Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Elsa Cavalié. Réécrire l’Angleterre, L’anglicité dans la littérature britannique contemporaine

Montpellier : Presses universitaires de la Méditerranée, 2015 (384 pages), ISBN-978-2-36781610361
Elie Robert-Nicoud
Référence(s) :

Elsa Cavalié. Réécrire l’Angleterre, L’anglicité dans la littérature britannique contemporaine, Montpellier : Presses Universitaires de la Méditerranée, 2015 (384 pages), ISBN-978-2-36781610361.

Texte intégral

1Comment peut-on être anglais ? Et comment répondre dans le roman contemporain à cette question qui habite différemment la littérature anglaise, au cours des deux derniers siècles alors que la notion « d’anglicité », « Englishness » apparaît au début du dix-neuvième. C’est là le sujet de l’ouvrage d’Elsa Cavalié, Réécrire l’Angleterre qui s’attache principalement aux œuvres de Barnes, Ishiguro, McEwan et Pat Barker.

2Dans l’introduction, Elsa Cavalié rappelle que le terme « d’Angleterre » n’est pas purement géographique, mais à la croisée des chemins entre topographie, histoire et littérature. Pour analyser les textes contemporains de réécriture de l’Angleterre et de l’identité anglaise, elle s’appuie sur le concept de lieu de mémoire, développé par Pierre Nora qui permet de donner une définition de soi, de son passé de son histoire dans un « lieu au-delà de la topographie ». Le lieu de mémoire est un réceptacle de l’identité. Dans la première partie c’est le lieu à proprement parler qui est l’objet de l’étude d’Elsa Cavalié. Elle montre comment le South Country qui là encore n’est pas un concept purement géographique mais identitaire a été désigné comme paysage « plus anglais » que les autres paysages anglais. De même certaines époques sont représentées comme plus porteuses de l’anglicité que d’autres. Notamment l’époque édouardienne, vue comme le Paradis perdu d’une essence anglaise, détruite par la première guerre mondiale. Elle souligne la différence de traitement entre les auteurs contemporains comme Ishiguro et les auteurs d’après la première guerre mondiale. La question de la capacité à exclure une vision nostalgique du passé dans des romans qui le revisitent, même avec des visées anti-nostalgiques est particulièrement intéressante. De même que l’usage du stéréotype dans la construction d’une identité.

3Elsa Cavalié date la transformation du paysage anglais en lieu de mémoire du début du XXe, « une bulle de passé » dans un monde en transition. Ce sont les années quatre-vingt qui ont marqué un retour à la période édouardienne, à la fois en littérature et dans le cinéma avec une confusion due précisément aux adaptations cinématographiques entre les romans de la période, tels que Howards End, et une nouvelle vision de cette même époque, prise en quelque sorte à contre-pied. Cette opposition et le fait de souligner cette confusion a pour effet de poser en filigrane la question de savoir si l’anti-nostalgie ne serait pas finalement, dans un cadre esthétisé, une forme pervertie ou déguisée de la nostalgie. En d’autres termes peut-on représenter l’anglicité sans avoir recours ou sans succomber à aucune forme de nostalgie ?

4Dans le prolongement de cette relecture, l’opposition entre ruralité anglaise et champ de bataille, qui se crée dans la littérature qui suit immédiatement le premier conflit mondial, s’estompe, puis s‘efface dans la réécriture contemporaine et la représentation de ces époques, notamment dans la trilogie de Pat Barker. Là, le paysage anglais, la campagne anglaise, loin d’être « edenisés » offre une image en miroir des tranchées. D’autant qu’intervient une relecture sociale du mythe de l’anglicité bâtie sur le paysage anglais. Pour le personnage de Billy Prior, la vie dans les tranchées est une continuation de la vie de la classe ouvrière dans les grands centres industriels de l’Angleterre.

5C’est en ce sens que le roman contemporain revisite le roman du début du vingtième siècle de part et d’autre de la première guerre mondiale en donnant à cette visite du passé un sens différent.

6L’étude d’Elsa Cavalié suit l’enchaînement ou l’imbrication des lieux de mémoire de l’anglicité comme en un mouvement de caméra, un travelling sur le lieu qui fait passer de l’ensemble du paysage, le South Country, puis la Country house, jusqu’au village qui, dans le roman contemporain encore une fois, est un autre lieu privilégié pour dénoncer la « facticité du mythe » et d’une forme d’anglicité construite sur ces mythes dont la littérature édouardienne notamment s’est faite le héraut.

7Le village devient chez Ishiguro et Barnes un espace limité qui projette son étroitesse sur l’esprit même de l’anglicité qui s’y réfère. Le village, reflet d’une organisation sociale au sommet de laquelle trône la Country House est la demeure de l’anglicité. Comme pour le village, dans le roman contemporain, c’est le caractère factice de la Country House qui s’oppose par rapport à sa représentation chez Evelyn Waugh par exemple, et en particulier Brideshead, où elle est l’objet d’une fascination aveuglante. Elle garde d'ailleurs ce pouvoir, en tant que sphère ou hyperbole de l’anglicité dans le roman contemporain, mais sur un mode plus défensif, dans Atonement de McEwan elle est représentée avec ironie, illustrant l’opposition entre la country house contemporaine et celle de Forster, selon McEwan, l’âme de l’Angleterre est un cadavre en décomposition, une parodie de la vitalité pleine d’espoir chantée dans Howards End.

