Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Guignery, Vanessa, ed., Voices and Silence in the Contemporary Novel in English

Jean-Michel Ganteau
p. 173-174
Référence(s) :

Guignery, Vanessa, ed., Voices and Silence in the Contemporary Novel in English, Newcastle : Cambridge Scholars Publishing, 2009, 292 p.

Texte intégral

1Il s’agit d’un consistant volume de 20 chapitres précédés d’une introduction. Parmi ces chapitres figure un texte de Will Self, originellement prononcé en Sorbonne à l’occasion du colloque d’ERCLA organisé en décembre 2007 par Vanessa Guignery et François Gallix, ainsi qu’un entretien accordé par le même Will Self. Comme l’indique le titre, ce volume ne s’intéresse pas exclusivement au domaine britannique contemporain. Il propose des études de textes américains, canadiens, guyanais ou sud-africains, même si la majorité des articles sont consacrés à des auteurs britanniques, au sens étroit ou élargi (aux nouvelles littératures), dans la mesure où sont réunis en ces pages des travaux sur Will Self, Graham Swift ou encore John Fowles, mais aussi sur Arundhati Roy, Zadie Smith, Salman Rushdie. Des incontournables du paysage romanesque contemporain y sont recensés et analysés, mais aussi des auteurs dont l’œuvre est moins connue, comme c’est le cas pour Jenny Diski. L’ouvrage se divise en quatre parties : « Will Self or the Language of resistance », « Graham Swift “in between the lines” », « Resistance and Logorrhea in Contemporary British and American Literature », « New Literatures : The Poetics of Silent Voices ».

2La loi du genre veut que de tels volumes réunissent des auteurs d’une grande diversité, mais ce qui pourrait dans certains projets paraître hétéroclite est ici unifié par un fil directeur réunissant l’ensemble des travaux, lesquels sont fédérés par une thématique et des éléments bibliographiques communs (Roland Barthes, Jacques Derrida, Ihab Hassan, Dominique Rabaté, entre autres). Dans la plupart des articles réunis ici, par ailleurs, c’est bien la relation entre voix et silence qui se trouve problématisée, et envisagée de manière dialectique. En partant du double paradoxe selon lequel la logorrhée à l’œuvre dans certains romans est bien là pour masquer le silence et ne rien dire, et selon lequel le silence est précisément ce qui se fait entendre et parle, Vanessa Guignery et bon nombre d’auteurs réunis dans ces pages se penchent sur les modalités du dire et du taire, du taire pour mieux dire et du dire pour mieux taire. Ils montrent de fait combien le silence peut être le lieu d’investissement et d’émergence d’une voix autre : celle du passé, de l’insu, d’une autre communauté, d’un autre locuteur. Les phénomènes de pluralisation sont par ailleurs évoqués. Un cran plus loin, c’est le silence comme partie intégrante de la voix qui est exploré, ce qui revient à interroger les limites de l’opposition entre voix et silence, pour montrer combien le silence fait partie du grain de la voix. Plus que la notion de pluralisation, c’est peut-être celle de trauma qui permet d’établir un pont entre les représentants de ces diverses littératures contemporaines, qu’elles soient de tradition séculaire, ou qu’elles appartiennent à ce que la critique a appelé « nouvelles littératures », car c’est dans le paradoxe de ce qui achoppe à se dire qu’est figurée la violence de l’effraction affectant l’individu ou la communauté.

3Dans l’ensemble de ces travaux apparaît une vision de la voix et du silence comme médias et opérateurs de l’altérité, quel que soit le contexte culturel envisagé. La dialectique faisant travailler de conserve voix et silence est donc ouverture vers une éthique de l’altérité, appel à la rencontre non violente avec l’autre du temps, du su, du fermé. En ce sens, si la parole de ces auteurs peut paraître singulière, leur voix ne l’est pas, qui accueille, colporte et transmet celle de l’autre, dans un processus de ressassement et d’impersonnalisation que n’aurait pas renié T.S. Eliot.

4La sélection des textes paraît rigoureuse. L’ensemble du volume a été relu avec soin. L’index mêlant noms propres et notions est fort utile. Le lecteur trouvera dans ce travail une véritable réflexion sur ce qui fonde la dialectique éponyme dans la production contemporaine en langue anglaise, et aura le plaisir de se confronter à des textes inédits sur des auteurs canonisés ou en voie de canonisation, comme celui de découvrir de nouvelles voix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Ganteau, « Guignery, Vanessa, ed., Voices and Silence in the Contemporary Novel in English », Études britanniques contemporaines, 38 | 2010, 173-174.

Référence électronique

Jean-Michel Ganteau, « Guignery, Vanessa, ed., Voices and Silence in the Contemporary Novel in English », Études britanniques contemporaines [En ligne], 38 | 2010, mis en ligne le 10 juin 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ebc.revues.org/3227

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Ganteau

Université Paul-Valéry — Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org