Navigation – Plan du site
Comptes rendus

CUNY, Noëlle, D.H. Lawrence : Le corps en devenir

Shirley Bricout
p. 167-170
Référence(s) :

CUNY, Noëlle, D.H. Lawrence : Le corps en devenir, Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2008, 189 p.

Texte intégral

1Évoquer le corps dans l’œuvre de D.H. Lawrence, c’est, entre autre, faire état de la mise en scène d’une intimité crue et d’une nudité explicite qui n’échappèrent pas à la censure. Mais explorer le « corps en devenir », c’est analyser la dynamique d’une écriture qui allie cohésion et discordance, corruption et paroxysme. C’est ce que se propose d’étudier Noëlle Cuny dans quatre romans : The Rainbow, Women in Love, Kangaroo et The Plumed Serpent, en montrant comment « corps vécu et œuvre romanesque se répondent étroitement chez Lawrence ». Le corps en devenir ne s’accorde pas à une définition fixe ; il oscille entre des forces contraires, instables et éphémères inscrites dans la trame narrative. Les métaphores corporelles se construisent alors autour de la pathologie, de la difformité et de la laideur, les faiblesses du corps étant mises au service d’une stratégie rhétorique héritée des prophètes hébreux.

2Le plan que suit l’ouvrage respecte la chronologie de la rédaction des romans dont un rappel figure en annexe. Les romans choisis s’inscrivent dans deux périodes différentes de la vie de l’auteur, l’une heureuse en Angleterre, l’autre plus amère, marquée par l’exil. Dépassant le cadre purement biographique, Noëlle Cuny avance que le développement des idées et des découvertes scientifiques de l’époque fournissent des points d’appui fondamentaux pour comprendre le traitement du corps dans ces romans. Ainsi The Rainbow et Women in Love mettent en scène « la construction du moi au cœur de la modernité industrielle », tandis que Kangaroo et The Plumed Serpent sont les romans de « la régénération du corps collectif sur une terre malade de son histoire ». L’étude propose des incursions dans les nouvelles, les essais et les poèmes de l’auteur et commente quatre tableaux, dont deux de Lawrence, reproduits dans l’ouvrage. Le commentaire s’étend aussi à des extraits de premières versions de romans et de notes de l’auteur dont une copie figure en illustration et une autre en annexe.

3Avant d’aborder la première partie, une brève histoire de l’écriture du corps identifie les « influences libératrices » littéraires qui donnèrent à Lawrence « une autre vision de la corporalité ». L’héritage critique tant méthodologique que lawrencien est rappelé et la place du corps y est soulignée, notamment l’apport de la réflexion des critiques féministes et marxistes dans ce domaine. Mis en regard des avancées de la critique lawrencienne, le présent ouvrage se justifie par sa volonté de prendre le corps comme métaphore du développement de l’œuvre littéraire d’un auteur dont le propre corps fut profondément altéré par les assauts de la maladie.

4Le premier chapitre, consacré à The Rainbow, expose les composantes narratives du mystère (au sens mystique) qui libère le corps d’un personnage, Ursula Brangwen, de son histoire biologique et sociale. Son accession à la singularité est tracée à l’aide de la métaphore alchimique filée dans le roman autour du terme « résoudre » et de ses dérivés. L’irrésolu, comme le sang des générations de Brangwen, est alors ce qui n’est pas purifié et l’atavisme, dont les différentes formes corporelles sont étudiées dans l’ouvrage, est identifié comme étant l’obstacle vers la « résolution ou l’épanouissement des potentialités de chaque individu ». Les personnages, captifs de l’Histoire, sont alors énucléés. L’accession à la singularité implique donc de se débarrasser des scories, terme qui, tout en évoquant le charbon, introduit un autre réseau d’analogies fondées sur la production de l’acier, un choix qui renvoie à l’expansion industrielle de l’époque. En effet l’acier est débarrassé du charbon et du phosphore qui le rendent cassant, deux éléments récurrents dans The Rainbow. Noëlle Cuny, après avoir soulevé le débat posé par les connotations eugéniques de telles images, met en évidence les pôles charbon/acier entre lesquels oscille le corps en devenir.

5Le deuxième chapitre de l’étude illustre comment, dans Women in Love, la quête de l’atome s’exprime dans une esthétique de la fragmentation. Dans une société de plus en plus mécanisée, cette fragmentation se manifeste dans la réinterprétation de l’humain par la technique. Gerald Crich, en tant que directeur de la mine, incarne ce processus d’abord en réduisant, sur le mode du taylorisme, chacun des employés à sa fonction mécanique et isolée, et ensuite en démultipliant, par une forme d’« exodarwinisme », les outils qui prolongent ou remplacent le corps dans l’accomplissement de ses tâches. Le mélange de l’humain et de la machine, propre à l’esthétique moderniste, gouverne également les manifestations de l’affect. En effet, la narration des échanges amoureux fait appel à la thématique de l’électricité ; cependant il s’agit d’une énergie agressive et destructrice qui influe directement sur le réseau nerveux.