8Cette contradiction entre roman contemporain de l’époque édouardienne ou victorienne et roman néo-édouardien ou néo-victorien a pour conséquences supplémentaires que ce dernier fait ressurgir les marges de l’anglicité ou tout du moins de la société anglaise. Alors que les romans de Dickens mettaient en scène des personnages issus de la classe ouvrière, voire du lumpen prolétariat comme Oliver Twist, et que Mrs Gaskell représente la condition des ouvriers du textile, les personnages prolétariens s’effacent à la période édouardienne, et la littérature devient le club d’une caste ou d‘une clique privilégiée, et ce jusqu’à Brideshead Revisited, qui sans être un roman édouardien en est très nettement l’écho. Par opposition, le roman du XXIe donne un tableau plus complet de la société en intégrant les femmes, les immigrés, les plébéiens. C’est notamment ce que fait Ishiguro dans The Remains of the Day, en représentant l’envers du décor, la perspective est inversée par rapport au roman édouardien. Ainsi la dénonciation de la rigidité de la structure sociale anglaise se fait par l’ironie, en reproduisant cette même rigidité chez les domestiques singeant l’élite qui les maintient dans leur état. On est dans un cercle vicieux de l’enfermement.

9Autre exemple de l’intégration des marges dans le roman de l’anglicité, le personnage de George dans le roman de Barnes qui prend le rapport du centre de l’empire avec ses colonies à l’envers. George Edalji offre un jeu de miroir inversé de l’anglicité décrit et analysé avec subtilité par Elsa Cavalié. Avec l’introduction des marges se pose la question de la langue, et plus particulièrement de l’accent, marqueur social fort en Angleterre, et de la langue elle-même comme lieu de l’anglicité. Si McEwan se refuse à intégrer cette dimension dans ses romans et à imiter un langage parlé dans la mesure où ce serait « mal écrire », Pat Barker et Ishiguro jouent sur les inflexions de la langue dans leurs définitions d’une anglicité multiple. Elsa Cavalié met en parallèle l’apprentissage de la langue des classes supérieures chez les personnages d’Ishiguro et le mutisme des soldats de la grande guerre comme un refus de reconnaître un ordre social reproduit à la fois dans la langue et dans la hiérarchie militaire.

10Or ce personnage issu de la marge, le prolétaire, se retrouve à la merci de l’autre mythe de l’anglicité qui rejoint d’ailleurs celui de l’officier, le gentleman et son code de conduite qui représente les fondements de la masculinité anglaise au début du vingtième siècle (et qui s’oppose à une féminité inhérente à l’identité française). Le gentleman, stéréotype d’un anglais qui réprime ses sentiments est à son tour lié à un autre environnement répressif, celui de la public school, autre lieu de mémoire de l’anglicité ou tout du moins de cette anglicité qu’interroge le roman du vingtième siècle tel qu’il est analysé ici par Elsa Cavalié. Là encore, Ishiguro, Barnes, Pat Barker, reprennent le mythe du gentleman, (également défini par Martin Green comme « a lovable idiot » notamment en référence au Bertie Wooster de Wodehouse) mais le montrent comme un mythe sclérosant dans une forme de dénonciation qui va au-delà de l’ironie bienveillante d’un Wodehouse. À la public school et au gentleman vient s’ajouter le mythe du sport, l’activité virile, qui répond à celui de la masculinité pour former un nouveau triangle de l’anglicité.

11La question que posent les romans qui revisitent la période édouardienne est celle de l’usage et de l’écriture de l’histoire. S’agit-il d’un simple effet de nostalgie ou d’un rapport critique au passé et à son écriture ? Pour reprendre les termes d’Elsa Cavalié, l’histoire est-elle dans les cas évoqués ici, le contexte du roman ou son horizon ? Elsa Cavalié établit une différence entre les romans d’Ishiguro et ceux de Barnes, McEwan et Barker, dans la mesure où ces derniers reconnaissent la présence de faits et d’événements historiques dans leurs romans. Là, l’accent est mis sur la transmission de ces faits et de l’authenticité historique. Le roman est soumis à l’histoire en quelque sorte, alors que chez Ishiguro, l’intention est de produire une « métaphore universelle », peut-être inévitablement porteuse d’anachronisme. Car la « métaphore universelle » est incompatible avec l’écriture de l’histoire telle que nous la connaissons aujourd’hui. Par opposition, chez Barker qui a une formation d’historienne, le désir de ne pas trahir l’histoire est le plus fort.

12Elsa Cavalié conclut judicieusement sur l’ambiguïté d’une littérature anti-nostalgique qui revisite le passé et le risque « d’être lu de façon littérale par un lecteur recherchant précisément ce que le roman stigmatise ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elie Robert-Nicoud, « Elsa Cavalié. Réécrire l’Angleterre, L’anglicité dans la littérature britannique contemporaine », Études britanniques contemporaines [En ligne], 51 | 2016, mis en ligne le 21 novembre 2016, consulté le 21 août 2017. URL : http://ebc.revues.org/3504

Haut de page

Auteur

Elie Robert-Nicoud

ÉA 4277 (ICTT), Université d’Avignon

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org