Skip to navigation – Site map
Comptes rendus

British Black Art. L’Histoire de l’art occidental en débat, Sophie Orlando,

Paris : Dis Voir, collection ‘arts visuels/essais’, 2016 (127 p.), ISBN 9-782914-563826
Catherine Bernard
Bibliographical reference

British Black Art. L’Histoire de l’art occidental en débat, Sophie Orlando, Paris : Dis Voir, collection ‘arts visuels/essais’, 2016 (127 p.), ISBN 9-782914-563826

Full text

1La production des artistes caribéens et noirs travaillant en Grande-Bretagne n’a, à ce jour, guère suscité l’intérêt de la critique française et elle reste très largement méconnue de ce côté de la Manche. Sophie Orlando s’est fixé pour mission de défendre ces artistes et de mieux faire connaître en France le cadre critique et politique dans lequel ils œuvrent. On doit rappeler qu’elle a, aux côtés de l’ancienne conservatrice du Centre Pompidou Catherine Grenier, coordonné le passionnant collectif : Art et mondialisation, publié par les éditions du Centre Pompidou en 2013. Cette anthologie réunissait, parfois pour la première fois en traduction française, nombre des signatures essentielles à notre compréhension de la pensée postcoloniale et des Visual studies qui n’ont pas encore rencontré en France la réception qu’elles méritent, de James Clifford à Irit Rogoff.

2Black British Art bâtit sur le travail de fond mené par l’historienne de l’art et se donne à la fois comme une histoire de l’art contemporain ‘noir’ au Royaume Uni, et comme une réflexion sur la portée politique de l’art contemporain. Au fil des quatre chapitres de cet essai dense et très informatif – dont l’intérêt immense aurait mérité d’être servi par une édition un peu plus rigoureuse –, se lit donc une sorte de contre-proposition de lecture de l’art contemporain, au rebours de nombre de lectures, plus canoniques, déplorant la vacuité mercantile d’un art qui serait entièrement livré aux forces ineptes du marché. La bibliographie de l’ouvrage témoigne de l’intensité des débats théoriques qui entourent une telle contre-proposition. Puisant tant dans la réflexion développée autour des histoires du goût artistique (voir les travaux d’Annie Claustres), que dans les études portant sur la mondialisation de l’art contemporain (voir, entre autres, les analyses de Jonathan Harris), Black British Art nous rappelle ainsi avec quelle intensité l’art contemporain, dans la profusion paradoxale de ses formes et de ses enjeux, s’empare des débats sociologiques et politiques contemporains.

3Présents à chaque étape de l’analyse, les travaux de Stuart Hall, l’un des fondateurs des Cultural Studies, offrent plus qu’un cadre interprétatif. S’ils dominent, c’est qu’ils furent essentiels à la redéfinition de ce que Hall nomme, dans un essai traduit en français, ‘la modernité et ses autres’ (Identités et cultures 2. Politique des différences, Paris : Amsterdam, 2013) et, par extension, à la mise en lumière de langages esthétiques alternatifs. C’est dans l’entrelacs de cette pensée théorique de l’art et de l’expression artistique que se noue l’originalité de cet essai. Car le fond théorique est ici aussi constitué des très nombreux écrits d’artistes dans lesquels Sophie Orlando puise une compréhension de l’art en acte. Dans bien des cas, ces écrits restent encore très mal diffusés en France, comme le sont, plus largement, les artistes représentés ici. Les écrits de Mercer Kobena, de Rasheed Araeen, ou encore de Susan Hiller offrent une passionnante matière à réflexion et témoignent, s’il en était besoin, de la porosité féconde de la création et de la pensée.

4Cette interaction constante de la réflexion théorique et de la création est au cœur de trajectoires artistiques profondément ancrées dans une pensée politique de l’art. L’un des mérites de Black British Art est de nous faire mesurer à nouveau combien cette pensée est elle-même complexe. Nourrie des travaux des Cultural studies et des Diaspora studies, de Stuart Hall à Paul Gilroy, la production des artistes ‘noirs’ est un lieu stratégique pour comprendre la fonction idéologique de l’art, la manière dont s’y déploie un impensé culturel. Fort logiquement, l’art est, pour des artistes tels que Lubaina Himid ou Eddie Chambers, une scène agonistique sur laquelle s’exprime une identité douloureuse, mais pugnace. Plus encore, un tel combat frontal n’implique pas uniquement l’artiste et son contexte. Il implique aussi toute une histoire de l’art. Ainsi Lubaina Himid revendique-t-elle le droit de s’approprier l’héritage de l’art moderne, et en particulier celui du trublion canonique de cet art intronisé comme révolutionnaire, Pablo Picasso. L’œuvre de Himid, Freedom and Change (1984) revisite la gouache de Picasso Deux femmes courant sur la plage (1922), pour faire sortir cette mémoire du cadre accepté de l’histoire de l’art et ainsi ‘faire la lumière sur la recherche plastique des “origines” ou encore l’usage du primitivisme chez un artiste qui a aussi bien puisé dans l’orientalisme d’Ingres, les masques du musée d’art ethnographique, que dans l’art grec présenté au musée du Louvre’ (54). Il n’est pas pour les artistes ‘noirs’ britanniques de réflexion sur l’identité qui ne soit aussi une réflexion sur le matériau même de la culture, sa circulation et les processus de canonisation. C’est ainsi la doxa de la modernité qu’ils parviennent à mettre en crise dans des œuvres qui font fi des mécanismes établis de la subversion esthétique.

