Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Vanessa Guignery, Novelists in the New Millennium

Elsa Sacksick
Référence(s) :

Guignery, Vanessa, Novelists in the New Millennium, Londres : Palgrave Macmillan, 2013. 165 p.

Texte intégral

1Novelists in the New Millennium est un recueil d’entretiens avec huit écrivains contemporains (Julian Barnes, Jonathan Coe, Kazuo Ishiguro, Hanif Kureishi, David Lodge, Arundhati Roy, Will Self et Graham Swift) parmi les plus représentatifs du canon de la littérature contemporaine britannique (ou écrite en anglais) qui discutent de leurs romans et du processus de création romanesque sur un corpus qui va des années 1980 à nos jours.

2Le recueil, au croisement du xxe et du xxie siècle, observe le roman contemporain dans un double mouvement puisqu’il revient sur des textes canoniques du xxe siècle (Waterland, Flaubert’s Parrot, The God of Small Things, The Remains of the Day, publiés entre 1983 et 1997) et met dans un même temps en évidence les tendances du roman du xxie siècle en s’arrêtant sur des œuvres comme Author, Author, Never Let me Go, The Book of Dave, The Rain Before It Falls ou Tomorrow, publiés entre 2004 et 2007.

3Le livre commence par une introduction générale mettant en lumière les motivations de Vanessa Guignery qui entend se concentrer sur l’analyse littéraire plus que sur l’intention de l’auteur. Après un questionnement sur le genre de l’entretien à partir d’une interrogation sur la figure de l’auteur à travers les siècles (de sa mort annoncée à son retour sur le devant de la scène éditoriale et médiatique), elle finit par établir une mise en regard des huit romanciers. Elle s’explique également sur les critères de sélection des écrivains interviewés en fonction de leur disponibilité, mais surtout de l’unité thématique et formelle, même si d’autres romanciers, notamment féminins, auraient pu trouver leur place dans l’ouvrage.

4Chaque entretien est précédé d’une présentation détaillée de l’auteur et surtout de son œuvre avec une bibliographie sélective des romans suivie d’une bibliographie critique à la fin de l’entretien. Chaque introduction représente déjà une analyse très fine et approfondie de l’écriture du romancier. Elle permet d’aborder l’œuvre de l’auteur de manière synthétique mais pose aussi les grandes questions littéraires relatives au roman (notamment un travail très complet et éclairant sur le postmodernisme et la voix narrative dans l’entretien avec Barnes).

5Les questions étant variées, les réponses sont très différentes et mènent le lecteur dans des explorations littéraires diverses, certains auteurs se focalisant sur une œuvre, d’autres sur l’ensemble de leur œuvre ou sur la théorie du roman, faisant ainsi alterner regard introspectif et rétrospectif. L’entretien avec Julian Barnes tourne autour des formes narratives et du travail des voix, tandis que la conversation avec Jonathan Coe s’arrête sur un roman singulier dans son œuvre car plus intimiste, The Rain Before It Falls, et explore le travail de l’image (cinéma et photographie) et de la musique dans son écriture. Kazuo Ishiguro revient sur le poids du passé, sur le croisement des mémoires et la qualité instable qui en résulte du point de vue narratif mais témoigne aussi de son rapport d’étranger à la langue anglaise. Hanif Kureishi développe les relations père-fils, le rapport au corps et au vieillissement et analyse aussi la portée autobiographique de ses romans. David Lodge propose une analyse critique de son œuvre mais aussi du roman du xixe, et s’interroge sur la forme romanesque en général, dans ses rapports au théâtre au cinéma et à la forme biographique. Arundhati Roy évoque l’intrication entre fiction et réalité, position de romancière et d’essayiste, tout en offrant un regard personnel sur l’Inde à travers les questions de la langue et des codes de société. Tandis que Will Self analyse son travail sur la langue et la voix, Graham Swift revient sur l’importance du passé et tous deux se rejoignent sur la question de l’espace, leur rapport à Londres, la déambulation, dans leur écriture.

6Ce recueil d’entretiens se démarque nettement de l’entretien journalistique habituel dans la mesure où il s’inscrit dans une perspective purement littéraire et non biographique. Il évite ainsi l’écueil de la curiosité médiatique ou de l’anecdote personnelle sans faire abstraction de la personnalité de l’auteur, mais sans s’appesantir non plus sur des détails relevant de l’intime.

7Au cours de ces conversations approfondies, Vanessa Guignery, aidée par le style marqué de chacun des romanciers, semble ainsi ériger l’entretien littéraire au rang de véritable genre qui met l’analyse en valeur par la vivacité et la spontanéité du dialogue. Les interviewers (François Gallix et Catherine Miquel Pesso, entre autres, accompagnent Vanessa Guignery) s’ingénient à surprendre des auteurs rompus à l’exercice et finissent par surprendre le lecteur dans son sillage en distordant son « horizon d’attente ». Ce dernier expérimente une plongée passionnante dans l’histoire de la création d’un roman, dans les méandres de ses sources et peut également appréhender l’évolution de l’écriture des romanciers. Sa lecture est portée par la qualité animée, mouvante, parfois émouvante, mais aussi humoristique pour certains, de la parole et de la voix de l’écrivain.

8Il se dégage en outre une unité certaine de la succession des entretiens car les huit voix, chacune avec sa tessiture et son style propre, se recoupent néanmoins en revenant sur les mêmes thèmes : la question du genre romanesque, de la narration, le brouillage fiction/réalité, le rapport à l’Histoire, au passé et aux diverses influences littéraires et une interrogation récurrente sur la thématique de l’« Englishness ». Si bien que le recueil, sans être un dialogue à proprement parler entre les auteurs eux-mêmes, devient une sorte de chambre d’échos dans laquelle les voix s’entrecroisent et se reprennent sur le mode de la fugue.

9Or, la forme « fuguée » de cet ouvrage est d’autant plus pertinente qu’il traite justement de la « fuite » perpétuelle de la forme romanesque vers autre chose (l’essai, la biographie, le conte). Car il apparaît à la fin de l’ouvrage que la question posée en filigrane derrière toutes les autres est celle du roman, de sa définition et de ses spécificités formelles au xxie siècle. À travers l’expérience personnelle de chaque romancier, ce recueil dresse une cartographie du roman contemporain en anglais qui a l’originalité de se construire à voix haute, et qui, en suivant les méandres et la spontanéité de la parole, réussit à mettre en évidence sa diversité et sa qualité fondamentalement hybride.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elsa Sacksick, « Vanessa Guignery, Novelists in the New Millennium », Études britanniques contemporaines [En ligne], 44 | 2013, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ebc.revues.org/572

Haut de page

Auteur

Elsa Sacksick

Université Paris 8

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org