une dénonciation subtile car indirecte mais sans équivoque d’un pan de l’histoire tasmanienne peu ou mal connu.

11 Pierce dénonce ce massacre dont il voudrait faire punir les coupables (68).

12 Au deuxième chapitre (67-69).

13 Le même personnage se laisse d’ailleurs par la suite acheter en acceptant la promotion qui lui est offerte contre un faux témoignage minimisant le nombre d’aborigènes assassinés (73).

14 Le terme « historique » sera utilisé, pour des raisons de commodité, pour l’opposer à la fiction pure du récit premier.

15 Terme emprunté à Paul Ricœur, qui le met en parallèle avec « l’historicisation » (Ricœur 265, 275).

16 « [E]pic journey of discovery » (16).

17 Image empruntée à Jean Viviès (Viviès 166).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Mari, « Voyage en Tasmanie ou l’hybridité éloquente dans English Passengers de Matthew Kneale », Études britanniques contemporaines, 38 | 2010, 57-68.

Référence électronique

Catherine Mari, « Voyage en Tasmanie ou l’hybridité éloquente dans English Passengers de Matthew Kneale », Études britanniques contemporaines [En ligne], 38 | 2010, mis en ligne le 11 avril 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ebc.revues.org/3209 ; DOI : 10.4000/ebc.3209

Haut de page

Auteur

Catherine Mari

Université de Pau.
Catherine Mari est maître de conférences à l’université de Pau. Auteur d’une thèse de doctorat sur l’œuvre romanesque et critique de David Lodge (David Lodge ou l’esthétique du compromis), elle a enseigné la littérature contemporaine puis s’est spécialisée dans l’œuvre de Shakespeare. Elle s’intéresse au roman postmoderne avec un accent particulier sur le roman rétro-victorien et sur les réécritures contemporaines de Shakespeare. Elle est l’auteur d’un ouvrage (à paraître) : A.S. Byatt : L’histoire souveraine.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org