5Cette remise en question prend tout son sens dans le contexte de la Grande-Bretagne de Margaret Thatcher. Dès l’introduction, Sophie Orlando insiste sur le contexte historique de la décolonisation dans lequel, plus largement, doivent se lire ces œuvres, l’auteur insistant sur la nécessité de les lire non comme ‘les illustrations des contextes, des conditions de production des œuvres’ (11), mais comme des espaces de mise en travail critique des assignations identitaires élaborées par l’histoire de l’art.

6Le premier chapitre revient sur la généalogie du mouvement ‘Black British Art’, un terme qui s’impose lors de la First National Black Art Convention de 1982. Cette convention fait connaître certaines des figures clés de ce mouvement ‘réunissant les artistes britanniques, afro-caribéens et asiatiques (Indiens) installés en Grande-Bretagne’ (17). La précision est d’importance, car elle indique le caractère labile de la catégorie ‘Black British Art’ qui désigne en fait plus une communauté plurielle, constituée d’artistes issus de l’ancien Empire et qui n’auront de cesse d’interroger ce que Kobena Mercer définit en 1990, dans un texte qui fera date, comme ‘le poids de la représentation’ (21).

7Bientôt la dynamique collective fait place à des interrogations plus individuelles, dont les trois autres chapitres rendent compte. Placée sous le sceau de l’intersectionnalité critique (15), ces interrogations croisent les approches culturaliste, féministe, artistique. L’engagement des artistes femmes – Lubaina Himid, Sonia Boyce, Chila Kumari Burman ou Ingrid Pollard – est ici déterminante et reflète le tournant féministe de l’histoire de l’art incarné à la même époque par Griselda Pollock ou Rozsika Parker (23). À ces interrogations s’ajoute aussi une réflexion plus large, héritée de la pensée diasporique de Paul Gilroy, sur l’internationalisme de l’art et l’héritage moderniste. Se confronter frontalement aux représentations culturelles impose, pour tous ces artistes, de se confronter aussi aux hiérarchies esthétiques, aux catégories – le primitivisme entre autres – qui auront façonné l’histoire de l’art moderne. Ceci implique aussi d’interroger les pratiques héritées de la modernité esthétique. L’ouvrage fait ainsi une large place à la réflexion au second degré des artistes qui, dans leurs œuvres, comme dans leurs écrits théoriques, n’auront eu de cesse de réfléchir aux catégories qui conditionnent la réception critique de leur art, ainsi celle de l’‘internationalisme’, qui remplace celle de ‘cosmopolitisme’ et, selon Kobena Mercer, ‘souligne la solidarité entre les classes sociales’ (75). Plus encore, c’est au plus près du travail sur la forme et l’hybridation des média et des formats – photographie, collage… – que se joue ce travail critique.

8Cartographier une telle histoire n’est guère chose aisée. Ceci impose de toujours rendre justice aux conditions concrètes et institutionnelles de production. Dans le domaine de l’art, ceci implique aussi de faire l’histoire des expositions qui ont jalonné ces recherches plastiques. Quiconque s’intéresse à cette historiographie trouvera dans l’ouvrage de Sophie Orlando de précieux jalons permettant de retracer l’histoire muséographique de ces artistes. Des lieux clés émergent ici, telle la Hayward Gallery, qui aura été l’un des laboratoires les plus inventifs d’un art britannique contemporain multiple. Mais on découvre aussi des collectifs ou des institutions méconnues, telle l’OVA, Organisation for Visual Arts, responsable de l’exposition ‘Disrupted Borders’ à la Ikon Gallery de Birmingham, la ville berceau des Cultural studies. Plus largement encore, l’ouvrage insiste sur les liens, souvent conflictuels, entre cette histoire muséographique et certaines manifestations qui auront aussi, sur le continent, bouleversé notre vision de l’art, en particulier l’exposition ‘Les magiciens de la terre’, organisée au Centre Pompidou par Jean-Hubert Martin et qui, pour les artistes ‘noirs’ britanniques, incarne ‘l’échec de la vision occidentale du multiculturalisme’ (96). L’œuvre des artistes du ‘Black British art’ constitue un espace de réflexion particulièrement fécond pour comprendre comment l’identité anglaise se pense, se réfracte et se réinvente au tournant du 21e siècle, dans un processus toujours relancé de réflexion sur la fonction critique de l’art. Le dernier chapitre de l’ouvrage se tourne ainsi vers la manière dont Paul Reas ou Ingrid Pollard entrent en dialogue avec d’autres artistes critiques des modèles dominants de l’anglicité, en particulier Jeremy Deller.

9L’ouvrage de Sophie Orlando confirme, s’il en était besoin, le rôle de révélateur critique des arts contemporains. Il constitue un texte de référence des plus utiles pour quiconque souhaite mieux comprendre comment la société anglaise a pu se penser et inventer des formes de contestation politique et esthétique fécondes. Il pourra intéresser autant les spécialistes de l’art que ceux de la société britannique contemporaine qui souhaitent comprendre comment elle se représente, dans la contradiction et la pluralité des formes.

Top of page

References

Electronic reference

Catherine Bernard, « British Black Art. L’Histoire de l’art occidental en débat, Sophie Orlando, », Études britanniques contemporaines [Online], 52 | 2017, Online since 01 June 2017, connection on 23 October 2017. URL : http://ebc.revues.org/3664

Top of page

About the author

Catherine Bernard

Université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, UMR 8225 LARCA

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org