6À l’image de ce corps en devenir, la matière que constitue le langage subit elle aussi une fragmentation. Le jeu sur la polysémie de termes chimiques voisins, « concentration », « réduction » et « résolution » qui désignent des processus de purification, construit, d’un roman à l’autre, un réseau sémantique évolutif. Le lecteur est alors sollicité pour en trouver les nouvelles valeurs. Noëlle Cuny s’attache à montrer que celles-ci accordent une fonction salvatrice au métabolisme humain. C’est ainsi que, par une corruption syncrétique toute lawrencienne de diverses mythologies, le centre et l’origine du monde sont déplacés vers le système digestif, l’intestin étant « l’organe de la réduction par excellence ». L’énergie qui se dégage des personnages est assimilée au phosphore, à la radioactivité, aux quanta de particules, autant d’images pour exprimer la communication entre deux êtres qui rétrospectivement paraissent empruntées aux avancées scientifiques d’une époque en pleine mutation.

7Le deuxième volet de l’ouvrage aborde le corps collectif. Dans Kangaroo, deux projets politiques se développent avec pour toile de fond l’apathie des Australiens face à leur histoire naissante. L’amitié homoérotique qui lie les membres du groupement paramilitaire des Diggers met en scène le corps dans des étreintes masculines, manifestations d’une volonté de fusion universelle. La description du corps du meneur charismatique des Diggers, Ben Cooley alias Kangourou, est alors le vecteur de la réaction ambivalente de Somers, personnage principal qui doit prendre la décision d’adhérer ou non au mouvement. Son attraction pour ce corps dont le ventre marsupial énorme symbolise le « noyau magnétique du cosmos » fait place au dégoût. Lorsque Kangourou meurt, le ventre perforé au cours d’un attentat, le dégoût est à son paroxysme. De plus, l’exploration de la métaphore de la rotondité ou de l’adiposité révèle qu’elle est l’expression des tensions au sein du corps social. Cependant à ce « trop-plein » corporel qui affecte les masses embourgeoisées décrites dans ce roman répond le « vide cérébral », source d’apathie. La clef de la renaissance de l’homme est alors ce que Somers nomme « ce dieu effrayant qui nous pénètre par le bas », formulation qui renvoie, poursuit Noëlle Cuny, aux essais de Lawrence dans lesquels il adopte explicitement le coccyx comme point de départ de l’influx nerveux.

8Dans The Plumed Serpent, Lawrence tente de fusionner la politique et la mystique dans une vision joachimienne de l’histoire. L’avènement de ce nouvel « âge des prêtres », sous la forme d’un renouveau politique, a pour objectif de provoquer le retour de l’antique physiologie des humeurs chez les adeptes du mouvement. Le corps est donc l’objet de rituels primitifs qui glorifient la beauté de son intériorité oubliée. Les composantes biologiques et anatomiques du corps sont investies d’une fonction magique qui permet d’inventer un nouveau mode relationnel impersonnel pré-mental. Ici Noëlle Cuny analyse notamment le rituel de l’onction qui délimite le corps des élus tout en suggérant la possibilité d’une communication secrète proche de la jouissance. Dans ce cadre, le sang versé lors des exécutions est issu d’une saignée hygiénique. La terreur préside alors à la conversion du corps collectif qui est purgé de son vécu profane et « de la subjectivité personnelle ». Soumis aux pratiques sexuelles du nouveau culte, le corps féminin subit également une mutation en se voyant refuser l’accès à la jouissance physique. C’est pourquoi la question est posée de savoir si ce renouveau mystique n’a pas pour objet d’abolir le corps au risque de créer la sexualité cérébrale tant décriée dans certains essais de Lawrence.

9L’étude du corps en devenir est prolongée dans la conclusion de l’ouvrage où un examen du roman Lady Chatterley’s Lover synthétise les arguments avancés. Le corps, tout comme l’écriture, est le lieu d’un affinage continuel qui a pour but d’atteindre l’essentiel et la vérité. Le corps est alors le vecteur d’une esthétique de la mutation, du devenir dont le vocabulaire est nourri par l’alchimie et la science. En annexe, l’index des notions classées par roman souligne la richesse du sujet et les résumés des récits étudiés rappellent la place du corps dans chaque roman.

10Le lecteur découvre dans le livre de Noëlle Cuny l’impact sur l’écriture lawrencienne de données scientifiques nouvelles et de progrès industriels datant de l’époque de la rédaction des romans. Le choix de proposer des traductions inédites des textes lawrenciens met en valeur les réseaux métaphoriques fondés sur ces découvertes et aussi la convergence de ces réseaux dans une expression moderniste de la corporalité. En conclusion, cette étude constitue une véritable réhabilitation du corps dans l’écriture lawrencienne, réhabilitation pleinement symbolisée par la présence en couverture du tableau « Léda », allégorie de la mystique du corps.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Shirley Bricout, « CUNY, Noëlle, D.H. Lawrence : Le corps en devenir », Études britanniques contemporaines, 37 | 2009, 167-170.

Référence électronique

Shirley Bricout, « CUNY, Noëlle, D.H. Lawrence : Le corps en devenir », Études britanniques contemporaines [En ligne], 37 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://ebc.revues.org/3690 ; DOI : 10.4000/ebc.3690

Haut de page

Auteur

Shirley Bricout

Université Paul Valéry-Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org