Navigation – Plan du site
Comptes rendus

GUIGNERY, Vanessa, Ceci n’est pas une fiction. Les romans vrais de B.S. Johnson

Jean-Michel Ganteau
p. 174-175
Référence(s) :

GUIGNERY, Vanessa, Ceci n’est pas une fiction. Les romans vrais de B.S. Johnson. Paris : Presses de l’Université Paris-Sorbonne (PUPS), 2009.

Texte intégral

1Chaque période a ses poètes maudits et auteurs cultes. Bryan Stanley Johnson, auteur polymorphe, romancier, nouvelliste, journaliste, essayiste, réalisateur de films, qui mit fin à ses jours en 1973 après avoir publié une série de romans expérimentaux dont certains ont fait date dans l’histoire des lettres britanniques du vingtième siècle, est de ces auteurs. Jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix, son œuvre était tombée dans l’oubli. Certes, un numéro spécial de la Review of Contemporary Fiction lui avait été consacré en 1985, et son nom apparaissait dans la plupart des anthologie et ouvrages d’histoire littéraire consacrés aux lettres britanniques contemporaines, mais peu nombreux étaient les universitaires et autres critiques à s’intéresser véritablement et en profondeur à l’œuvre de ce romancier disparu trop tôt. Jusqu’à ce que Philip Tew puis Jeremy Tredell lui consacrent chacun une monographie, jusqu’à ce que Jonathan Coe publie sa très belle biographie, jusqu’à ce que Picador publie quatre de ses romans les plus marquants : Albert Angelo, Trawl et House Mother Normal (tous trois traduits et publié en France par Quidam Éditeur) ainsi que le fameux The Unfortunates, roman livré sous forme de feuillets et cahiers livrés en vrac dans un coffret.

2Le temps de la ré-évaluation critique est donc venu, et c’est dans ce contexte que l’on doit situer la monographie de Vanessa Guignery, premier volume de ce type publié en France, prenant en compte l’ensemble de la production romanesque, et la situant dans le contexte de production de manière rigoureuse et éclairée. Il faut louer l’efficacité de cet ouvrage qui fournit une bibliographie très complète et un appareil de notes infrapaginales impressionnant. Tout dans ce volume atteste une grande attention à la critique consacrée à Johnson : monographies et articles ont été lus de près et des synthèses en sont fournies, permettant de mesurer l’état d’avancement des travaux sur cet auteur. La contextualisation est complétée au moyen de références à des contemporains de Johnson, dans le champ britannique en particulier (ce qui permet de passer en revue les noms d’Eva Figes, d’Alan Burns, d’Ann Quin, entre autres) mais aussi, plus généralement, dans le contexte des lettres anglophones et françaises. En effet, pour un auteur aussi féru du Nouveau Roman, il était essentiel d’aller puiser aux textes les plus représentatifs de ce mouvement, textes de fiction ou essais critiques, ce qui est scrupuleusement réalisé au moyen d’excursions vers N. Sarraute, ou encore A. Robbe-Grillet, entre autres. De même, les grands noms de la critique littéraire continentale et anglo-saxonne des années soixante et soixante-dix sont convoqués, pour situer l’apport esthétique et théorique de Jonhson dans le contexte de l’époque (Bradbury, Lodge, Rabinowitz etc.). Autant dire que Vanessa Guignery s’est donné les moyens de contextualiser à fort bon escient une production artistique expérimentale qui ne trouve son sens que lorsqu’elle est confrontée aux repères esthétiques et épistémologiques d’une époque, époque de moins en moins accessible pour le lecteur contemporain. Il est à noter que la postérité johnsonienne est par ailleurs esquissée à travers des mises en relation avec les grands noms du roman britannique contemporain.

3À l’autre bout du spectre méthodologique, mais en parfaite complémentarité avec les apports exogènes indiqués ci-dessus, Vanessa Guignery ne manque pas de proposer une lecture personnelle de l’œuvre, fondée sur une auscultation critique des textes d’inspiration formaliste. Elle a ainsi recours à des outils poétiques, de la narratologie à la rhétorique traditionnelle, pour tenter de cerner au plus près le problème de la vérité romanesque selon Johnson, premier grand axe de cette monographie qui est en permanence rapproché d’un second fil rouge : celui qui s’attache à cerner modalités et finalités de l’expérimentation. Avant d’explicitement nouer ces deux fils en conclusion, l’auteur nous propose un parcours de lecture où la théorie des genres (roman expérimental, autobiographie, autofiction) est mobilisée pour interroger les paradoxes à l’œuvre dans le texte johnsonien : comment dire le vrai en jouant de toutes les possibilités opacifiantes du discours romanesque, à savoir la métafiction, la typographie, l’objet-livre, et autres ressources empruntées à la poésie concrète. C’est dans ces pages où elle cerne au plus près les enjeux esthétiques et éthiques de l’expérimentation que Vanessa Guignery donne la mesure de son efficacité critique, en se fondant sur une connaissance intime du corpus, du contexte et des outils sollicités.

4Elle en vient à proposer in fine une tension qu’elle voit à l’œuvre dans le corpus johnsonien, entre l’expérimentation comme outil de défamiliarisation et de renouvellement d’une part, et recherche d’une imitation au plus près, comme si le texte devenait iconique du référent posé en objet. Elle montre les pouvoirs éthiques et pathiques de cette tension permanente, semble pencher en fin de parcours en faveur d’une réintégration, voire d’une réunion des deux termes de l’alternative pour suggérer (sans l’imposer explicitement) que la défamiliarisation est affaire de mimétisme.

5Cette monographie est écrite dans un français de qualité, les citations sont toutes traduites, y compris la brève et efficace préface de Jonathan Coe, et l’ensemble est impeccablement relu. Il s’agit d’un ouvrage qui fera date dans la critique française du roman des années soixante et soixante-dix en Grande-Bretagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Ganteau, « GUIGNERY, Vanessa, Ceci n’est pas une fiction. Les romans vrais de B.S. Johnson », Études britanniques contemporaines, 37 | 2009, 174-175.

Référence électronique

Jean-Michel Ganteau, « GUIGNERY, Vanessa, Ceci n’est pas une fiction. Les romans vrais de B.S. Johnson », Études britanniques contemporaines [En ligne], 37 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://ebc.revues.org/3703

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Ganteau

Université Paul Valéry-Montpellier 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org