Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Koutsantoni, Katerina, Virginia Woolf’s Common Reader

Christine Reynier
p. 171-172
Référence(s) :

Koutsantoni, Katerina, Virginia Woolf’s Common Reader, Farnham & Burlington : Ashgate, 2009, 219 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la première étude d’ensemble des essais que Virginia Woolf rassembla dans The Common Reader : First Series (1925) et The Common Reader : Second Series (1932). Il met en lumière l’activité de critique de Woolf, activité première de l’écrivain, pourtant relativement négligée par la critique.

2Ayant commencé sa carrière de « reviewer » en 1904, après la mort de Leslie Stephen, lui-même essayiste, Virginia Woolf s’affirma peu à peu comme un des grands essayistes de son temps à une époque où la plupart des essayistes — T.S. Eliot, Ford Madox Ford, D.H. Lawrence ou Ezra Pound — étaient des hommes. Elle écrivit plus de cinq cents essais entre 1904 et 1922 qui furent publiés dans le Times Literary Supplement, le Dial, le Nation et l’Athenaeum ou le Criterion, et assura ainsi son indépendance financière.

3Dans les essais réunis dans The Common Reader, Virginia Woolf s’intéresse aussi bien à des romanciers, poètes, dramaturges et essayistes célèbres qu’à des écrivains, diaristes ou biographes obscurs, hommes ou femmes. Elle redéfinit ainsi la littérature comme débordant les limites étroites imposées par le canon littéraire. En se penchant plus précisément sur les grands essayistes tels que Addison, Hazlitt, Lamb ou Montaigne, Virginia Woolf définit le genre de l’essai, combinant les définitions qu’ont pu en donner Montaigne (comme genre informe), Lukacs (comme forme artistique) et Adorno (comme forme hybride située entre art et science). Ses essais relèvent de la critique, du mémoire, de la biographie ou de la fiction, sont informels, ouverts, personnels, intimes et pleins d’humour. Ils échappent à tout système par leur « absence de méthode méthodique », pour reprendre la formule d’Adorno.

4Katerina Koutsantoni donne une lecture non pas chronologique mais thématique de ces essais, examinant essentiellement la manière dont Virginia Woolf envisage l’écriture, la lecture et la critique. Elle analyse l’essai comme un genre propice au dialogue entre auteur et lecteur ; elle se penche sur la notion d’impersonnalité, montrant que celle-ci est, chez Woolf, inextricablement liée à son contraire et que, loin d’être comparable au processus de dépersonnalisation prôné par Eliot, l’impersonnalité est pour Woolf une stratégie qui lui permet d’effacer toute voix autoritaire et de laisser place à une pluralité de voix incluant celles de l’auteur et du lecteur. L’impersonnalité est redéfinie comme dialogisme et l’essai devient ainsi le lieu d’une conversation entre une voix auctoriale intime, non autoritaire et un lecteur idéal, tous deux pris dans une relation de solidarité et de complicité. Ce lecteur idéal est un lecteur ordinaire, à l’image de celui de Samuel Johnson, dépourvu du dogmatisme que Woolf décèle chez les critiques. Indifféremment homme ou femme, c’est un amateur doté d’une curiosité insatiable et d’une très grande ouverture d’esprit. Figure abstraite, il est aussi à l’image de la lectrice qu’était Virginia Woolf. Ce lecteur ordinaire est également présenté, dans les essais de Woolf, comme un critique ordinaire, voire un écrivain ordinaire, l’auteur l’encourageant à participer activement à la lecture des textes présentés plutôt que d’accepter aveuglément le jugement des critiques. Les écrits de Woolf préfigurent ainsi les analyses de la lecture et du rôle du lecteur que proposeront les théoriciens de la réception dans les années 1970-1980, présentées ici en détail. Enfin, par l’intermédiaire de ce lecteur-critique ordinaire, Woolf dit son désir de voir la critique, et peut-être même l’écriture, devenir le domaine de tout un chacun plutôt qu’une chasse gardée, ce qui est en accord avec la vision de la littérature qu’elle offre dans l’ensemble de ses essais.

5Cet ouvrage à la bibliographie particulièrement fournie, est extrêmement rigoureux : tous les concepts employés — impersonnalité, personnalité, dialogisme etc. — sont définis avec soin, l’auteur se référant à la fois aux théoriciens les ayant définis, aux contemporains de Woolf les ayant mis en œuvre, chacun à sa manière, et aux critiques woolfiens les ayant abordés, n’hésitant pas à exprimer son désaccord à l’occasion. De nombreux essais du Common Reader sont analysés, toujours dans la perspective choisie au départ. Cet ouvrage, qui est bel et bien la première étude d’ensemble du Common Reader, comme l’annonce Katerina Koutsantoni, est particulièrement bienvenu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Reynier, « Koutsantoni, Katerina, Virginia Woolf’s Common Reader », Études britanniques contemporaines, 38 | 2010, 171-172.

Référence électronique

Christine Reynier, « Koutsantoni, Katerina, Virginia Woolf’s Common Reader », Études britanniques contemporaines [En ligne], 38 | 2010, mis en ligne le 11 avril 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://ebc.revues.org/3224

Haut de page

Auteur

Christine Reynier

Université Paul-Valéry — Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org