Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Isabelle Keller-Privat, Between the lines. L’écriture du déchirement dans la poésie de Lawrence Durrell

Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, collection durrellienne, 2015 (412 pages), ISBN : 978-2-84016-224-7. (Ouvrage illustré de fac-similés d’éditions personnelles de l’auteur annotés de sa main.)
Corinne Alexandre-Garner
Référence(s) :

Isabelle Keller-Privat, Between the lines. L’écriture du déchirement dans la poésie de Lawrence Durrell, Nanterre, Presses Universitaires de Paris Ouest, collection durrellienne, 2015 (412 pages), ISBN : 978-2-84016-224-7. (Ouvrage illustré de fac-similés d’éditions personnelles de l’auteur annotés de sa main.)

Texte intégral

1Cet ouvrage récent est une invitation à la découverte de la poésie de Lawrence Durrell, souvent ignorée aussi bien en France que dans les pays anglophones. Premier livre publié sur le sujet, il nous rappelle que l’auteur du Alexandria Quartet, « grand poème en prose » pour reprendre les mots de Henry Miller, souhaitait rester dans nos mémoires comme poète et non comme romancier, ce dont témoigne sa correspondance avec Diana Menuhin, bien que Durrell ait toujours refusé de répondre à la question cruciale de son éditeur T.S. Eliot : « serez-vous romancier ou poète ? ».

2C’est sous l’angle de la poésie qu’Isabelle Keller-Privat choisit de relire son œuvre. Plus particulièrement elle étudie les recueils poétiques écrits entre 1943 et 1973 dont elle esquisse une nouvelle cartographie puisqu’elle ne s’intéresse pas seulement aux poèmes individuellement. Si à travers de brillantes micro-lectures, elle entre dans l’univers de chaque poème et déploie sa fine compréhension des images, son analyse du rythme et des rimes et sa compréhension de l’architecture intime du texte, elle ouvre un nouveau champ à travers l’étude de l’agencement initial des sept recueils qu’elle étudie, de leur facture, de leur composition et recomposition. Elle les situe dans le champ de l’écriture poétique qui traverse les pays, les langues et les différentes époques. C’est pourquoi ce livre s’adresse à tout amateur de poésie puisqu’elle fait appel aux résonnances de texte en texte et situe l’écriture durrellienne dans la lignée qui va de Keats à T.S. Eliot en passant par Blake, Coleridge, W.H. Auden, Dylan Thomas, mais aussi Nerval, Rimbaud et Valéry sans oublier les poètes grecs Cavafy, Séféris, Elytis qui l’ont précédé et dont il a partagé la vision intérieure et le souffle poétique qui transforment le paysage. Il ne faudrait oublier ni Wordsworth dont il préfaça un livre de poèmes, ni Rilke dont Durrell présenta les Elégies de Duino, ni même Henri Michaux auquel il consacra un court recueil – présences qui se font entendre au fil des poèmes et des propos de l’auteur.

3Mais ce qui rend ce livre singulier c’est la démarche qui rapproche l’écriture des poèmes de celle de la fiction et qui révèle l’imbrication et le dialogue permanent entre la prose et la poésie de Durrell. Par-delà l’expérience personnelle de la douleur, de l’amour, de l’exil et du deuil – sujets de prédilection de la poésie romantique – ancrée dans le paysage qui « s’ouvre, s’étend, se contracte et résonne », l’écriture poétique de Durrell interroge l’expérience du poète, de tout poète. « Lire la poésie de Lawrence Durrell revient alors à suivre à tâtons la trace de cette perte absolue qui donne au poète sa voix, libérée des contingences matérielles, biographiques, temporelles, cette voix qui résonne en chacun de ses lecteurs et qui ouvre les portes d’un nouvel être au monde ».

4Chacun des sept chapitres analyse un des recueils présentés tout en traçant le cheminement et la transformation d’une écriture à travers les lieux évoqués, les images mais surtout l’analyse stylistique sans jamais s’abîmer dans le biographique qui éclaire néanmoins le parcours du poète philosophe qui rêvait que, par sa voix, l’art porte la métamorphose des lecteurs et du monde. De la cartographie intérieure de A Private Country, le premier recueil, à l’exil incarné dans le grand poème autobiographique Cities, Plains and People au rêve de se (re)créer une terre natale dans l’écriture dans On Seeming to Presume, au rêve déchiré de The Tree of Idleness, véritable défiguration de l’espace qui vibre des échos de Chypre, « omphalos secret de l’écriture », Isabelle Keller-Privat nous emmène vers le chemin de la Grèce de l’esprit, ce paysage recréé par l’écriture en une impossible tentative de consolation et de réconciliation dans The Ikons. « La Grèce devient cette icône mystique réservée aux seuls initiés qui savent reconnaître les cairns par lesquels le poète passeur, tel Hermès, marque la route, indique un nouveau rapport au moi et au monde. Le poème devient ce texte hermétique qui désigne l’ultime passage », écrit-elle. C’est l’étude du chapitre sur The Red Limbo qui confirme la dextérité analytique d’Isabelle Keller-Privat et sa sensibilité. La forme du texte efface les frontières entre prose et prosodie, détruit et réinvente un nouveau lexique pour revenir vers l’image de l’enfance, du temps d’avant l’enfance et de la mort. L’écriture parfois obscure revient au deuil pour le dépasser, expérience ludique et hermétique que peu de chercheurs ont osé aborder. Selon elle, « Le langage poétique se conçoit (alors) comme le point extrême de l’écriture, aux confins de la pensée occidentale et orientale, espace de cohabitation et de confrontation des contraires, d’anéantissement et de libération ». Finalement le recueil Vega, intimement lié au dernier cycle romanesque, The Avignon Quintet, écrit simultanément, semble porter un nouveau souffle poétique alors que le voyage spirituel et artistique de l’écrivain tend vers son aboutissement. Au cœur de la nuit, la figure de la femme désirée et abandonnée, perdue et retrouvée ne cesse de faire retour, alors que le combat contre le signe et la causalité se poursuit grâce à l’ironie et la parodie des conventions littéraires. « La poésie durrellienne parvient à rompre les amarres, à franchir les frontières des formes et des genres, à faire entendre sa voix entre les lignes, entre les vies », écrit Isabelle Keller-Privat.

5Indispensable, ce livre érudit, qui défend la poésie comme « une affirmation d’être au monde », relève le défi d’analyser l’alchimie au cœur du processus poétique qui convoque le paysage et l’expérience de l’amitié et de l’amour, qu’ils soient irrémédiablement perdus ou tapis dans les replis de la mémoire, pour tracer l’idéogramme secret du poème qui porte en lui les résonnances et les survivances des sensations que seule l’écriture poétique peut évoquer et invoquer. Réflexion sur la poésie aujourd’hui, cet ouvrage permet de relire toute l’œuvre de Lawrence Durrell à l’aune de sa poésie et nous invite à nous demander comment habiter le monde poétiquement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Alexandre-Garner, « Isabelle Keller-Privat, Between the lines. L’écriture du déchirement dans la poésie de Lawrence Durrell », Études britanniques contemporaines [En ligne], 51 | 2016, mis en ligne le 21 novembre 2016, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://ebc.revues.org/3500

Haut de page

Auteur

Corinne Alexandre-Garner

Université Paris Ouest Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Études britanniques contemporaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • Revues.org